L'autoroute A1 bloquée dans la Somme par des gens du voyage

TRANSPORTS Ils auraient mis le feu à des pneus et palettes à hauteur du péage de Roye, dans le sens Paris-Lille...

20 Minutes avec AFP

— 

Lille, le 25 juin 2015. Sur une autoroute.
Lille, le 25 juin 2015. Sur une autoroute. — M.Libert/20 Minutes

L’autoroute A1 était bloquée dans le sens Paris-Lille vendredi soir par une soixantaine de gens du voyage au niveau de Roye dans la Somme, quelques jours après qu’une fusillade a éclaté dans un camp voisin faisant quatre morts et trois blessés mardi.

« Les personnes manifestent pour que le fils d’une des victimes de la fusillade de mardi, actuellement incarcéré à la maison d’arrêt d’Amiens, puisse assister aux funérailles de son père lundi », a indiqué à l’AFP un porte-parole de la préfecture de la Somme.

Peu après 21H00, une soixantaine de gens du voyage auraient mis le feu à des pneus et palettes à hauteur du péage de Roye, rendant la circulation totalement impossible en direction du nord et très difficile vers le sud. Les déviations ont permis de désengorger le trafic mais Bison Futé comptabilisait à 00H30 encore près de 6 kilomètres de bouchons en direction de Lille et près de 4 km dans le sens de Paris.

Situation « calme »

Alors que des centaines de véhicules étaient toujours bloqués sur l’une des autoroutes les plus fréquentées d’Europe, à la veille d’un week-end de retour de vacances, des pourparlers étaient en cours entre les forces de l’ordre et les manifestants pour tenter de résoudre le différend.

« La décision dépend des autorités judiciaires. La demande devrait passer demain au niveau du Tribunal de grande instance d’Amiens », a précisé la préfecture. La préfecture considérait que la situation était cependant « calme », précisant qu’il n’y « avait pas eu d’affrontements ». Un hélicoptère de la gendarmerie survolait la zone, a constaté un photographe de l’AFP.

Mardi après-midi, une fusillade dans un camp de gens du voyage de cette commune de 6.200 habitants a fait quatre morts et trois blessés. Agé de 73 ans, l’auteur présumé de la fusillade était sous l’emprise de l’alcool lorsqu’il a fait feu, tuant trois membres d’une même famille, une jeune femme de 19 ans, sa fille de neuf mois et son beau-père, ainsi qu’un gendarme de 44 ans.

L’auteur présumé de la fusillade a été mis en examen pour assassinat et tentative d’assassinat, et écroué, a indiqué vendredi le procureur d’Amiens. Grièvement blessé, il a été transféré dans une maison d’arrêt où il pourra continuer à recevoir des soins, a précisé le magistrat, sans donner la localisation de l’établissement « pour des raisons de sécurité ».