VIDEO. Attentat dans un Thalys: Qui sont les six «héros» de l'attaque déjouée?

ATTAQUE Le président américain a téléphoné samedi aux trois jeunes hommes pour exprimer «la fierté de tous les Américains devant leur extraordinaire bravoure»...

M.C. avec AFP

— 

Une photo prise par Alek Skarlatos, Spencer Stone et Anthony Sadler avant l'attaque à bord du Thalys.
Une photo prise par Alek Skarlatos, Spencer Stone et Anthony Sadler avant l'attaque à bord du Thalys. — REX Shutterstock/SIPA

Ils ont la vingtaine et étaient en vacances en Europe. Ils rentreront aux Etats-Unis en « héros ». Aleksander Skarlatos, Spencer Stone et Anthony Sadler, trois amis d’enfance, ont été salués par leur président Barack Obama pour avoir empêché un carnage vendredi dans le Thalys Amsterdam-Paris. Le président américain a téléphoné samedi aux trois jeunes hommes pour exprimer « sa gratitude pour leurs actes héroïques » et « la fierté de tous les Américains devant leur extraordinaire bravoure », selon la Maison Blanche. Epaulés par trois autres personnes, ils ont désarmé et maîtrisé un suspect lourdement armé. 20 Minutes fait le point sur ces héros.

Attentat dans un Thalys : Le scénario de l’attaque déjouée minute par minute

Aleksander Skarlatos, 22 ans

Aleksander Skarlatos a 22 ans, une carrure imposante, il est membre de la Garde nationale de l’Oregon (nord-ouest des Etats-Unis) et venait de rentrer d’une mission de neuf mois en Afghanistan, selon sa famille.

« J’ai vu un type entrer dans le train avec un AK (AK47, une Kalachnikov) et un pistolet. Je me suis tourné vers Spencer et lui ai dit « on y va, on y va ! ». Spencer, le premier, a attrapé le type par le cou, je me suis saisi du flingue, l’ai balancé avant d’attraper le AK », a raconté le jeune homme sur la chaîne de télévision NBC. Il avait relaté vendredi soir sur des télévisions françaises « avoir frappé à la tête (le suspect) jusqu’à ce qu’il perde connaissance ».

« Je suis si fier de (mon fils). J’en suis sidéré », s’est exclamé son père, Emanuel Skarlatos, sur CNN. « Il m’a raconté que lui et ses amis avaient neutralisé un terroriste dans un train vers Paris. Simplement comme ça, comme si c’était normal », a déclaré M. Skarlatos, « stupéfait » par « le courage » et « l’instinct de survie » de son fils et de ses amis.

Spencer Stone, blessé dans l’attaque, 23 ans

Spencer Stone, 23 ans, est également militaire. Soldat de première classe dans l’armée de l’air, originaire de Californie, il est ami avec Alek Skarlatos et voyageait avec lui et Anthony Sadler depuis dix jours à travers l’Europe. Il a été blessé dans l’attaque, est hospitalisé mais « va bien » selon ses deux amis. Le président Obama l’a appelé pour lui souhaiter « un prompt et complet rétablissement », a rapporté la Maison Blanche.

Anthony Sadler, 23 ans

Anthony Sadler, lui aussi âgé de 23 ans, est étudiant en Californie. il était en vacances en Europe depuis une dizaine de jours. « Je ne suis qu’un étudiant (…) Je suis venu voir mes potes pour mon premier voyage en Europe et nous avons arrêté un terroriste. C’est plutôt dingue ! », a commenté ce jeune Noir américain, arborant un collier de barbe bien taillé et des tatouages au bras. « Il est parti là-bas comme un jeune homme en excursion et il en revient comme un héros national pour la France », a lancé son père, Tony Sadler, sur NBC.

Chris Norman, un consultant britannique

Chris Norman, un consultant britannique de 62 ans, était assis dans le même wagon que les Américains et il s’est joint à eux pour maîtriser l’assaillant. « Je ne me considère pas comme un héros (…) Je me suis dit : « OK, je vais probablement mourir donc autant y aller ». Le forcené a commencé à sortir tout son arsenal puis il est allé du wagon 13 au 12. Je ne sais pas pourquoi il n’a pas réussi à tirer mais je pense que (c’est) parce que son arme s’est enrayée », a-t-il dit. D’après le journal britannique Daily Telegraph, le sexagénaire, marié et père de deux enfants, vit en France depuis une vingtaine d’années et est installé à Nîmes (sud).

Un Français anonyme

Le ministre français de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a indiqué qu'« un voyageur français » était « intervenu en premier » pour tenter de stopper l’agresseur. « Voulant accéder aux toilettes de la voiture 12 », cet homme « s’est trouvé face à un individu porteur d’un fusil d’assaut Kalachnikov en bandoulière ». Il a « tenté courageusement de le maîtriser avant que l’agresseur ne tire », selon le ministre, « plusieurs coups de feu ». Ce Français serait âgé de 28 ans et serait employé d’une banque aux Pays-Bas.

Mark Moogalian, un enseignant à la Sorbonne de 51 ans

Mark Moogalian, un Américain originaire de Virginie, est lui aussi intervenu. Le quotidien britannique Daily Telegraph a dévoilé l'identité de cet enseignant à la Sorbonne. Selon le quotidien britannique, il a sauté sur l’agresseur après avoir vérifié que sa femme était en sécurité, cachée derrière un fauteuil. S’il a réussi à arracher l’arme automatique d’Ayoub el-Khazanni, il s’est fait tirer dessus par le tireur qui a sorti une arme de poing. Son épouse s'est d'ailleurs confiée à Europe 1 ce lundi. «Il pensait qu'il allait mourir», explique-t-elle. «Mon mari m'a dit qu'il avait vu un homme qui lui semblait étrange parce qu'il était entré dans les toilettes avec sa valise et que cela avait duré très longtemps. Quelque temps après, cet homme est sorti et c'est là qu'il a vu qu'il portait une arme", raconte-t-elle. «Mon mari a vu qu'il était saisi à la gorge par-derrière par une autre personne et donc il m'a dit : "va-t’en! C'est sérieux!" Et mon mari s'est précipité vers cet homme pour lui enlever son arme, sa kalachnikov».