Attaque dans un Thalys: Ayoub El Khazzani a bien passé au moins deux mois en France

ATTENTAT Revivez tous les événements de ce lundi après l'attaque évitée vendredi soir dans un Thalys...

N. Bg.

— 

Photo non datée d'Ayoub el Khazzani.
Photo non datée d'Ayoub el Khazzani. — AFP

L'essentiel :

  •  François Hollande a décerné la Légion d'honneur aux quatre héros...
  • Troisième nuit de garde à vue pour Ayoub El Khazzani...
  • Nouvelles mesures de sécurité à venir dans les gares et les trains...

 

A lire : 

«SDF paumé», islamiste, délinquant... Qui est réellement Ayoub El Khazzani?

Le film des événements

Ce live est désormais terminé. Merci de nous avoir suivis.

21h15 : L’état de santé d’un des héros du train « reste préoccupant »

L’état de santé du Franco-américain blessé par balle vendredi « reste préoccupant », a indiqué lundi le CHRU de Lille, précisant toutefois que sa vie n’était pas en danger. « Son pronostic vital n’est pas engagé mais son état de santé reste préoccupant. Une prise en charge pluridisciplinaire est en cours, des examens complémentaires sont programmés », a précisé l’hôpital dans un communiqué.

19h20 : El Khazzani a travaillé au moins deux mois en France

Le parcours du suspect commence à se préciser. Ayoub El Khazzani a travaillé au moins deux mois en France, selon son ex-employeur, Alain Jochimek, directeur général de l’opérateur de téléphonie mobile Lycamobile, ce qui est la première preuve tangible de sa présence dans l’hexagone.

« Il a effectivement travaillé chez nous sur un CDD de trois mois : du 3 février 2014 jusqu’au 3 avril 2014 », mais Lycamobile « a dû mettre fin à ce contrat au bout de deux mois car les papiers qu’il avait présentés ne lui permettaient pas de travailler en France », a indiqué le patron de l’opérateur téléphonique dans un entretien à France Info.

« Il était promoteur, ce qui consistait à distribuer des prospectus et mettre des posters dans les boutiques. Je crois pouvoir vous dire que ça se passait plutôt pas mal », a-t-il ajouté.

Répondant au père d’Ayoub El Khazzani qui aurait accusé Lycamobile d’être responsable de son changement de comportement, il a assuré que c’était « absolument ridicule ».

« Dire que Lycamobile forme des terroristes, c’est peut-être un peu fort quand même ! », s’est emplorté le dirigeant.

17h38: La stratégie de défense d'El Khazzani à la loupe

Le tireur du Thalys continue de nier toute portée terroriste de son acte. Lire notre analyse de sa stratégie de défense par ici.

16h52: Le retour de la «5e colonne»

Il y a quelques mois, on s'interrogeait sur l'emploi par le député-maire de Nice de cette expression. Analyse à lire par ici.

16h48: Des indices de complicité?

Selon un journaliste de Libération, des indices font croire à une forme de complicité, tandis qu'El Khazzani continue de garder le silence en garde à vue.

16h32: En tout, huit Légions d'honneur remises après l'attentat raté

En plus des trois Américains et du Britannique aujourd'hui, un Franco-Américain hospitalisé et un Français qui requiert l'anonymat seront distingués. Mais aussi deux salariés de la SNCF: Michel Bruet, 54 ans, chef de bord du Thalys, qui a donné l'alarme et a averti les forces de l'ordre pour qu'elles soient prêtes à intervenir si la situation avait dégéné. Et Eric Tanty, conducteur de Thalys mais qui se trouvait à bord du train en voyage privé. Il a aidé Christopher Norman et les trois jeunes Américains à maîtriser Ayoub El Khazzani en se saisissant de son bras gauche pour le maintenir au sol.

16h16: Un mystérieux liquide dans les bagages d'El Khazzani

C'est Le Monde en date de mardi qui pointe l'information: un liquide non-identifié a été retrouvé dans les bagages du tireur à la kalachnikov. «[Les enquêteurs] s’intéressent notamment au contenu d’une valise en sa possession dans le train. Deux téléphones portables et un produit liquide, dont la nature n’est pas encore déterminée, sont en cours d’analyse», écrit le quotidien du soir.

