Tous les élèves de CE2 bientôt évalués en maths et français

EDUCATION Les précédents tests de niveaux qui étaient en vigueur lors du quinquennat de Nicolas Sarkozy avaient suscité beaucoup de critiques…  

D.B. avec AFP

— 

Des élèves de primaire le 1er septembre 2015 à Marseille
Des élèves de primaire le 1er septembre 2015 à Marseille — Bertrand Langlois AFP

Elles sont passées par ici, elles repasseront par là. Instaurées en 2008 lors du quinquennat de Nicolas Sarkozy, puis supprimées par François Hollande en 2012, les évaluations reviennent dans le primaire.

Les quelque 840.000 élèves de CE2 des écoles publiques et privées vont être évalués au cours des prochaines semaines, afin que leur instituteur repère dès le début d'année les forces ou les difficultés de chaque enfant.

Pour cette évaluation, l'enseignant pourra puiser dans une banque de données, rassemblant plus de 400 fiches en mathématiques et français - les deux matières testées -, mise à disposition sur Eduscol, le site des ressources pédagogiques du ministère de l'Education.

Un changement de vocation

«A la différence des évaluations précédentes», ces tests «ne sont pas faits pour alimenter les remontées statistiques vers les autorités académiques ou le ministère, mais pour aider les enseignants (...) à adapter leur outil pour faire progresser les enfants», prend soin de préciser cette semaine la rue de Grenelle dans un communiqué.

En 2008, le ministre de l'Education, Xavier Darcos, sous la présidence de Nicolas Sarkozy, avait instauré des évaluations en CE1 et CM2, dans le but, là aussi, d'éclairer le professeur sur le niveau des élèves. Mais ces évaluations avaient été très controversées car elles se déroulaient en fin d'année scolaire - trop tard pour aider les élèves les plus en difficulté - et leurs résultats étaient collectés au niveau national, faisant craindre un classement «en douce» des établissements scolaires.

Mieux aider les élèves

Ces tests avaient été supprimés dès le retour au pouvoir de la gauche, qui a revu de fond en comble ce système d'évaluations et annoncé il y a quelques mois un nouveau dispositif, mis en place à la rentrée 2015 pour les CE2. Les évaluations se veulent aujourd'hui «un diagnostic afin de repérer les compétences et les difficultés des élèves dès le début d'année», indique Sébastien Sihr, secrétaire général du SNUipp, premier syndicat de l'enseignement primaire.

«Ces tests sont au service de l'apprentissage de l'élève, et n'ont pas pour objectif d'établir un "palmarès" des établissements puisque les résultats restent au sein de chaque école.» C'est à l'enseignant de choisir les exercices dans la banque de données d'Eduscol et les fiches balayent quantité de compétences. Mais elles ont toutes le même niveau.