Uber annonce une baisse de ses tarifs de 20% à Paris

TRANSPORTS La société veut ainsi concurrencer de récentes offres commerciales de compagnies de taxis...

M.C. avec AFP
— 
Le directeur général d'Uber France Thibaud Simphal dans les locaux de l'entreprise à Paris, le 19 mai 2015.
Le directeur général d'Uber France Thibaud Simphal dans les locaux de l'entreprise à Paris, le 19 mai 2015. — MIGUEL MEDINA / AFP

Son service controversé Uberpop interdit, Uber contre-attaque sur le terrain commercial. La société annonce en effet une réduction de 20% des tarifs de ses courses en véhicule de tourisme avec chauffeur (VTC) à Paris, une mesure qui fait suite à de récentes offres commerciales de compagnies de taxis.

>> A lire aussi: Quand Uber envoie des lettres aux taxis pour les recruter

«Dès ce vendredi, à Paris, nous abaissons les tarifs de notre service de VTC UberX de 20%», a déclaré Thibaud Simphal, directeur général d'Uber France, au Figaro, en précisant que «pour notre service UberPool, qui permet à plusieurs passagers de partager un trajet en tout ou partie, nous ajoutons une baisse supplémentaire de 25% de 20h à 06h tous les jours».

La plateforme électronique de réservation de VTC a garanti à ses chauffeurs le maintien de leur chiffre d'affaires pendant six semaines, subissant donc seule une réduction des recettes qu'elle espère toutefois voir compensées par une hausse mécanique de l'activité, un phénomène qu'elle a dit avoir déjà observé à New York, selon un message sur son blog officiel.

Offres commerciales de deux compagnies de taxis

Cette réduction de tarifs intervient quelques semaines après que deux compagnies de taxis parisiens ont dévoilé des offres commerciales visant des noctambules circulant le week-end, via des ristournes de 20% réservées aux 15-25 ans pour la G7, ou un forfait de 10 euros la course pour les Taxis Bleus. Ce marché est particulièrement disputé, avec la présence de la start-up Heetch, qui se décrit comme «une plateforme nocturne dédiée aux jeunes pour aller et rentrer de soirée en toute sécurité», à des prix inférieurs à ceux des taxis.

La réduction annoncée par Uber intervient aussi deux semaines après l'interdiction définitive par le Conseil constitutionnel du service à bon marché UberPOP, dont les chauffeurs n'étaient pas des professionnels du VTC dûment formés mais de simples particuliers. Uber poursuit son activité de mise en relation avec des VTC, légale celle-là, et revendique pour elle «plus d'un million» d'utilisateurs en France, à Paris et dans huit grandes villes de région.

Lancé en 2009 aux Etats-Unis, Uber a révolutionné le secteur du transport avec son application sur téléphone portable du même nom. Mais l'entreprise, aujourd'hui valorisée à quelque 50 milliards de dollars, s'est heurtée aux taxis et aux régulateurs, en particulier en Europe.