Intempéries sur la Côte d’Azur: Les autorités face aux défis du jour d'après

SECOURS Dimanche soir, le bilan provisoire était de 17 morts et quatre disparus…

V.V. avec AFP
— 
Une équipe de pompiers dans une rue de Mandelieu-la-Napoule, le 4 octobre 2015 dans le sud-est de la France
Une équipe de pompiers dans une rue de Mandelieu-la-Napoule, le 4 octobre 2015 dans le sud-est de la France — BORIS HORVAT AFP

Les secouristes n’ont pas interrompu leurs recherches la nuit dernière pour tenter de retrouver les quatre personnes disparues dont on est toujours sans nouvelle après les violents orages qui ont frappé la Côte d’Azur, dans la nuit de samedi à dimanche. Ce lundi devrait également être consacré aux travaux sur le réseau électrique, les voies de chemins de fer et les routes, durement touchés par les intempéries. 20 Minutes fait le point sur le jour d’après.

En direct : Revivez les événements de la journée de dimanche

  •  Quatre personnes toujours disparues
     

L’une était domiciliée à Antibes, deux autres à Cannes et la dernière à Mandelieu - La Napoule, les villes les plus touchées par la catastrophe. Les recherches des quatre personnes toujours disparues n’ont pas été interrompues, la nuit dernière, malgré l’obscurité. Elles devraient s’intensifier ce lundi. Dimanche soir, le dernier bilan faisait déjà état de 17 morts.

  •  Une cellule de soutien psychologique activée
     

Eprouvés par une nuit d’angoisse samedi, les sinistrés n’ont pas pu beaucoup se reposer la nuit dernière non plus. SI une cellule de soutien psychologique a rapidement été mise en place, ils ne sont pas près d’oublier ce qu’ils ont vécu. Comme cette aide-soignante et cette auxiliaire de vie de la maison de retraite de Biot, seules pour veiller sur 48 pensionnaires, qui se sont retrouvées « coupées du monde », sans téléphone, et n’ont pas sauvé trois personnes âgées, résidant au rez-de-chaussée de l’établissement.

Reportage : A Biot, soudain, une vague d’eau déferle

  •  10.000 foyers toujours privés de courant
     

Toujours à l’œuvre ce lundi, les équipes d’ERDF tenteront, de leur côté, de ramener le courant aux 10.000 foyers situés en plein cœur du sinistre et qui en sont toujours privés.

  •  Des écoles fermées
     

La préfecture avait annoncé qu’il y aurait sans doute des conséquences sur les transports scolaires. C’est désormais une certitude. Quinze écoles, un collège et un lycée resteront fermés, ce lundi, en attendant que les réseaux routiers soient sécurisés.

Retour : Les huit tempêtes qui ont meurtri la France

Un gros travail logistique doit aussi se poursuivre sur ce réseau, et pas moins de cent spécialistes de la forêt, des « forestiers-sapeurs » du Conseil départemental des Alpes Maritimes, seront à l’œuvre dès 09H00 pour enlever les « embâcles », des enchevêtrements de végétaux et de détritus qui menacent d’emporter quatre ponts sur la Brague.

Secteur de la #brague à #Antibes partiellement inondé ce dimanche matin #inondations #intempéries pic.twitter.com/rTEo9Rnbd3
— France 3 Côte d’Azur (@F3cotedazur) October 4, 2015
  •  Encore des perturbations sur les chemins de fer
     

La SNCF tentera de faire circuler quelques trains avec la « priorité aux transports du quotidien, utilisés tous les jours par plusieurs milliers de voyageurs ». De leur côté, les TGV Paris-Nice s’arrêteront à Toulon, ne pouvant aller plus loin.

  •  L’heure des comptes
     

Aucune estimation chiffrée des dégâts n’avait encore pu être calculée dimanche, mais les sinistrés, dont des commerçants ou des habitants de pavillons qui ont parfois tout perdu, leurs biens emportés par une coulée de boue, pourront commencer lundi à faire leurs comptes. François Hollande a annoncé que l’état de catastrophe naturelle serait déclaré dès mercredi en Conseil des ministres, un point clé pour le versement des indemnisations.