16h07: Alain Vidalies revient sur ses propos polémiques

Le secrétaire d'Etat aux Transports avait affirmé ce matin préférer «qu'on discrimine pour être efficace plutôt que de rester spectateur».


Alain Vidalies «préfère qu’on discrimine plutôt... par 20Minutes

15h54: Quand le facteur chance ne suffira plus...

Militaires américains à bord, kalachnikov qui s'enraye: si on a évité un carnage vendredi, c'est aussi une question de chance. Qui ne suffira pas à prévenir les attentats à venir, regrettent de nombreux experts.

15h51: La petite histoire dans la grande

Si les trois jeunes Américains se sont retrouvés en situation de s'interposer vendredi, c'est parce qu'ils avaient décidé de changer de voiture pour capter un meilleur Wi-Fi, ont-ils raconté ce week-end.

15h18: La petite phrase de Chatel contre Le Pen

Luc Chatel, conseiller politique de Nicolas Sarkozy, a brocardé ce matin sur iTélé les «caricatures» de la présidente du Front national Marine Le Pen, qui prônait dimanche l'expulsion et l'interdiction de territoire de tous les étrangers fichés pour leurs liens avec l'islamisme radical. «Mme Le Pen a déjà suffisamment de mal à expulser son père pour ne pas tomber dans ces caricatures sur la question du terrorisme», a lancé Luc Chatel. Lui prône «un renforcement de la coopération européenne» et un meilleur suivi des personnes fichées par le renseignement.

14h29: Place à la politique

Spécialiste des questions de sécurité chez Les Républicains, Eric Ciotti plaide sur RTL pour de nouvelles mesures de sécurité dans les trains, et appelle à sortir de «l'irresponsabilité» actuelle.

14h16: Contrôles de passagers... au faciès?

Une journaliste de France TV Info en reportage à l'embarquement d'un train Thalys ce lundi:

13h40: Deux agents de la SNCF recevront la Légion d'honneur

Deux agents de la SNCF seront également décorés de la Légion d'honneur, pour leur action lors de l'attaque déjouée vendredi soir à bord du Thalys, et qui a été décernée lundi par François Hollande à trois Américains et un Britannique. Il s'agit du chef de bord du Thalys, Michel Bruet, ainsi que d'un conducteur de Thalys qui se trouvait en voyage privé, Eric Tanty. Ils ont été reçus lundi matin à l'Elysée, lors d'une réception à laquelle assistaient le Premier ministre belge Charles Michel et l'ambassadrice des Etats-Unis en France, Jane Hartley.

13h02: «Si d'autres personnes avaient été à notre place, j'espère qu'elles auraient fait la même chose»

Confidences post-Légion d'honneur des jeunes Américains recueillies par le service com de l'Elysée.


[REPORTAGE] Remise de la Légion d'honneur aux... par elysee

12h49: La SNCF va garder le contact avec les passagers du Thalys

«On va rester en contact avec les passagers», qui étaient plus de 500 dans le train, assure Guillaume Pépy, «dans les jours, les semaines et les mois qui viennent».

12h42: Il n'y aura pas de portiques de sécurité dans les gares

«On parle souvent des portiques. Si on en mettait devant tous les trains, ce serait 20 fois ce qui se passe dans les aéroports. C'est pas une question de gros sous, c'est une question de faisabilité», écarte Guillaume Pépy, qui parle d'autres solutions, comme le renseignement, les fouilles, qui se prennent au niveau de l'Etat. «La balle est aussi dans notre camp, on change notre vigilance en gare, on crée un numéro direct, et on est en train de chercher d'autres solutions».

12h41: Du nouveau à la SNCF le 1er septembre

«Notre priorité absolue c'est la sécurité», assure le patron de la SNCF. «Les messages dans les gares et les trains vont être changés», signale Guillaume Pépy, qui parle de la mise en place à partir du 1er septembre du 3117, numéro d'appel d'urgence pour signaler quelque chose d'anormal dans une gare ou un train.

