Le parquet de Reims saisit un juge pour que Vincent Lambert soit placé «sous protection»

INFO 20 MINUTES La médecin qui s’occupe du patient en état végétatif a fait cette demande au parquet de Reims (Marne) « compte tenu du contexte familial »…

Vincent Vanthighem
— 
Vue du CHU de Reims, où Vincent Lambert est hospitalisé, le 27 juin 2015
Vue du CHU de Reims, où Vincent Lambert est hospitalisé, le 27 juin 2015 — Francois Nascimbeni AFP

Une nouvelle étape judiciaire pour Vincent Lambert. Selon nos informations, un juge des tutelles du tribunal de Reims (Marne) a été officiellement saisi, mercredi 26 août, d’une demande de mise sous protection du patient en état végétatif depuis un accident de la route en 2008.

Le procureur de la République de Reims a confirmé à 20 Minutes avoir reçu la semaine dernière un signalement du docteur Daniela Simon, à la tête de l’équipe médicale de l’hôpital Sébastopol de Reims qui soigne ce patient au cœur d’un imbroglio familial. « Le docteur Simon m’a signalé qu’elle sollicitait la mise sous protection de Vincent Lambert, confie, ce jeudi, François Belargent. J’ai donc saisi un juge des tutelles qui va instruire cette affaire et prendre une décision dans les prochaines semaines. »

Une demande justifiée par le contexte familial

Fin-juillet, alors qu’elle devait annoncer sa décision de maintenir Vincent Lambert en vie ou d’arrêter l’alimentation et l’hydratation de ce patient, la docteur Simon avait surpris toute sa famille en annonçant son intention de saisir la justice pour demander finalement sa mise sous protection juridique.

Les faits : Le CHU de Reims demande à protéger Vincent Lambert

« Elle justifie cette demande en évoquant le contexte familial que tout le monde connaît », poursuit François Belargent. Depuis 2013, la famille de Vincent Lambert se déchire en deux camps : celui de son épouse qui souhaite le « laisser partir » et celui de ses parents qui multiplient les recours pour le maintenir en vie.

« Si on le protège, c’est qu’il mérite de vivre »

A cette évocation, lors de la dernière réunion, les parents de Vincent Lambert s’étaient d’ailleurs réjouis de cette initiative, estimant que « si on demande la protection de leur fils, c’est bien parce qu’il mérite de vivre et non pas de mourir ».

Rachel Lambert : « Peut-on encore avoir de l’espoir ? »

Favorable à un arrêt des soins, son neveu François, avait à l’inverse, critiqué cette décision. « Cela va encore retarder l’échéance. Toutes les mesures prises par un éventuel tuteur seront contestées en justice pendant des années par un camp comme par l’autre… »

Un projet d’enlèvement trouvé sur un blog

Fin-juillet, le docteur Simon avait également informé les proches de Vincent Lambert des pressions et des menaces subies par son équipe médicale, évoquant même un « projet d’enlèvement ». Sur ce point, le procureur de Reims précise qu’il n’en a pas été informé officiellement. « Je veux qu’on clarifie les choses. Je n’ai pas été saisi de quelconques menaces à l’encontre de Vincent Lambert. Ce n’est pas pour cette raison que sa mise sous protection m’a été réclamée. »

Se qualifiant de « contre révolutionnaire », un blogueur nommé Fikmonskov avait publié, le 17 juin dans un billet, plusieurs « options » pour « sauver Vincent Lambert ». Dans la liste, il proposait notamment « d’enlever Vincent Lambert, ça ne pourra hélas se faire que par la violence, (afin de) l’emmener dans un lieu où il pourra être soigné » ou encore « de séquestrer sans alimentation et hydratation la médecin qui s’occupe de lui » tant que Vincent Lambert n’a pas été placé dans un « endroit sûr ».


Extrait du billet publié sur le blog Fikmonskov