Accident de Brétigny: Une nouvelle piste impliquant un pont évoquée

ENQUETE Des travaux menés en 2011 sur un pont proche de la voie ferrée auraient pu user les rails anormalement…

N.Bg.

— 

Inspection des rails en Ile-de-France en 2013.
Inspection des rails en Ile-de-France en 2013. — VINCENT WARTNER/20 MINUTES

La piste n’avait jamais été évoquée jusqu’ici : après avoir consulté des pièces du dossier de l’instruction menée pour faire la lumière sur l’accident ferroviaire de Brétigny-sur-Orge, qui avait fait sept morts et 23 blessés en juillet 2013, Le Figaro affirme que des travaux sur un pont situé près de la voie ferrée pourraient avoir une responsabilité dans le drame.

Deux auditions menées en octobre et novembre 2013 sont évoquées par le site du quotidien : celles de cheminots affectés à la maintenance, Paul, 44 ans dont quinze à la SNCF, et Pierre, qui a une ancienneté de vingt-cinq ans dans l’entreprise (les prénoms ont été changés). Ils mettent en cause les travaux effectués en 2011 sur le pont Anatole-France. « Depuis ces travaux qui ont eu lieu en novembre 2011, nous avons observé une nouvelle contrainte sur les voies, évoque Paul, repris par Le Figaro. (…) On avait beaucoup plus de boulons cassés sur la traversée, des éclisses fissurées ou cassées, surtout au niveau des rails, moins au niveau des cœurs. Surtout sur les éclisses. »

Des fissures pendant les travaux

C’est justement une éclisse, cette sorte d’agrafe sur l’aiguillage, qui est à l’origine du déraillement, quand une fissure non détectée lors des tournées de surveillance, et dont trois des quatre boulons s’étaient cassés ou dévissés, a fait pivoter l’objet et provoqué l’accident.

Pierre, qui vit en face du pont, avance, lui, que lors des travaux de 2011, des fissures étaient apparues sur les bâtiments alentour, et s’inquiète de l’effet qu’ils ont pu avoir sur les rails. Le Figaro insiste aussi sur un autre passage de l’audition de Paul, où le cheminot assure que les tournées d’inspection se font de nuit plutôt que de jour, rendant difficile la détection d’une fissure.

Selon Le Figaro, la justice refuse de s’intéresser à cette piste des travaux de 2011 et a rejeté les demandes des parties civiles en ce sens.