12h40: Guillaume Pépy répond à la "polémique Anglade"

Guillaume Pépy, le patron de la SNCF, est invité de BFM Business. Il commence à saluer les personnes ayant aidé à déjouer l'attentat dans le Thalys, y compris les personnels de la SNCF. "Jean-Hugues Anglade a été choqué par le comportement des personnels de la restrauration", donc pas des salariés de la SNCF ni de Thalys. "L'enquête permettra d'en savoir un petit peu plus."

12h37: Le point en vidéo sur ce que l'on sait du tireur


Attaque du Thalys: Qui est Ayoub El-Khazzani par 20Minutes

12h32: Hollande, le «bien» et le «mal»

A noter dans le discours de François Hollande ce matin, une étonnante rhétorique du bien et du mal, très américaine.

12h28: Les contrôles dans le ferroviaire plus compliqués que dans l'aérien

Sur la possibilité d’installer des portiques de sécurité comme pour le transport aérien, le secrétaire d’Etat aux Transports estime que ce n’est pas la solution. « Dans les aéroports, c’est 140 millions de passagers. Dans les gares, les contrôles concerneraient 2 milliards de personnes ».

12h20: Alain Vidalies met de l'eau dans son vin

Le ministre des Transports vient de revenir sur la polémique naissant après ses propos ce matin sur Europe 1, où il disait à propos du contrôle aléatoire des bagages préférer la discrimination plutôt que de rester spectateur. «Ce risque existe, mais il ne doit pas nous faire renoncer aux contrôles aléatoires», nuance-t-il sur France Info, parlant de l'importance de la formation des personnels de sécurité. Sur sa phrase polémique, il parle de «résumé» de ce qu'il «voulait dire», assurant qu'il avait reformulé sa phrase dans la même interview à Europe 1.


Alain Vidalies «préfère qu’on discrimine plutôt... par 20Minutes

11h49: El Khazzani a travaillé en Seine-Saint-Denis

On en sait plus ce matin sur le parcours du tireur du Thalys, et notamment qu'il a été embauché par une entreprise de téléphonie mobile en Seine-Saint-Denis en 2014, avant d'être licencié.

11h34: Le (jeune) visage des Américains décorés

11h30: Vidalies préfère «discriminer» plutôt que de «rester spectateur»

En retweetant sa déclaration qui commence à faire polémique sur les réseaux sociaux, le secrétaire d'Etat aux Transports semble assumer sa déclaration matinale sur Europe 1: il préfère «discriminer» plutôt que de «rester spectateur».

11h26: Qui est qui?

En cette journée d'hommage, retrouvez par ici le portrait des six hommes, français, britannique et américains, qui ont permis vendredi soir d'éviter un «carnage», pour reprendre l'expression employée ce matin par François Hollande.

 

11h25: Un petit point en vidéo: Ce qu'il faut retenir


Attaque du Thalys: Ce qu'il faut retenir par 20Minutes

10h48: D'autres Légions d'honneur à venir

Rappelons que deux autres Légions d'honneur seront remises ultérieurement à deux absents: le Franco-Américain Mark Moogalian, 51 ans, blessé par balle pendant l'attaque et toujours hospitalisé, et un passager français de 28 ans ayant tenté d'arrêter le tireur et qui souhaite garder l'anonymat.

10h45: Vous avez raté le discours de François Hollande?

Pas de souci, il est à réécouter par ici et ci-dessous.


Hollande fait chevaliers de la Légion d'honneur... par 20Minutes

10h32: Les Républicains veulent voir des policiers dans le métro parisien

Les secrétaires nationaux à la sécurité des Républicains signent ce lundi une déclaration appelant à maintenir la gratuité du passe Navigo, le titre de transport de la RATP, pour les policiers.

10h28: Pendant ce temps, en garde à vue...

