Programmes scolaires: On connaît les premières nouveautés

EDUCATION Présentés ce matin à la ministre de l'Education, les nouveaux programmes scolaires visent à consolider l'apprentissage de la lecture, de l'écriture et du calcul mental...

H.S. avec AFP

— 

Rentrée scolaire le 1er septembre 2015 dans une école de Marseille
Rentrée scolaire le 1er septembre 2015 dans une école de Marseille — BERTRAND LANGLOIS AFP

Najat Vallaud-Belkacem le sait, le terrain est glissant. Lors de la présentation d’une première version des programmes du CP à la 3e au printemps dernier par le Conseil supérieur des programmes (CSP), les critiques ont fusé de toute part. Historiens et enseignants dénonçaient la mise en place de modules facultatifs ou le « manque de cohérence » de ces nouveaux programmes scolaires.

Pour apaiser le mécontentement des professeurs d’histoire ou de langues, la ministre de l’Education a appelé dès le mois d’avril, les enseignants à s’exprimer sur les propositions du Conseil supérieur des programmes. Après cinq mois de consultation et de modifications, une version « finale » est présentée ce vendredi. 

  • Dictée, lecture à voix haute et calcul mental obligatoires

Dans une tribune publiée ce matin sur le site du quotidien Le Monde, la ministre précise : « Nombreuses sont les recherches démontrant l’impact des exercices fréquents pour fixer les fondamentaux (…) c’est le sens des nouveaux outils d’évaluation mis en place dès le CE2 en mathématiques et en français. C’est aussi la raison des entraînements quotidiens à l’écriture, à la lecture, au calcul mental, que les nouveaux programmes rendent obligatoires ». L’accent sera mis sur la pratique du français. En plus des dix heures hebdomaires qui lui sont déjà consacrées du CP au CM2, dix autres heures supplémentaires, réparties dans les autres matières devraient voir le jour.

Ainsi, dès la rentrée 2016, et seulement si le projet est validé par le Conseil supérieur de l’éducation, dictée et exercices de calcul mental deviendront incontournables. l’ex secrétaire d’Etat aux droits des femmes a souligné l’importance du calcul, même si les enfants travailleront plus tard avec une calculette. Il est « très important de s’entraîner suffisamment pour automatiser des réflexes, et le calcul mental est un de ces réflexes qu’il faut avoir », a-t-elle dit.

  • Les modules facultatifs supprimés en histoire

En avril, ce point a fait bondir certains professeurs d’hHistoire-géographie. Dans une volonté d’apaisement, la ministre a confirmé que la distinction entre les périodes obligatoires et facultatives avait été « effacée » dans la nouvelle version. « Toutes les grandes périodes de l’histoire de France seront étudiées » mais « nous laissons la possibilité aux enseignants de choisir leurs exemples ».

Annoncé au lendemain des attentats à Charlie Hebdo, le renforcement de l’enseignement du fait religieux avait également suscité des inquiétudes. Najat Vallaud-Belkacem l’a rappelé dans sa tribune : « Les nouveaux programmes chronologiques renforcent aussi l’enseignement laïque du fait religieux ».

  • Des programmes organisés par « cycles »

Autre nouveauté, les programmes ne s'articulent plus autour de classes mais de cycles. Chaque cycle englobe trois années, le premier correspond aux classes de CP,CE1, CE2, le second aux classes de CM1, CM2, 6e et le dernier aux classes de 5e, 4e, 3e. 

  • Le grec et le latin valorisés

Les rumeurs de suppression de l'apprentissage du grec et du latin avaient suscité la colère de ses enseignants. Une histoire ancienne puisque les nouveaux programmes assurent accorder « une place significative au travail sur les langues anciennes dans le programme de français du cycle 4 ».