Intempéries sur la Côte d'Azur: La facture estimée entre 550 et 650 millions d'euros

DEGATS L'Association française de l'assurance (AFA) a publié ce vendredi une première estimation…

C.P. avec AFP

— 

Une voiture renversée par les intempéries dans les rues de Cannes le 4 octobre 2015
Une voiture renversée par les intempéries dans les rues de Cannes le 4 octobre 2015 — JEAN LIOU AFP

Maisons inondées, voitures emportées, routes et voies ferrées bloquées… Près d’une semaine après les intempéries qui ont entraîné la mort de vingt personnes dans les Alpes-Maritimes, l’heure est aux comptes chez les assureurs.

>> A lire aussi : L’état de catastrophe naturelle déclaré jeudi dans 32 communes

Selon une estimation publiée ce vendredi par l’Association française de l’assurance (AFA), « les dégâts occasionnés par les inondations devraient conduire à la déclaration de plus de 60 000 sinistres pour un montant assuré estimé entre 550 et 650 millions d’euros ».

Ces violentes intempéries et les inondations qui ont suivi sont parmi les plus meurtrières de ces dernières années en France. Deux Allemands sont aussi encore portés disparus.

>> A lire aussi : Comment se faire indemniser?

«La profession, en lien avec les pouvoirs publics, a (...) déployé une série de mesures concrètes destinées à faciliter l'accompagnement des assurés, la déclaration de leurs sinistres et l'indemnisation de ceux-ci», a rappelé dans son communiqué l'association, qui regroupe les deux principales fédérations d'assureurs en France.

Déclaration de l'état de catastrophe naturelle

Parmi ces mesures déjà annoncées, les délais de déclaration des sinistres, qui doivent habituellement intervenir dans les 10 jours qui suivent la déclaration de l'état de catastrophe naturelle, ont été prolongés jusqu'au 31 octobre.

Cet arrêté de déclaration de l'état de catastrophe naturelle a été publié jeudi au Journal officiel.

Il concerne 18 communes du Var (Les Arcs, Brignoles, Cabasse, Callas, Camps-la-Source, Flassans-sur-Issole, Flayosc, Forcalqueiret, Fréjus, Méounes-les-Montrieux, La Motte, Néoules, Puget-sur Argens, La Roquebrussane, Saint-Antonin-du-Var, Saint-Raphaël, Le Thoronet, Trans-en-Provence) et 14 communes des Alpes-Maritimes (Antibes, Biot, Cagnes-sur-Mer, Cannes, Le Canet, Mandelieu-la-Napoule, Mougins, Nice, Roquefort-les-Pins, La Roquette-sur-Siagne, Téoule-sur-Mer, Valbonne, Vallauris, Villeneuve-Loubet).

Forte «sinistralité automobile»

Dans un communiqué séparé, la Caisse centrale de réassurance (CCR) a pour sa part évalué que le montant des dommages consécutifs à ces intempéries allait s'établir entre 500 millions et 650 millions d'euros, avec une «sinistralité automobile» p«articulièrement élevée par rapport à ce qui a pu être observé dans le passé»

La CCR offre notamment une couverture aux assureurs pour tous les sinistres causés par la sécheresse ou l'eau, et intervenus dans une commune ou un département ayant fait l'objet d'un arrêté ministériel.

La Caisse a, en outre, estimé qu'elle prendrait à sa charge environ 50% du montant des dégâts de cet événement climatique, du fait des contrats qui la lient à ses clients assureurs.