L'association Salam distribue des repas chauds aux migrants à Calais.
L'association Salam distribue des repas chauds aux migrants à Calais. — PHILIPPE HUGUEN / AFP

SOLDARITE

Crise des migrants: «Beaucoup de Français ne sont pas encore prêts à donner de l'argent en faveur des réfugiés»

Pour Jacques Malet, président de l’Institut Recherches et Solidarités, les Français sont davantage prêts à faire des dons en nature…

Une cause qui ne fait pas dégainer son chéquier. Selon Le Figaro, les appels aux dons lancés par la Fondation de France et Médecins du monde en faveur des réfugiés ont eu un faible écho. Jacques Malet, président de l’Institut Recherches et Solidarités en explique les raisons à 20 minutes.

Pourquoi les dons en faveur des réfugiés ne décollent-ils pas en France ?

Les Français sont mobilisés lorsqu’une catastrophe naturelle a lieu dans un pays bien précis. Or, dans le cas présent, la cause des réfugiés n’est pas localisée. Les Français ne savent pas précisément d’où ils viennent et où ils vont aller. Ils sont un peu perplexes. Ils ne savent pas non plus à quoi servira cet argent. Car les associations ont été prises de court et ont du mal à organiser leurs actions. Beaucoup ne savent pas quel programme proposer à leurs donateurs. Or, ces derniers ont besoin de connaître un projet avant de sortir leur portefeuille.

Cette faible mobilisation des donateurs n’est-elle pas aussi le reflet d’une opinion française partagée sur le sujet des migrants ?

Si. Car les Français voient beaucoup de misère autour d’eux et certains préfèrent aider les personnes qui sont dans le besoin près de chez eux, plutôt que de soutenir des réfugiés qu’ils ne voient qu’à la télévision. D’autant que seul un Français sur quatre donne régulièrement aux associations.

>> A lire aussi: Sondage : Les Français toujours aussi frileux sur l’accueil des migrants

Il semblerait cependant que la photo du petit Aylan ait quand même provoqué un sursaut chez les donateurs, ainsi que l’indique Médecins du monde…

Oui, cette photo a eu un impact énorme en termes d’empathie envers les réfugiés. Mais les médias passant d’un sujet à un autre, cette cause a été parasitée par beaucoup d’autres thèmes et l’élan de solidarité n’a pas perduré.

>> A lire aussi:Les initiatives privées pour venir en aide aux migrants se multiplient

Comment expliquer cependant que beaucoup de Français aient fait des dons de nourriture et de vêtements aux associations en faveur des réfugiés ?

Car ils sont persuadés que ces dons serviront forcément à quelque chose. Certains proposent aussi d’héberger des migrants, de jouer les traducteurs ou de devenir bénévoles pour les associations qui aident les réfugiés. Mais de là à faire un chèque, il y a un pas, surtout en période de crise. Beaucoup ne sont pas encore prêts à donner de l’argent. Pour qu’ils soient prêts à le faire, il faudrait déjà que le discours politique soit plus clair sur la question des réfugiés.