La France épinglée par l'ONU pour les expulsions de force systématiques de Roms

IMMIGRATION Le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme appelle à «remplacer cette politique punitive et destructrice par une politique véritablement inclusive»...

D.B. avec AFP

— 

Bidonville baptise la "Place du Samaritain", à  La  Courneuve. Credit:William Abenhaim/SIPA
Bidonville baptise la "Place du Samaritain", à La Courneuve. Credit:William Abenhaim/SIPA — SIPA

Le Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, a dénoncé vendredi la « politique nationale systématique d’expulsions de force des Roms » en France, deux semaines après l’évacuation contestée de l’un des plus vieux bidonvilles du pays.

« Il apparaît de plus en plus clairement qu’il existe une politique nationale systématique d’expulsions de force des Roms », a affirmé le Haut-Commissaire dans un communiqué, appelant les autorités françaises à « remplacer cette politique punitive et destructrice par une politique véritablement inclusive ».

L’exemple de La Courneveuve

Fin août, le Samaritain, l’un des plus anciens bidonvilles roms de France, a été évacué malgré l’intervention de l’évêque, la présence d’enfants scolarisés et la mobilisation citoyenne. Une décision qui a suscité une pluie de critiques.

« L’expulsion a été menée sans avertissement, alors que celui-ci est normalement de 24 heures minimum. Elle est survenue tôt dans l’après-midi alors que les habitants étaient absents. Des biens leur appartenant ainsi que certaines pièces d’identité auraient été détruits. Seul un petit nombre de familles se sont vu offrir un hébergement et pour trois nuits uniquement. De ce fait, la plupart de ces personnes sont devenues sans abri », a fustigé Zeid Ra’ad Al Hussein.

Le Haut-Commissaire souligne aussi que les événements de La Courneuve ne sont que « les derniers d’une série d’expulsions forcées collectives de migrants Roms en France depuis 2012 » et a fait part de sa préoccupation devant des rapports faisant état de nouvelles expulsions à venir.

D’après le Haut-Commissaire, les expulsions forcées de Roms et de gens du voyage ont continué ces dernières années dans plusieurs pays de la région, (en plus de la France), dont la Bulgarie, l’Albanie, la République tchèque, la Grèce, la Hongrie, l’Italie, la Roumanie, la Russie, la Serbie, la Turquie et le Royaume-Uni.