Cantines «végétariennes»: La pétition d'Yves Jégo recueille plus de 100.000 signatures

EDUCATION Partisan d’une « laïcité positive », le député-maire UDI entend dépasser le débat du repas confessionnel…

20 Minutes avec agences

— 

Marseille le 18 décembre 2012 - Illustration sur l' alimentation et les repas dans les cantines.
Marseille le 18 décembre 2012 - Illustration sur l' alimentation et les repas dans les cantines. — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

A la veille de la rentrée des classes, mardi, la pétition « pour une alternative végétarienne obligatoire dans les cantines scolaires » du député UDI de Seine-et-Marne Yves Jégo vient de dépasser le cap des 100 000 signatures.

Lancée le 14 août, au lendemain de la décision du tribunal administratif de Dijon (Côte-d’Or) de valider le projet du maire de Chalon-sur-Saône [la suppression des menus de substitution au porc dans les cantines de la ville à partir de la rentrée], cette pétition devait soutenir ce « menu végétarien de substitution » qui représente « une porte de sortie où chacun peut s’y retrouver dignement, sans être stigmatisé ».

Proposé dans les cantines de Montereau-Fault-Yonne

« Avec le menu végétarien alternatif, la France pourrait répondre de façon laïque à bien des attentes », estimait également Yves Jégo dans les colonnes du Point, indiquant qu’au-delà des enfants de confession juive ou musulmane, le choix d’un tel menu conviendrait « y compris à ceux qui, pour des raisons éthiques, ne veulent pas manger de chair animale ».

Coiffant sa casquette de maire, Yves Jégo a, d’ailleurs, récemment annoncé que le menu végétarien alternatif serait proposé dès le 1er octobre dans toutes les cantines de sa ville de Seine-et-Marne, Montereau-Fault-Yonne.

Une proposition de loi bientôt défendue à l’Assemblée

Le parlementaire, qui a reçu le large soutien politique de son parti et des écologistes (Cécile Duflot en tête), va également déposer à la rentrée une proposition de loi à l’Assemblée nationale pour rendre obligatoire un menu végétarien dans les cantines scolaires.

De son côté, la pétition de Gilles Platret, le maire de Chalon-sur-Saône, « contre les menus de substitution obligatoires dans les cantines scolaires » a, elle, tout juste dépassé les 3 000 soutiens.