Attentats de Paris: Comment les commanditaires envoyaient des messages cryptés à Amedy Coulibaly

TERRORISME Ils utilisaient une douzaine d’adresses mail et discutaient via des brouillons…

A.Ch.

— 

Image tirée d'une vidéo le 11 janvier 2015 diffusée sur les réseaux sociaux islamistes montrant un homme disant s'appeler Amédy Coulibaly
Image tirée d'une vidéo le 11 janvier 2015 diffusée sur les réseaux sociaux islamistes montrant un homme disant s'appeler Amédy Coulibaly — - OFF TV

Les messages interceptés par les enquêteurs dans la messagerie d’Amedy Coulibaly, l’auteur de l’attaque contre la policière de Montrouge et de la prise d’otages dans l’Hyper Cacher, révèlent des informations sur la manière dont les présumés commanditaires des attentats du mois de janvier échangeaient avec Amedy Coulibaly.

D’après les informations d’Europe 1, les donneurs d’ordres disposaient d’une douzaine d’adresses mail qui était partagées avec les destinataires des messages afin de pouvoir discuter via des messages restés en brouillon et non envoyés. Les services de renseignement ne pouvaient donc pas voir ces brouillons. Le ou les commanditaires avaient aussi des comptes sur des serveurs Internet basés au Danemark, aux Etats-Unis, aux Pays-Bas, en Turquie…

Shopping avant les fêtes

Les enquêteurs ont réussi à décrypter un certain nombre de messages mais quelques-uns restent incompréhensibles. Ce qu’ils savent pour le moment, c’est que le 7 janvier, jour de l’attentat contre Charlie Hebdo, Amedy Coulibaly a reçu un message lui demandant de « dormir et de se planquer » et « d’attendre les indications pour la suite ». Le lendemain, il recevait un message lui disant d’aller « au plus facile et au plus sûr ».

Autre découverte des enquêteurs, Amedy Coulibaly avait fait un peu de shopping avant de passer à l’action. Fin décembre, il se procure des gants noirs et deux sacs de sport, mais également un lave-vaisselle, des meubles chez Ikea pour 2.000 euros, un iPhone et une PlayStation4. Il n’en aura pas eu longtemps l’usage.