La justice rouvre le dossier concernant la mort mystérieuse du ministre Robert Boulin:

ENQUETE Le Tribunal de grande instance de Versailles a ouvert une information judiciaire pour «arrestation enlèvement et séquestration suivi de la mort ou de l'assassinat de Robert Boulin»...

B.D.

— 

Photo prise le 30 octobre 1979, à Paris, d'un badaud lisant «France-Soir» qui titre en Une «Robert Boulin s'est suicidé».
Photo prise le 30 octobre 1979, à Paris, d'un badaud lisant «France-Soir» qui titre en Une «Robert Boulin s'est suicidé». — GEORGES BENDRIHEM / ARCHIVES / AFP

La justice a décidé de rouvrir le dossier Robert Boulin, annonce France Info ce jeudi. Celui qui était alors ministre du Travail sous Valéry Giscard d’Estaing a été retrouvé mort, le 30 octobre 1979, dans les cinquante centimètres d’eau de l’étang du Rompu, au beau milieu de la forêt de Rambouillet (Yvelines).

Convaincue qu’il s’agissait d’un suicide, la justice a rendu un non-lieu dans cette affaire en 1991 et refusait, depuis lors, de rouvrir ce volumineux dossier. Mais la fille du ministre, Fabienne Boulin, n’a cessé de se battre pour relancer le dossier : elle est persuadée que son père a été la cible d’un « assassinat politique ».

>> Enquête : Des témoignages remettent en cause la thèse du suicide

Après deux demandes de réouverture et s’être tournée vers le renseignement américain -la CIA aurait du « matériel » sur les circonstances de la mort de son père-, Fabienne Boulin a déposé en mai une ultime plainte auprès de la doyenne des juges de Versailles, se basant sur un témoin, qui dit avoir vu Robert Boulin dans son véhicule, avec deux individus, dont l’un au volant de sa voiture, juste avant sa mort.

La justice a donc décidé de rouvrir le dossier, le Tribunal de grande instance de Versailles ouvrant une information judiciaire pour « arrestation enlèvement et séquestration suivi de la mort ou de l’assassinat de Robert Boulin ». Un juge d’instruction doit désormais reprendre le dossier.