Intempéries sur la Côte d'Azur: «Les pilleurs ne sont pas tous des délinquants»

INTERVIEW Le psychiatre Christian Navarre analyse le comportement des voleurs de ce week-end...

Propos recueillis par Delphine Bancaud

— 

A Biot, le 5 octobre 2015, aux abords d'une maison dévastée par les pluies diluviennes. AFP PHOTO / JEAN-CHRISTOPHE MAGNENET
A Biot, le 5 octobre 2015, aux abords d'une maison dévastée par les pluies diluviennes. AFP PHOTO / JEAN-CHRISTOPHE MAGNENET — AFP

Des actes sordides en plein drame. Plusieurs personnes ont pillé des supérettes dévastées lors des intempéries à Cannes ce week-end. Neuf personnes, dont deux vont être déférées devant les juges, ont été interpellées à la suite. Des « individus sans scrupule », selon le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve. Le psychiatre Christian Navarre, auteur de Psy des catastrophes (Editions Imago), explique ce phénomène.

Comment expliquer que les pillages surviennent lors de catastrophes ?

C’est un phénomène en effet bien connu, aussi bien dans les pays riches que dans les pauvres. Ces pillages peuvent ainsi avoir lieu en cas de catastrophe naturelle, de guerre, d’émeute, de gros accident, voire d’attentat… Ils se produisent dès qu’il y a du désordre et que l’organisation sociale vole en éclats. Les auteurs de ces actes profitent du chaos pour les commettre. C’est d’ailleurs pour cela que les policiers sécurisent généralement très vite les lieux d’un sinistre.

Quel est le profil des pilleurs ?

Il n’y en a pas qu’un, car les pilleurs ne sont pas tous des délinquants ! Certains volent sans penser à mal, par opportunisme. Ils ramassent un objet qui a été propulsé dans la rue par une tempête par exemple, en pensant que la personne qui l’a perdu se fera indemniser par les assurances. C’est comme si la notion de vol se diluait dans l’ambiance chaotique. En revanche, d’autres ont parfois un casier et sont dénués d’empathie pour les victimes d’une catastrophe naturelle ou d’un accident. Leur absence de morale les conduit à spolier, comme ils auraient pu le faire à d’autres occasions. Mais la situation de chaos provoquée par l’événement dramatique leur donne une liberté d’action dont ils profitent.

>> A lire aussi : Neuf pilleurs « sans scrupules » ont été interpellés, assure Cazeneuve

L’opinion publique condamne-t-elle fermement ce type de comportement ?

La société est sous le choc et ces pillages s’ajoutent à un précédent drame. L’opinion publique a donc tendance à condamner plus fortement ce type de vols, dont les auteurs s’attaquent à des personnes déjà fragilisées. Et les hommes politiques n’hésitent pas à condamner publiquement ces agissements, car ils sont dans leur rôle de représentation de l’ordre social et se doivent de rassurer la population.

La justice se montre-t-elle particulièrement sévère avec eux ?

Dans certains pays oui et elle est d’autant plus expéditive dans un contexte de chaos. L’idée est aussi de dissuader des individus d’imiter un jour les pilleurs…