Responsabilité pénale: Focus sur le profil psychologique de quatre djihadistes

TERRORISME La chambre de l’instruction doit ce jeudi se prononcer sur la responsabilité pénale de l’un d’entre eux...

William Molinié

— 

Yassin Salhi entre des policiers lors de la perquisition à son domicile le 28 juin 2015 à Saint-Priest
Yassin Salhi entre des policiers lors de la perquisition à son domicile le 28 juin 2015 à Saint-Priest — PHILIPPE DESMAZES AFP

De Mohamed Merah à Ayoub El Khazzani (attaque du Thalys), les djihadistes qui ont passés à l’acte n’ont pas tous le même parcours. Alors que la personnalité psychique du djihadiste français Alexandre Dhaussy doit être examiné ce jeudi par la chambre de l’instruction à Paris, 20 Minutes explore les profils psychologiques de quatre terroristes français.

>> A lire aussi : Les djihadistes sont-ils fous ?

  • Mohamed Merah

 

France 2

 

Les faits : En mars 2012 à Toulouse et Montauban, Mohamed Merah a tué sept personnes. Trois militaires et quatre civils dont trois enfants d’une école juive.

Armes du crime : Pistolet de type Volt 45, Mini-Uzi de calibre 9mm.

Profil psychologique : Le 15 janvier 2009, un expert psychiatre évalue la personnalité de Mohamed Merah. Décrit comme « immature » et « fragile », il a bénéficié d’un suivi psychiatrique lorsqu’il se trouvait en prison. « Sa mise en détention renforce l’anxiété et confirme les idées dépressives », conclut l’expert.

Expertise psychologique Mohamed Merah

Situation pénale : Tué par le Raid après 30 heures de siège à son domicile.

  • Alexandre Dhaussy

 

Eric Feferberg AFP

 

 

Les faits : Le 25 mai 2013, il poignarde dans le cou un soldat en patrouille Vigipirate dans le quartier d’affaires de La Défense.

Armes du crime : Un couteau.

Profil psychologique : Son avocat, Me Mamere, nous décrit un homme dons la « psyché n’est pas construite ». Trois expertises psychiatriques ordonnées par un juge d’instruction concluront à l’abolition du discernement. Et toutes a minima à l’altération de sa personnalité. En clair, il relèverait plutôt de l’asile que de la justice.

Situation pénale : Actuellement incarcéré. La question de sa responsabilité pénale doit être tranchée le jeudi 24 septembre 2015 par la chambre de l’instruction du tribunal de grande instance de Paris.

  • Mehdi Nemmouche

 

SIPA

 

 

Les faits : Le 24 mai 2014, il abat quatre personnes après être rentré dans le musée juif de Bruxelles.

Armes du crime : Revolver et fusil d’assaut.

Profil psychologique : L’homme a souvent été dépeint comme le « miroir » de Mohamed Merah, tant son parcours, son histoire et son passage à l’acte, ressemblent à ceux du tueur toulousain. Si les rapports d’expertise le concernant font état d’un individu semble-t-il doté de toutes les facultés mentales, il a été dépeint comme affabulateur et tortionnaire sadique par son ancien captif, le journaliste ex-otage de Daesh, Nicolas Hénin.

Situation pénale : Incarcéré en Belgique. Dans l’attente de son procès.

  • Yassin Salhi

 

DR

 

Les faits : Il a décapité son patron à Saint Quentin-Fallavier (Isère) le 26 juin 2015 avant de poser sa tête sur le grillage de l’usine et d’envoyer un selfie en Syrie.

Armes du crime : Couteau et arme factice.

Profil psychologique : Les motivations du djihadiste sont toujours aujourd’hui troubles. L’homme a reconnu avoir tué son patron mais refuse d’être considéré comme un terroriste. Selon lui, il aurait mis en scène cette exécution pour « frapper les esprits ». Les psychiatres tentent de savoir s’il y avait bien une intention terroriste ou s’il a agi par vengeance à l’encontre de son patron. La police décrit un personnage « hybride ». « En l’état actuel de l’enquête, cela ressemble à un individu radicalisé de longue date, chez qui une soudaine pulsion meurtrière déclenche un processus irrationnel teinté de djihadisme. Comme si l’envie de meurtre avait précédé l’intention terroriste », a détaillé au Monde une source proche de l’enquête.

Situation pénale : Incarcéré et mis en examen. Une information judiciaire est ouverte.