Le fils du président du Congo relâché malgré un excès de vitesse et un défaut de permis

INFO «20 MINUTES» Il a présenté son passeport diplomatique après avoir été contrôlé dans le Bois de Boulogne…

William Molinié

— 

Illustration de la police nationale.
Illustration de la police nationale. — XAVIER VILA/SIPA/SIPA

Le fils du président du Congo a-t-il bénéficié d’un traitement de faveur en raison de son statut diplomatique ? Selon nos informations, l’homme n’a pas été inquiété après avoir été contrôlé lundi après-midi à 72 km/h au lieu des 50 autorisés, dans le Bois de Boulogne à Paris (16e arrondissement).

Outre cet excès de vitesse, il a présenté aux policiers un permis de conduire qui s’est révélé être « invalide », une fois le système national des permis de conduire (SNPC) interrogé.

« Courtois »

L’homme, au volant d’une Mercedes, a alors été invité à rejoindre le véhicule de police pour être emmené au commissariat afin d’être présenté à un officier de police judiciaire (OPJ), procédure habituelle pour les conducteurs sans permis.

Mais plutôt que de les rejoindre, l’homme au volant de la voiture a sorti son passeport diplomatique de la République du Congo, portant la mention « Fils du Président de la République », à savoir Denis Sassou-Nguesso. Les policiers, qui ont relevé la « courtoisie » de l'entretien, ont alors pris attache avec le Quai d’Orsay.

Véhicule verbalisé pour excès de vitesse

« Ne pouvant retenir la personne plus longtemps, celle-ci étant accompagnée, [nous] prenons la décision de ne pas la retenir », justifie le fonctionnaire dans un document interne que 20 Minutes s’est procuré.

« Il est regrettable que le code de la route ne s’applique pas à tout le monde de la même façon », relève-t-on au sein du syndicat Unité-SGP-FO. Les policiers ont toutefois verbalisé le véhicule pour « excès de vitesse inférieur à 20km/h ».