Education: Le Medef signe un pacte avec l'université et les grandes écoles

EMPLOI Les engagements pris par la convention seront evalués l'an prochain...

20 Minutes avec agences

— 

Pierre Gattaz, président du Medef, lors d'une conférence de presse, le 20 janvier 2015 à Paris
Pierre Gattaz, président du Medef, lors d'une conférence de presse, le 20 janvier 2015 à Paris — Eric Piermont AFP

Faciliter l’accès des jeunes diplômés au monde de l’entreprise. C’est l’objectif du « pacte d’engagement pour le supérieur » signé avec les présidents d’université (CPU), les grandes écoles (CGE) et les directeurs des écoles françaises d’ingénieurs (Cdefi) ce jeudi lors du deuxième jour de l’université d’été du Medef.

« Préparer le mieux possible les jeunes à l’entreprise »

Dans le détail, l’accord qui porte sur 6 engagements, vise à « préparer le mieux possible les jeunes à l’entreprise et, à nous entrepreneurs, d’accueillir les jeunes », a expliqué Florence Poivey, présidente de la commission éducation/formation/insertion du Medef. Une initiative saluée par le président de l’organisation patronale qui a dit espérer que l’entreprise ne soit plus « le lieu du Grand Satan ».

Valoriser la recherche et la dimension internationale

Pour ce faire, le Medef s’engage ainsi à inviter des acteurs du monde de l’enseignement supérieur à accompagner les délégations d’entreprises dans tous leurs voyages à l’étranger. Un bon moyen « de conquérir l’international et d’attirer les meilleurs talents », selon Florence Poivey.

Outre le volet international, l’organisation patronale ambitionne de donner plus de visibilité au portail MyDocPro.org, qui, lancé en février 2015, permet aux titulaires d’un doctorat de présenter leurs profils et leurs compétences, et aux entreprises de faire connaître les profils de compétences qu’elles recherchent et de susciter l’intérêt des docteurs. Troisième engagement de l’accord, le doublement du nombre d’écoles doctorales labellisées « Parcours compétences pour l’entreprise », qui combine 70 heures de formation théorique et 30 heures d’expérience en entreprise.

Mettre en avant l’entreprenariat étudiant

Parmi les autres engagements figurent la création de trois chaires de recherche entre universités, grandes écoles et petites et moyennes entreprises (PME), ainsi que celle de trois start-up issues de projets de start-up étudiantes qui soient hébergées par des entreprises. A noter la convention, dont les résultats seront évalués dans un an prévoit également de lancer un appel à projets pour élaborer des certifications et des diplômes pour des emplois de niveau intermédiaire, qui peinent à être pourvus.