Pendant qu'on remet des Légions d'honneur, les enquêteurs continuent à interroger l'assaillant, un Marocain de 25 ans, fluet et de taille moyenne, qui a passé sa troisième nuit en garde en vue. Il nie tout acte terroriste et avance une tentative de braquage, version balayée par les enquêteurs comme par les passagers américains. Sa garde à vue peut durer jusqu'à mardi soir.

10h27: Retour à l'ambassade après un dernier salut à François Hollande

10h23: Chris Norman, le flegme et la modestie

«Si un jour vous m'aviez dit que je serai décoré de mla Légion d'honneur, je ne vous aurais pas cru», dit à BFMTV Chris Norman, qui salue surtout ses camarades américains du Thalys. Modeste, il ne parle pas d'héroïsme mais de «ce qu'il fallait faire».

10h21: Hollande et les chevaliers de la Légion d'honneur sur le perron de l'Elysée

Voilà les trois jeunes Américains qui sortent de l'Elysée, avec Hollande et l'ambassadrice américaine.

10h20 «J'ai fait ce que j'avais à faire»

«Et maintenant j'ai envie de faire honneur à la Légion d'honneur», déclare le Britannique Chris Norman dans une rapide allocution en anglais et en français devant les journalistes à l'Elysée.

10h12: «Au nom de la République française, je vous fait chevalier de la Légion d'honneur»

La cérémonie à revoir par ici.

9h58: «Courage et formidable acte d'humanité»

Après François Hollande en live, c'est son compte Twitter qui prend le relais pour saluer le courage des décorés du jour.

9h56: Risque zéro... ou pas

La question de la sécurité dans les transports ferroviaires va d'ailleurs être posée dans des réunions au sommet à venir, a indiqué François Hollande.

9h54: «C'était un grand honneur, c'était fantastique»

Les trois jeunes Américains confient à chaud leur sentiment dans cette vidéo Periscope du service com de l'Elysée.

 

9h53: Oh les belles médailles

9h42: Bas les pincettes

A noter que François Hollande, sans prendre de pincettes et alors que El Khazzani tente de nier en garde à vue avoir voulu commettre un attentat, a parlé sans embages de «terrorisme» et d'«attentat».

9h39: «On va peut-être faire une photo, venez près de moi»

9h37: Remise des Légions d'honneur

Après un dernier «merci», Hollande conclut son discours et est immédiatement applaudi. S'ensuivent les remises de Légion d'honneur.

9h37: Hollande, en réponse à ceux qui s'interrogent sur le fait qu'on donne la Légion d'honneur à ces quatre hommes, affirme qu'il a voulu que leur soit remise la plus haute distinction possible.

9h35: «Nos sociétés ne sont pas faibles»

«Face au terrorisme, nos sociétés ne sont pas faibles, et elles ne seront jamais faibles tant qu'il y aura des femmes, des hommes courageux, prêts à risquer leur vie.»

9h34: Encore de belles paroles pour les militaires américains

«Spencer, Aleksander, vous êtes des soldats. Mais vendredi vous étiez de simples passagers, loin de chez vous. Vous vous êtes certes comportés en militaires, mais aussi en hommes responsables, vous avez mis votre vie en jeu pour défendre une idée, l'idée de liberté.» Hollande n'oublie pas de saluer aussi «ceux qui se sont levés, dressés», et «qui n'avaient sans doute jamais vu une kalachnikov».

9h33: «Prendre les dispositions nécessaires»

Il y aura des réunions, prévient Hollande, pour revoir la sécurité publique, y compris pour le transport ferroviaire.

9h31: «Face au mal du terrorisme, il y a un bien, celui que vous incarnez»

9h30: «Un homme surarmé et prêt à tout»

«Voilà quatre hommes qui se sont dressés avec d'autres non pas simplement pour sauver leur propre vie, mais pour venir en aide aux autres, pour sauver d'autres vies. Car dans ce train il y avait plus de 500 personnes.» «Nous sommes passés à côté d'une tragédie, un massacre», souligne Hollande, qui remercie les quatre hommes présents à ses côtés pour ce qu'ils ont fait, pour «cette solidarité qui vous a permis de maîtriser à mains nues un terroriste surarmé et prêt à tout».

