Un rayon de fournitures scolaires dans une grande surface
Un rayon de fournitures scolaires dans une grande surface — Frederick Florin AFP

VOUS TEMOIGNEZ

#Budgetdelarentrée: Pour Isabelle, mère célibataire, «sans l'allocation de rentrée, ce serait compliqué»

Toute la semaine, « 20 Minutes » s’intéresse au budget de rentrée des Français…

Isabelle élève seule sa fille qui s’apprête à entrer en CE2. Cette habitante de Cuers, dans le Var, est en train de monter son entreprise dans le développement Web et ne dispose donc pas de revenus à part le RSA (230 euros par mois). « Mon budget est très serré. »

Allocations : 100 euros par mois d’Allocation de soutien familial (ASF), 350 euros mensuels d’aide au logement et 360 euros d’allocation de rentrée scolaire (ARS). « Sans l’ARS ça serait compliqué. Mais je trouve quand même ça un peu honteux de donner autant. On devrait donner moins aux enfants de primaire et plus aux lycéens et aux étudiants qui ont des frais plus importants à la rentrée. »

Achats de la rentrée : Réapprovisionnement des réserves de stylos : 5 euros ; réserve de crayons de couleur : 6 euros ; réserve de feutres : 8 euros ; réserve de colle : 10 euros ; réserve de gommes : 3 euros ; ciseaux : 2 euros ; agenda : 5 euros. « J’ai gardé les fournitures de l’année dernière et me suis contentée de faire des réserves pour l’année. Ma fille a choisi son agenda. Comme les différences de prix ne sont pas énormes, autant qu’elle en prenne un qui lui plaît. Elle a le même cartable que l’année dernière et a voulu garder sa trousse. » Aux fournitures scolaires s’ajoutent 50 euros de vêtements. « Je lui ai acheté un survêtement, des baskets, des basiques pour tous les jours et une veste légère. »

Comment faire des économies ? « Ma fille peut choisir ce qu’elle veut, mais elle fait d’elle-même très attention aux prix. Je crois qu’elle a un peu trop bien compris mes limites budgétaires », sourit Isabelle. « En ce qui concerne les vêtements, on me donne des choses, je vais chez Emmaüs ou j’attends les soldes. Ce n’est donc pas un poste de dépenses très important à la rentrée. »

Frais de scolarité : 11 euros d’assurance scolaire. « Ma fille est scolarisée dans le public. »

Activités extrascolaires et frais annexes : 200 euros pour le judo et 25 euros pour le catéchisme. « Le sport est ce qui me coûte le plus cher, mais il faut bien qu’elle en fasse. » Et ce sera tout pour cette année. Rien en comparaison de l’an dernier. « L’été dernier, j’ai dû refaire toute sa chambre pour y mettre un bureau. Ça m’a coûté 200 euros avec des armoires et des boîtes de rangement. Ça avait été ma grosse dépense de l’année. »

Alors, au final, stressante financièrement cette rentrée ? « Avec l’ARS ça va. Et ma fille a vraiment hâte d’y retourner. Elle ne voulait pas partir en vacances tellement elle aime l’école. »