Lors d'un procès en diffamation, Adeline Blondieau accuse Johnny Hallyday de viols

JUSTICE Elle avait épousé le chanteur une première fois quand elle était âgée de 19 ans...

20 Minutes avec AFP

— 

Adeline Blondieau au festival de télévision de Monte-Carlo en juin 2012.
Adeline Blondieau au festival de télévision de Monte-Carlo en juin 2012. — VALERY HACHE / AFP

Adeline Blondieau, qui a été mariée deux fois avec Johnny Hallyday, a accusé mardi en pleine audience la star, qu’elle poursuit en diffamation, de l’avoir « violée » quand elle était adolescente. « Il m’a violée quand j’avais 14 ans, 15 ans, chez mes parents », a-t-elle affirmé devant le tribunal correctionnel de Paris, accusant celui qu’elle a épousé pour la première fois en 1990, alors qu’elle avait 19 ans.

Elle a tenu ces propos alors que le tribunal se penchait sur un passage de la biographie de Johnny qu’elle attaque, dans lequel le chanteur affirme qu’elle « débarquait chaque nuit pour jouer avec le feu que j’étais » avant de lui demander de l’épouser une fois qu’elle était majeure. Elle l’a décrit comme infidèle, mais aussi « alcoolique et violent ».

« Aujourd’hui je vais bien »

« Il a abusé de moi. On n’en a jamais parlé lui et moi », a-t-elle poursuivi, il s’agissait « d’un secret très violent, mais qui nous liait aussi d’une certaine façon ». Elle a ajouté avoir fait dix ans d’analyse. « Aujourd’hui je vais bien », a-t-elle expliqué, regrettant l’absence de Johnny Hallyday à l’audience. Dans sa plaidoirie, l’avocat de la star, Me Arnaud Albou, a quant à lui estimé que « nous ne pourrons jamais savoir qui dit la vérité », soulignant qu’Adeline Blondieau n’a jamais déposé plainte pour ces faits, qu’elle n’avait jamais évoqués jusqu’alors.

Les faits dénoncés ne peuvent a priori pas donner lieu à des poursuites, en raison du délai de prescription. Et les propos d’Adeline Blondieau ne peuvent pas faire l’objet d’éventuelles poursuites en diffamation de la part du chanteur car ils ont été tenus en audience devant le tribunal. La comédienne de la série « Sous le soleil » a lancé cette révélation devant le tribunal qui examinait sa plainte en diffamation contre Johnny Hallyday et l’écrivain Amanda Sthers, coauteurs du livre « Dans mes yeux », paru en février 2013, et les éditions Plon.