Qui est Salim Benghalem, frère d’armes des Kouachi et geôlier en Syrie ?

PORTRAIT Ce djihadiste français ferait partie de la police islamique de Daesh selon les informations du « Monde »…

W.M.

— 

Salime Benghalem
Salime Benghalem — 20 Minutes

La nébuleuse des djihadistes français s’éclaircit de mois en mois. Selon Le Monde, Salim Benghalem, compagnon d’armes des frères Kouach, aurait été le geôlier des ex-otages français (Didier François, Edouard Elias, Nicolas Hénin et Pierre Torres) en Syrie aux côtés de Mehdi Nemmouche, l’auteur de la tuerie au musée juif de Bruxelles.

INFOGRAPHIE. Attaques terroristes à Paris: La nébuleuse des «frères» Kouachi et Coulibaly

Une information judiciaire a été ouverte le 23 juillet dernier par la section antiterroriste du parquet de Paris pour enlèvement et séquestration visant Mehdi Nemmouche mais aussi Salim Benghalem, occupant aujourd’hui une place de haut rang au sein de la police islamique de Daesh. Selon une note de la DGSI, révélée par le quotidien du soir, « il participerait aux exécutions et châtiments corporels administrés aux personnes jugées par leurs soins ».

>> A lire aussi : Coulibaly et les frères Kouachi se sont entourés de braqueurs et de dealers

Ancien délinquant

Agé de 34 ans, Salim Benghalem est l’un des djihadistes les plus recherchés par les Etats-Unis. Il s’enfuit en 2001 de France pour échapper à la justice après un règlement de compte sur fond de bandes rivales. Arrêté en Algérie, il est remis à la justice française qui le condamne à 11 ans de prison pour meurtre et tentative de meurtre. C’est à Fresnes (Val-de-Marne) qu’il se serait radicalisé au contact de son codétenu, Mohamed El Ayouni, qui a été blessé en Irak après y avoir été envoyé via la filière des Buttes-Chaumont, dans laquelle les frères Kouachi ont été impliqués.

Mis sur écoute, les policiers se rendent compte qu’il entretient une liaison téléphonique avec Smaïn Ait Ali Belkacem, l’artificier de l’attentat de la station RER Saint Michel à Paris en 1995. Benghalem est interrogé et placé en garde à vue mais les policiers ne parviennent pas à prouver son implication dans une association de malfaiteurs en vue de préparer des actes terroristes. Il est relâché et part en Syrie où il rejoint les rangs de Daesh.

>> A lire aussi : Les victimes des attentats de 1995 ont le sentiment d’être « poursuivies » par le terrorisme