Le numérique à l’école aide-t-il les élèves à progresser?

EDUCATION Le rapport PISA de l’OCDE rendu public ce mardi montre que la formation des enseignants dans ce domaine pêche encore...

Delphine Bancaud

— 

Le 11 septembre 2013. Depuis la rentre 2013, le college Georges Charpak a Goussainville a recu de nouveaux equipements informatiques, ordinateurs, tableaux numerique interactifs...  // Photo : V. Wartner / 20 Minutes
Le 11 septembre 2013. Depuis la rentre 2013, le college Georges Charpak a Goussainville a recu de nouveaux equipements informatiques, ordinateurs, tableaux numerique interactifs... // Photo : V. Wartner / 20 Minutes — Vincent Wartner

Tableaux interactifs, tablettes, espaces numériques de travail… Le numérique fait désormais partie du paysage scolaire des élèves français. Mais multiplier les équipements dans ce domaine ne garantira pas une meilleure réussite des élèves, à en croire le rapport PISA de l’OCDE sur les compétences numériques des élèves de 15 ans, dévoilé ce mardi. « Le numérique n’est pas la solution miracle à l’école. Tout dépend de la façon on fait travailler les élèves avec », affirme Eric Charbonnier, expert éducation à l’OCDE.

Selon cette étude, les pays qui ont consenti d’importants investissements dans les TIC (technologies de l’information et de la communication) à l’école n’ont enregistré aucune amélioration notable des résultats de leurs élèves en compréhension de l’écrit, en mathématiques et en sciences. Et alors qu’on aurait pu croire que le numérique allait motiver les élèves, il n’existe pas de lien non plus entre le temps d’utilisation des TIC en classe et les performances scolaires : « Les élèves espagnols utilisent le numérique 30 minutes par jour sans que leurs résultats scolaires s’en ressentent positivement dans l’étude PISA », note ainsi Francesco Avvisati, expert à l’OCDE.

Des élèves qui ont tendance à se dissiper davantage

Les comparaisons internationales montrent même que les élèves qui utilisent modérément les ordinateurs à l’école réussissent mieux. Par ailleurs, l’utilisation des TIC peut avoir des effets négatifs sur la discipline des élèves en classe, certains ayant plus tendance à se dissiper avec ces outils. « C’est notamment le cas dans les pays où les enseignants ont introduit le numérique récemment et où ils n’ont pas été suffisamment bien formés à ses usages », souligne Eric Charbonnier.

Pas question cependant de renoncer au développement du numérique à l’école, qui va dans le sens de l’histoire, insiste l’OCDE. « Mais pour que son utilisation soit efficace, elle doit répondre à des finalités pédagogiques », insiste Francesco Avvisati. Inutile donc selon lui de chercher à multiplier les tablettes dans les établissements, si on n’a pas réfléchi en amont à la manière dont elles pourraient être utilisées.

Mettre le paquet sur la formation des enseignants

« Le numérique est intéressant quand il permet d’augmenter le temps passé à étudier et à s’exercer pour un élève. Et lorsqu’il permet une meilleure individualisation de la pédagogie. Il faut investir dans le numérique mais intelligemment en définissant les bonnes pratiques pédagogiques en amont », insiste Eric Charbonnier

« Pour ce faire, il est impératif que les enseignants soient mieux formés à ces usages », insiste Francesco Avvisati. Le plan numérique du gouvernement prévoit justement que tous les enseignants soient formés d’ici à la fin 2016 à l’apport du numérique dans les pratiques pédagogiques. Mais il faudra sans doute attendre quelques années avant que les résultats scolaires des petits Français ne s’en ressentent…