Attentats à Paris: Les juges demandent la levée du secret défense sur la surveillance des Kouachi et de Coulibaly

ENQUETE Selon «Le Monde», la requête des trois magistrats s’appuie sur des « dysfonctionnements » dans les surveillances supposées effectuées en 2013 et 2014 par la DGSI...

B.D.

— 

Les frères Kouachi et Amedy Coulibaly, suspectés des attaques contre «Charlie Hebdo», à Montrouge, Dammartin-en-Goële et Porte de Vincennes en janvier 2015.
Les frères Kouachi et Amedy Coulibaly, suspectés des attaques contre «Charlie Hebdo», à Montrouge, Dammartin-en-Goële et Porte de Vincennes en janvier 2015. — PHOTOMONTAGE 20 MINUTES

Les trois juges d’instruction en charge du dossier des attentats qui ont eu lieu à Paris en janvier ont demandé, dans une requête adressée le vendredi 3 juillet au ministre de l’intérieur, « la déclassification et la communication de l’ensemble des documents, rapports et notes établis par la DGSI (…), sur les surveillances (dates, nature, contenu) dont ont fait l’objet Saïd Kouachi, Chérif Kouachi et Amedy Coulibaly », indique Le Monde ce jeudi.

>> Retrouvez tous nos articles sur les attentats de Paris par ici

Les trois magistrats avaient annoncé aux trente-trois personnes et associations qui se sont constituées partie civile dans ce dossier leur intention de formuler cette demande de déclassification le 19 mai dernier.

« Dysfonctionnements »

Selon les informations du quotidien du soir, leur requête s’appuie sur des « dysfonctionnements » dans les surveillances supposées effectuées en 2013 et 2014 par la DGSI sur les frères Kouachi, pointées dans la presse.

Considérant que cela est « nécessaire à la manifestation de la vérité », les juges réclament aujourd’hui que leur soient communiqués « les périodes pendant lesquelles les frères Kouachi et Amedy Coulibaly ont été surveillés, la nature de ces surveillances (physiques, téléphoniques, numériques) et le contenu de ces surveillances ».