Eva Joly condamnée en appel pour une réaction aux propos de Vanneste sur la déportation des homosexuels

JUSTICE L'eurodéputée verte avait fait appel de sa condamnation à 800 euros d'amende...

20 Minutes avec AFP

— 

Paris le 05 janvier 2012, portrait d'Eva Joly eurodéputée verte.
Paris le 05 janvier 2012, portrait d'Eva Joly eurodéputée verte. — A. GELEBART / 20 MINUTES

La cour d'appel de Paris a confirmé jeudi la condamnation de l'eurodéputée EELV Eva Joly à 800 euros d'amende pour avoir diffamé Christian Vanneste, en réagissant aux propos polémiques de l'ancien député (ex-UMP) sur la déportation des homosexuels.

Elle lui reproche des «propos négationnistes»

Dans une vidéo diffusée sur internet le 10 février 2012, Christian Vanneste avait évoqué «la fameuse légende de la déportation des homosexuels», propos qui avaient provoqué un tollé. Alors candidate au premier tour de l'élection présidentielle, Eva Joly avait réagi dans un communiqué mis en ligne sur le site d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV), lui reprochant d'avoir fait référence à des «propos négationnistes».

Elle devra verser un euro à Christian Vanneste

«Le député UMP Christian Vanneste désormais coutumier des dérapages homophobes vient de passer un cran supplémentaire dans l'ignoble, en niant la réalité de la déportation des homosexuels pendant la 2e guerre mondiale. Il le fait d'ailleurs avec des phrases et en dénonçant un "lobby homosexuel" infiltré dans les médias qui fait une référence sans nuance aux propos négationnistes», affirmait-elle.

Outre l'amende, elle avait été condamnée en première instance, le 11 décembre 2014, à verser un euro de dommages et intérêts à Christian Vanneste. Elle avait fait appel. La cour d'appel de Paris a confirmé le jugement du tribunal correctionnel de Paris.