Caen: Un sosie de Johnny jugé pour avoir accumulé trop de cachets

JUSTICE Le parquet a estimé que ses spectacles « dépassent très largement le cadre d’une activité accessoire »…

20 Minutes avec agence
Capture d'écran du site de Johnny Rock, sosie de Johnny Halliday, le 9 octobre 2013.
Capture d'écran du site de Johnny Rock, sosie de Johnny Halliday, le 9 octobre 2013. — DR

Denis Le Men, alias Johnny Rock, aurait accumulé trop de cachets artistiques pour pouvoir continuer à toucher l’Ata, allocation des travailleurs de l’amiante réservée aux personnes n’exerçant qu’une activité occasionnelle (environ 1.400 euros mensuels).

L’un des plus célèbres sosies de Johnny était donc jugé, ce mercredi, à Caen, signale Ouest-France, pour « avoir trop chanté ». Le 8 octobre 2013, le tribunal correctionnel de Cherbourg avait relaxé Denis Le Men des chefs de « travail dissimulé » et de « fraude » pour la période allant de 2009 à 2010.

#Johnny Rock, sosie de #Johnny Hallyday se dit victime de discrimination dvt justice #caen https ://t.co/vW78gaNU7O pic.twitter.com/4dCT3nQeQk
— Bleu_BNormandie (@fbleubnormandie) September 30, 2015

« Continuer de chanter » pour « rester vivant »

Mais le sosie de l’idole des jeunes et retraité des chantiers navals Bellot était condamné à rembourser 23.470  euros et à s’acquitter de 1.000 euros d’amende pour « avoir cumulé ses revenus d’artiste et son allocation ». La Carsat, organisme qui lui versait son allocation amiante, lui réclamait, elle, 86.000 euros. L’artiste, originaire de Cherbourg, avait fait appel.

Mais hier, à la cour de Caen, le parquet a à nouveau estimé, dixit Ouest-France, que ses spectacles « dépassent très largement le cadre d’une activité accessoire », tolérée par l’administration. La justice, elle, trenchera le 18 novembre. D’ici là, Johnny Rock, qui souffre un épaississement de la plèvre, va « continuer de chanter » pour, dit-il comme son idole, « rester vivant »