Marne: Un lycéen tire sur une professeure avec un pistolet à bille au cri d'«Allahou Akbar»

FAITS DIVERS L'adolescent pensait poignarder son enseignante et se précipiter en voiture sur la gendarmerie pour mourir en martyr...

20 Minutes avec AFP

— 

Google Map de Châlons-en-Champagne dans la Marne.
Google Map de Châlons-en-Champagne dans la Marne. — googlemap

Il voulait assassiner sa professeure de français pour une punition et mourir en martyr… Un lycéen de 15 ans a été placé en garde à vue lundi matin au commissariat de Châlons-en-Champagne, après avoir tiré sur une professeure avec un pistolet à bille en criant « Allahou Akbar », a-t-on appris de source judiciaire.

Violences à l’école : De plus en plus d’enseignants optent pour une assurance « anti-menace »

Il avait l’intention de tuer son enseignante

Le jeune homme, scolarisé au lycée technique Oehmichen à Châlons-en-Champagne, est entré dans l’établissement en possession d’un pistolet à bille, d’une grenade « airsoft » à très faible puissance et d’un couteau, avec l’intention de tuer sa professeure de français avec qui il avait un différend, a expliqué à l’AFP Christian de Rocquigny, le procureur de Châlons. « Il a raconté aux enquêteurs qu’il avait un plan depuis une semaine qui consistait à poignarder sa professeure de lettres, puis à voler sous la menace la voiture de sa professeure de physique pour se précipiter sur la gendarmerie afin de mourir en martyr », a précisé le procureur. Selon lui, le lycéen est sorti lundi matin de son cours de physique pour se rendre dans la salle de français, mais « a changé d’avis au dernier moment ».

L’enseignante légèrement blessée à la main

« Il a seulement remis à sa professeure de français une feuille contenant un couteau, puis a brandi une arme avant de retourner dans son cours de physique pour tirer sur l’enseignante », a poursuivi Christian de Rocquigny. « L’élève a également poussé cette enseignante qui aurait été légèrement blessée à la main », a-t-il ajouté. Le lycéen a alors laissé partir l’ensemble des élèves de la classe et appelé lui-même les policiers qui l’ont interpellé sans difficulté, puis placé en garde à vue.

« Lors des auditions, il est apparu très détaché et a seulement évoqué une punition qu’il avait eue en français, et le fait qu’il ne voulait pas être en filière générale mais suivre un bac pro. Les policiers étudient par ailleurs la piste d’une radicalisation récente », a encore indiqué le procureur.

L’adolescent va faire un examen psychiatrique

Un examen psychiatrique est prévu mardi matin avant un probable déferrement du jeune homme devant le parquet. La préfecture a dépêché une cellule de soutien psychologique dans le lycée.

Dans un communiqué, la ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, a exprimé « sa vive émotion et tout son soutien à l’enseignante blessée ». « La ministre tient à exprimer toute sa solidarité avec l’équipe éducative et réaffirme sa volonté de prévenir et de lutter contre toutes les formes de violence à l’école », précise le communiqué.