9h29: «Vous, Spencer...»

«Vous, Spencer, vous avez été le premier à lui tomber dessus, vous l'avez renversé.» François Hollande, s'adressant aux jeunes Américains, fait le récit de l'attentat déjoué.

9h28: Le Français anonyme salué

François Hollande a une pensée pour ce Français, intervenu contre le tireur, et qui ne souhaite pas voir son identité révélée.

9h27: Hommage aux «héros»

«Trois américains et un Anglais, amis de la France, que le hasard des réservations de train ont réuni dans le même wagon», raconte François Hollande. il parle ensuite d'un homme qui avait «suffisamment d'armes et de munitions pour provoquer un carnage. Et c'est ce qu'il aurait fait si vous n'aviez pas pris tous les risques, y compris celui de votre propre vie.»

9h26: Un petit mot pour le Franco-Américain toujours à l'hôpital, et remerciements pour les personnels médicaux et de la SNCF.

9h25: Hollande remercie Charles Michels de sa présence, preuve «de la solidarité entre nos deux pays pour combattre le terrorisme»

9h24: François Hollande arrive, annoncé au côté de Charles Michels
 

9h22: On prend place sur l'estrade

Le Britannique et les trois Américains prennent place sur l'estrade. Notons que les trois jeunes portent une oreillette pour suivre ce qui va se dire, tandis que Chris Norman, Britannique mais francophone, peut discuter en anglais avec le jeune «héros» à ses côtés tout en suivant le discours à venir de François Hollande.

9h17: Les Américains arrivent à l'Elysée

Décontractés, chacun son petit polo, les trois jeunes Américains qui sont intervenus dans le Thalys contre le tireur à la kalachnikov viennent d'arrivée à l'Elysée à bord d'un gros véhicule noir, accompagnés de l'ambassadrice américaine.

9h14: Alain Vidalies «préfère qu'on discrimine»

Formule maladroite? Invité sur Europe 1 ce matin, le ministre des Transports Alain Vidalies a parlé des contrôles à venir dans le ferroviaire. Comment alors éviter les délits de faciès?, demande Europe 1. Les personnes à l'écoute, «des professionnels, des policiers, des militaires», sauront faire leur travail, assure le ministre. «Je préfère qu'on discrimine pour être efficace plutôt que rester spectateurs», avance-t-il, en nuançant: «Ce ne n'est pas le remède miracle».

9h07: Il pleut

9h05: Le Premier ministre belge arrive à l'Elysée

Charles Michels a tenu à assister à la cérémonie de remise de la Légion d'honneur pour représenter la reconnaissance du peuple belge. Il vient d'être accueilli par François Hollande sur le perron de l'Elysée.

8h58: La cérémonie de remise de la Légion d'honneur va démarrer

8h35 : Qui est Mark Moogalian, le héros blessé par balle dans l’attaque du Thalys ?
Le journal britannique The Telegraph a creusé sur l’identité de Mark Moogalian, l’un des héros du Thalys, blessé par balle en s’interposant face à El-Khazzani. Âgé de 51 ans, il est professeur à la Sorbonne, habite Paris mais est originaire de Mildothian, en Virginie (Etats-Unis). L’académicien, bon musicien et cycliste amateur, a été touché d’une balle dans le coup alors qu’il essayait de neutraliser le tireur. « Il est toujours à l’hôpital et il est probable que son bras gauche perde certaines de ses fonctionnalités », témoigne sa sœur au Télégraph.

8h30: Deux des héros absents à la cérémonie de remise de la Légion d'honneur

François Hollande remettra ce lundi la Légion d'honneur à quatre des six personnes ayant neutralisé le terroriste présumé du Thalys. Les deux autres, dont le Français anonyme, recevront la décoration «ultérieurement», indique L'Express. Ces deux absents sont le Franco-Américain Mark Moogalian, 51 ans, blessé par balle pendant l'attaque et toujours hospitalisé, et un passager français de 28 ans ayant tenté d'arrêter le tireur et qui souhaite garder l'anonymat.

