Mort du petit Aylan : Le dessinateur Chaunu menacé de mort sur les réseaux sociaux après son dessin

MEDIAS Pour Chaunu, cette caricature est un dessin « hommage » à la mort de l'enfant...

20 Minutes avec agence

— 

Caricature de Chauna sur la mort d'Aylan, dont le corps inaminé a été retrouvé début septembre sur une plage turque
Caricature de Chauna sur la mort d'Aylan, dont le corps inaminé a été retrouvé début septembre sur une plage turque — Capture d'écran - Facebook

Alors que la photo d’Aylan [un enfant syrien de 3 ans mort noyé, dont le corps a été retrouvé sur une plage turque] faisait le tour du monde ce jeudi 3 septembre, le dessinateur Chaunu a décidé de réagir à sa manière en publiant sur Facebook, le même jour, un dessin faisant écho à la tragédie.

Sur l’illustration, on peut apercevoir le petit garçon, allongé, la tête jonchant le sable. A la différence que, sur la caricature, Aylan a un cartable sur le dos. En guise de légende, la phrase suivante : « C’est la rentrée ».

Une vague de commentaires négatifs

Un dessin qui a provoqué un déferlement de commentaires négatifs. Si certains qualifient le dessin « d’extrêmement décevant », d’autres, plus virulents, font l’amalgame avec Charlie Hebdo (le dessinateur de presse, qui ne fait pas partie de la rédaction, collabore notamment avec Ouest-France), déclarant sur Twitter « ils cherchent vraiment à se faire fusiller une deuxième fois », « Charlie Hebdo jcrois que la mort ne vous fait pas peur vous voulez que d’autres malade comme les kouachi reviennent (sic) » ou encore « Charlie Hebdo ils continue d’aller trop loin, j’espère juste ça va de retourner contre eux (sic) ». Au-delà des insultes, certains vont même jusqu’à proférer des menaces de mort envers le dessinateur caennais.

Face à la polémique, celui-ci s’est expliqué au quotidien L’Union : « Ce n’est pas une caricature, ni un dessin d’humour. C’est un dessin au crayon. […] Cet enfant n’ira jamais à l’école. C’est un hommage. J’ai dessiné sur la photo. » A cela il ajoute, cité par Libération : « Le 7 janvier a laissé des traces, et pas forcément dans la défense des dessinateurs. Les réactions sont beaucoup plus passionnelles depuis ces événements, les gens commentent sans aucune analyse de l’image. J’ai déjà fait des dessins un peu difficiles, mais cette photo, les gens se la sont appropriées. »

« Il n’y a pas de caricature sans culture »

Invité de France 3 Normandie, le dessinateur, qui depuis, a reçu de nombreux messages de soutiens, a conclu ainsi : « Ce dessin est un dessin hommage, un dessin poétique, ce n’est pas une caricature cynique. Si certains n’ont pas su décrypter le dessin, c’est parce que décidément il n’y a pas de caricature sans culture. »