«Minute» condamné en appel pour avoir comparé Taubira à un singe:

JUSTICE Le journal d'extrême droite devra verser une amende de 10.000 euros...

L.C. avec AFP
— 
Une enquête pour injure raciale a été ouverte contre l'hebdomadaire d'extrême droite Minute, en kiosque mercredi, dont la Une comparant Christiane Taubira à un singe a été fermement condamnée par l'ensemble de la classe politique.
Une enquête pour injure raciale a été ouverte contre l'hebdomadaire d'extrême droite Minute, en kiosque mercredi, dont la Une comparant Christiane Taubira à un singe a été fermement condamnée par l'ensemble de la classe politique. — Pierre Andrieu AFP

Jean-Marie Molitor, le directeur de Minute devra bien payer une amende de 10 000 euros pour la une du journal d’extrême droite qui comparait la ministre de la Justice Christiane Taubira à un singe. La cour d’appel de Paris a confirmé ce jeudi cette sentence et a également condamné Jean-Marie Molitor à verser 2 000 euros de dommages et intérêts à la Ligue des droits de l’Homme et à la Maison des potes.

Le conseil de Jean-Marie Molitor, Frédéric Pichon, s’est dit « heureux » que la cour n’ait pas suivi l’accusation, qui avait fait appel et requis, outre l’amende, une peine de prison avec sursis [trois mois lors du premier procès, deux mois lors du second], mais « déçu » qu’elle n’ait pas relaxé son client.

La Cour s’est aussi prononcée sur un dessin, paru dans Minute le 30 octobre 2013. Passé presque inaperçu à l’époque, il représentait un singe, versant une larme, dont l’avocat déclarait : « Mon client porte plainte pour avoir été odieusement caricaturé en madame Taubira ». Le tribunal a confirmé la relaxe du dessinateur David Miège et de Jean-Marie Molitor.

En couverture de son édition du 13 novembre 2013, le journal avait publié une photo de la garde des Sceaux, avec ce titre : « Maligne comme un singe, Taubira retrouve la banane ». Jugeant la peine trop clémente, le parquet de Paris avait fait appel de la condamnation à une amende de 10 000 euros en novembre dernier.