Chalon-sur-Saône: Un nouveau recours déposé pour rétablir les menus sans porc à la cantine

POLEMIQUE La ligue de défense judiciaire des musulmans a saisi le tribunal administratif pour que la mairie rétablisse les menus sans porc à la cantine…

V.V. avec AFP

— 

Illustration cantine scolaire
Illustration cantine scolaire — SERGE POUZET/SIPA

La pratique avait cours depuis 1984. Mais on n’en a jamais autant parlé que cette année. Un nouveau recours visant à faire annuler la suppression du menu sans porc dans les cantines de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) a été déposé devant le tribunal administratif de Dijon, a-t-on appris ce lundi.

Retour sur les faits : Les menus sans porc supprimés au nom de la laïcité

C’est la Ligue de défense judiciaire des musulmans, association présidée par l’avocat controversé Karim Achoui, qui a saisi le tribunal administratif. Son recours pourrait être examiné dans les prochaines semaines.

Des considérations religieuses

Le conseil municipal de Chalon-sur-Saône a voté le 29 septembre à une large majorité une délibération mettant fin à la distribution de menus de substitution au porc dans les restaurants scolaires.

Najat Vallaud-Belkacem dénonce une « décision démagogique »

Le maire (Les Républicains) Gilles Platret, dont la décision annoncée dès mars dernier avait déclenché une vive polémique y compris dans son propre camp, estime que « la mention ‘avec’ou ‘sans porc’faisait entrer des considérations religieuses dans des lieux où elles n’avaient pas leur place ».

Le maire prône la neutralité du service public

L’édile a déclaré devant le conseil municipal vouloir « revenir à la neutralité de l’organisation du service public de la restauration scolaire ».

Portrait : Achoui ou le retour de « l’ex-avocat du milieu »

La Ligue de défense judiciaire des musulmans avait intenté un premier recours en référé-suspension devant la justice administrative durant l’été, dénonçant une atteinte du « droit au respect de la liberté de culte et de conscience » des enfants. Le tribunal avait alors débouté l’association au motif que la condition d’urgence n’était « pas remplie », aucun repas contenant du porc ne devant être servi avant le 15 octobre.