Prières de rue comparées à l'Occupation: Marine le Pen renvoyée en correctionnelle

JUSTICE La présidente du Front national comparaîtra le 20 octobre pour ses propos polémiques tenus en 2010…

C.P. avec AFP

— 

La présidente du FN Marine Le Pen, le 5 septembre 2015 à Marseille
La présidente du FN Marine Le Pen, le 5 septembre 2015 à Marseille — ANNE-CHRISTINE POUJOULAT AFP

Nouveau souci judiciaire pour le parti d’extrême droite. La présidente du Front national, Marine Le Pen, a été renvoyée devant le tribunal correctionnel de Lyon le 20 octobre pour des propos tenus en 2010 à Lyon.

Information judiciaire ouverte en 2012

En décembre 2010, pendant une réunion publique devant des militants à Lyon, Marine Le Pen, alors en campagne pour la présidence du FN, avait dénoncé dans un discours les « prières de rue » de musulmans en les qualifiant « d’occupation ».

Une première enquête pour « incitation à la haine raciale » avait été classée, mais une information judiciaire avait été ouverte en 2012 après la saisine du doyen des juges d’instruction par une association.