Volkswagen: Que va-t-il se passer pour les propriétaires des véhicules truqués?

AUTOMOBILE Le constructeur allemand a équipé 11 millions de véhicules d’un logiciel tricheur pour passer des tests antipollution…

L.C.
— 
Un Golf Volkswagen TDI diesel passe un contrôle le 21 septembre 2015 à Francfort
Un Golf Volkswagen TDI diesel passe un contrôle le 21 septembre 2015 à Francfort — PATRICK PLEUL DPA

Epinglé par l’agence environnementale des Etats-Unis (EPA), le constructeur automobile allemand Volkswagen a déclaré mardi qu’environ 11 millions de ses véhicules étaient équipés d’un logiciel tricheur pour camoufler les émissions de réelles de gaz polluants. Quels sont les voitures concernées et que doivent faire leurs propriétaires ? 20 Minutes fait le point.

Quelles sont les voitures concernées ?

Si Volkswagen a avancé le nombre de 11 millions de véhicules truqués en circulation dans le monde, le groupe n’a pas encore publié la liste des modèles concernés ni la période commercialisation.

Le constructeur a toutefois précisé que l’algorithme tricheur est installé sur le moteur diesel quatre cylindres TDI Euro 5 du type EA 189. On ignore à ce jour si tous les véhicules équipés de ce moteur sont dotés du logiciel incriminé. Ce moteur a pu être commercialisé dès le 1er octobre 2009, date d’application de la norme européenne d’émission « Euro 5 ». Il équipe notamment les modèles des marques VW, Audi, Skoda et SEAT. Aux Etats-Unis, les modèles VW Golf, Jetta, Beetle, Passat et Jetta sont concernés ainsi que l’Audi A3, selon les autorités américaines.

>> À lire aussi : Comment une ONG a accidentellement démasqué la tricherie de Volkswagen

Que faire si je roule en diesel Volkswagen ?

Si vous possédez une voiture équipée de ce moteur, il vous faudra attendre un peu avant d’être certain que votre véhicule est « truqué ». « Volkswagen ne nous a pas encore envoyé la liste des numéros de châssis concernés », précise un concessionnaire en région parisienne.

En attendant, pas d’inquiétude à avoir, car ce logiciel ne pose a priori pas de risques pour la sécurité des utilisateurs. « Les véhicules actuellement équipés du moteur 2.0TDI peuvent continuer à être opérés » a déclaré la présidente canadienne de Volkswagen, Maria Senstroem. Elle a ajouté que les clients n’ont « aucune mesure » à prendre pour l’instant.

Quelles solutions sont-elles envisagées ?

Volkswagen va-t-il décider de rappeler les véhicules truqués pour reprogrammer ou désactiver le logiciel tricheur ? Va-t-il proposer aux clients d’échanger leur véhicule diesel contre un modèle essence, comme cela serait envisagé au Canada ?

Le groupe planche actuellement sur une solution. « En fonction de la solution technique choisie par Volkswagen, s’il doit y avoir un rappel de véhicules, les propriétaires seront prévenus par lettre recommandée avec accusé de réception ». Si le véhicule doit être reconfiguré chez un spécialiste, « les modifications seront effectuées sans aucun frais pour les clients », précise un concessionnaire qui affirme n’avoir à ce jour pas plus d’informations que le public. « Nous n’étions au courant de rien ».

L’Etat peut-il réclamer des comptes à Volkswagen ?

Il existe en France un système de bonus et malus pour inciter les consommateurs à acheter des véhicules moins polluants. Un client qui achète une voiture émettant moins de 60 grammes de dioxyde de carbone (CO2) par kilomètre peut recevoir une aide de l’Etat allant jusqu’à 4.000 euros. A l’inverse, les véhicules moins écologiquement vertueux sont sanctionnés par un malus : le coût du certificat d’immatriculation du véhicule peut être majoré de 150 à 8 000 euros.

Le logiciel tricheur a-t-il faussé l’application de ce barème, en permettant à un acheteur de payer un malus moins élevé grâce à des taux d’émissions de polluants faussés ? Si c’est le cas, l’Etat pourrait-il exiger du constructeur allemand qu’il rembourse la différence ?

Dès janvier 2016, les véhicules les moins polluants pourront arborer une vignette spéciale leur donnant accès à certaines zones urbaines. Mais comment évaluer le taux réel d'émissions polluantes des voitures truquées ? 

>> À lire aussi : Le « dieselgate » peut-il couler le géant allemand de l’automobile ?