Migrants: Les internautes mettent la pression sur l’Etat et les élus

WEB Le drame migratoire qui se joue en Europe mobilise une partie de l'opinion...

N.Beu.

— 

Le site Calm, qui met en contact des réfugiés et des Français qui ont un hébergement à offrir.
Le site Calm, qui met en contact des réfugiés et des Français qui ont un hébergement à offrir. — CALM

La multiplication des images de migrants sur des embarcations de fortune, la construction d’un mur en Hongrie et la désormais célèbre photo d’un enfant syrien mort sur la plage ont, semble-t-il, fait tilt dans l’opinion française. Ces derniers jours, une vague d’indignation a gagné la Toile, où s’organise désormais une partie de la mobilisation.

Un hashtag pour s’indigner

Mercredi, le hashtag #jaietemigrant a été popularisé sur Twitter par L’Obs, en écho à la une de son édition papier. Des milliers d’enfants ou de petits-enfants d’immigrés ont ainsi témoigné leur soutien aux migrants qui, actuellement, tentent de rejoindre l’Union européenne. Marine Le Pen s’en est d'ailleurs agacée, contre-attaquant avec son hashtag #JeVeuxResterFrançaisEnFrance.

Des appels à manifester

« Pas en notre nom. » Sous cette appellation, une page Facebook appelle à manifester samedi, à 17h, place de la République, à Paris. Un « rassemblement citoyen en solidarité avec les migrants » auquel 17.000 personnes abonnées au réseau social ont déjà promis de se rendre. « Les disparus de Méditerranée et les morts d’EuroTunnel, les noyés de la mer Egée et les asphyxiés d’Autriche ont des noms et des destins », expliquent les créateurs de la page, qui se disent de sensibilités différentes.

Des pétitions pour accueillir des migrants

Pour aller un peu plus loin, des internautes ont également lancé des pétitions pour que la France accueille davantage de migrants. Le collectif La Vague citoyenne, composé d’étudiants, de salariés, de retraités ou encore de militants dont la « conviction est que la politique, l’économie, l’écologie ne valent que si l’humain est au centre », a ainsi publié un texte intitulé « Nous voulons accueillir des réfugiés » sur la plateforme We sign it. Plus de 15.000 personnes l’ont signé, pour le moment, sur un objectif de 20.000.

La sénatrice centriste Nathalie Goulet a visé plus haut en lançant une pétition adressée à François Hollande et François Baroin sur Change. « Je demande donc au Président de la République, M. François Hollande, et au Président de l’Association des Maires de France, M. François Baroin, d’organiser au plus vite une consultation des 36.000 maires de notre pays pour recenser les capacités et propositions d’accueil de réfugiés syriens, irakiens et autres qui fuient les conflits, et regrouper les initiatives prises en ce sens par les communes, associations et bénévoles » écrit celle qui est aussi vice-présidente de la commission des affaires étrangères du Sénat. La pétition a été signée par plus de 40.000 signataires.

Pétition en soutien aux migrants publiée par la sénatrice Nathalie Goulet. - CHANGE

Un site pour héberger des migrants

Plus engageante, l’initiative Calm (« Comme à la maison ») vient d'être lancée par l’association Singa, spécialisée dans l’entrepreneuriat social. Ce site permet à des familles d’offrir leur hospitalité pendant un mois, un trimestre ou un an à des réfugiés dont la demande d’asile a été acceptée. 500 personnes s’y étaient inscrites jeudi. Une première famille réfugiée devrait être installée d’ici une dizaine de jours.