8h : «Mon mari a cru que c'était fini, qu'il allait mourir»

Isabella Risacher-Moogalian, la femme de Mark, l'un des héros du Thalys, a témoigné lundi sur Europe1. C’est Mark qui a été touché par une balle dans l’attaque du Thalys. « Mon mari m'a dit qu'il avait vu un homme qui lui semblait étrange parce qu'il était entré dans les toilettes avec sa valise et que cela avait duré très longtemps. Quelque temps après, cet homme est sorti et c'est là qu'il a vu qu'il portait une arme«, raconte Isabella Risacher-Moogalian. Il m’a dit 'va t'en! C'est sérieux! Et mon mari s'est précipité vers cet homme pour lui enlever son arme, sa kalachnikov».

7h52 : Que les policiers restent armés en dehors de leurs heures de service ?
Faut-il faire en sorte que les policiers restent armés en dehors de leurs heures de service et prêt à intervenir ? A cette question, Claude Guéant répond oui et juge comme une très mauvaise mesure l’annonce il y a quelques jours du projet de mettre fin à la gratuité des transports pour les policiers.

7h50 : Claude Géant : « Une menace qui va durer »
Le Républicain Claude Guéant, l’ex ministre de l’Intérieur, est l’invité de France Info ce lundi matin à la gare du Nord. Il invite « la nation entière à la vigilance ». « La menace terroriste va durer et ça peut venir de nulle part. Depuis le début de l’année, un journal a été attaqué, des églises ont été visés… »

7h45: Ayoub El Khazzani ? « Un bon garçon » qui « ne parlait jamais politique »
 

Le père d'Ayoub El Khazzani, le jeune Marocain qui a fait irruption kalachnikov à la main dans un train Thalys, a décrit dimanche son fils comme «un bon garçon» qui travaillait dur et ne parlait pas de politique, selon la presse. Il parlait « juste de football et de pêche.» «Je n'ai aucune idée de ce qui lui est passé par la tête, je ne lui ai pas parlé depuis plus d'un an», a-t-il ajouté.

07h30: Qui sont les trois «héros» américains salués aux Etats-Unis?

  • Aleksander Skarlatos a 22 ans, une carrure imposante, il est membre de la Garde nationale de l'Oregon (nord-ouest des Etats-Unis) et venait de rentrer d'une mission de neuf mois en Afghanistan, selon sa famille.
     
  • Spencer Stone, 23 ans, est également militaire. Soldat de première classe dans l'armée de l'air, originaire de Californie, il est ami avec Alek Skarlatos et voyageait avec lui et Anthony Sadler depuis dix jours à travers l'Europe. Il a été blessé dans l'attaque.
     
  • Chris Norman, un consultant britannique de 62 ans, était assis dans le même wagon que les Américains et il s'est joint à eux pour maîtriser l'assaillant. «Je ne me considère pas comme un héros (...) Je me suis dit: «OK, je vais probablement mourir donc autant y aller».

07h25 : « On n’a pas besoin de huit chargeurs pour dévaliser un train »

Les trois jeunes Américains qui ont réussi à désarmer Ayoub El Khazzani sont revenus sur leur exploit dimanche. Interrogé sur les affirmations du suspect lors de ses premières heures de garde à vue niant toute velléité djihadiste et affirmant avoir uniquement voulu rançonner les passagers, Anthony Sadler a répondu : « On n’a pas besoin de huit chargeurs pour dévaliser un train ». « Il avait beaucoup de munitions, ses idées étaient vraiment claires », a renchéri Alek Skarlatos.

07h17: Hollande décerne ce lundi la légion d'honneur aux héros américains et britannique

Le président François Hollande décerne ce lundi matin la Légion d'honneur aux trois jeunes Américains et au Britannique du Thalys Amsterdam-Paris ayant maîtrisé vendredi Ayoub El Khazzani qui tentait d'ouvrir le feu à la kalachnikov à bord du train.