La page Facebook d'Ayoub El-Khazzani va-t-elle prouver des complicités ?

ATTAQUE DANS UN THALYS Le suspect de la fusillade manquée affirme ne pas avoir agi pour une organisation terroriste, mais sa page Facebook pourrait prouver le contraire…

A.Ch.

— 

Ayoub El Kazzhani est toujours en garde à vue ce 24 août après l'attaque du Thalys.
Ayoub El Kazzhani est toujours en garde à vue ce 24 août après l'attaque du Thalys. — AFP

La page Facebook de Ayoub El-Khazzani, le suspect de la fusillade manquée du Thalys, pourrait être très utile aux enquêteurs. Alors que le jeune Marocaine de 25 ans affirme avoir trouvé l’arme dans un parc de Bruxelles et avoir voulu braquer les passagers, sa page Facebook a été désactivée dès samedi alors qu'il était en garde à vue.

Identifier d’éventuels complices

Il est impossible qu’Ayoub El-Khazzani ait eu accès à son compte Facebook à ce moment-là, ce qui fait penser aux policiers qu’un complice, ayant les codes d’accès à son profil, a désactivé la page. Pour les enquêteurs, identifier la personne qui détenait ces codes pourrait être très utile : il pourrait s’agir de complices, ce qui démonterait la défense du jeune homme que son avocate présente comme un « SDF » « mourant de faim ».

Malgré la désactivation de son compte, la police a pu mettre la main sur toutes les informations que contenait sa page Facebook. Commentaires et photos pourraient aider les enquêteurs à identifier les proches de Ayoub El-Khazzani et à éclaircir son passé.