Attaque dans un Thalys: Le suspect formellement, Ayoub El Khazzani, identifié

LIVE Suivez la situation en direct au lendemain de la fusillade survenue dans un train  Amsterdam-Paris, au cours de laquelle deux hommes ont été blessés...

F.F. et M.C.

— 

Une fusillade a fait deux blessés dans un Thalys à Arras, le 21 août 2015.
Une fusillade a fait deux blessés dans un Thalys à Arras, le 21 août 2015. — RAFAEL BENAMRAN / AFP

Ce live est désormais terminé, merci de l'avoir suivi

22h44 - Spencer Stone, l'un des héros américains, sortant de la clinique

Pendant son bref séjour à la clinique, Spencer Stone, le premier à s'être jeté sur le tireur du Thalys selon les témoignages de ses amis présents à ce moment-là, a reçu de nombreuses visites dans sa chambre de patients venus le féliciter chaleureusement, d'après la direction de l'établissement.

22h26: Une balle aurait traversé un des blessés de part en part
Selon L'Express, une balle perdue aurait traversée le siège du blessé Franco-américain avant de le toucher à l'omoplate et de ressortir.  Il pourrait avoir deux blessures, ce qui confirmerait le témoignage d'un des héros selon lequel «il saignait abondamment du cou».

22h23 : Le scénario de l'attaque minute par minute

Ayoub El Khazzani a été formellement identifié comme étant le suspect de l’attaque déjouée dans un Thalys vendredi soir. Alors que ses motivations restent floues -il nie toute entreprise terroriste-, 20 Minutes vous refait le film des événements survenus dans le train Thalys Amsterdam-Paris.

22h16: Le père d'Anthony Sadler témoigne

«Il est parti là-bas comme un jeune homme en excursion et il en revient comme un héros national pour la France», a lancé son père, Tony Sadler, sur NBC.

20h54: Hollande recevra les trois Américains lundi matin

François Hollande recevra lundi à 9h à l'Elysée «les citoyens américains, français et britannique» ayant permis d'éviter un carnage à bord du train Thalys Amsterdam-Paris, a annoncé samedi à l'AFP l'entourage du président de la République.

20h42: Obama a appelé les trois Américains

Le président des Etats-Unis Barack Obama a téléphoné samedi aux trois jeunes américains qui ont réussi à empêcher le carnage dans le Thalys et a salué leur «extraordinaire bravoure», a indiqué la Maison Blanche.

19h39: Spencer est sorti de l'hôpital

Il va être entendu par la police d'Arras. Il est sorti peu après 19h de la clinique lillois.

Accompagné d'un officiel américain, le soldat, engagé dans l'U.S Air Force, est monté à bord d'une berline portant l'immatriculation du corps diplomatique des Etats-Unis, sans faire de déclaration.

19h41 : Le suspect formellement identifié

Le suspect de l’attaque a été formellement identifié comme étant Ayoub El Khazzani, le ressortissant marocain signalé par les services de renseignement espagnols comme appartenant à la mouvance islamiste radicale, a-t-on appris samedi de source policière.

L’homme, qui aura 26 ans le 3 septembre, a été identifié par divers éléments matériels, dont ses empreintes digitales, a-t-on précisé de même source.

19h14: Hollande remercie Obama

Hollande a «remercié chaleureusement» Obama pour «la conduite exemplaire» de certains passagers américains du Thalys.

 

18h39: L'identité du suspect confirmée

Selon des informations de France 2, une analyse ADN confirme l'identité du suspect. Il s'agirait donc d'Ayoub El Kahzzani (ou Kahzani). D'après BFMTV, le suspect a été identifié grâce à ses empreintes digitales. L'homme était était connu de la police en Espagne, les autorités espagnoles avaient relevé ses empreintes digitales dans une affaire de stupéfiants.

18h30 : « L’islamisme attaque la France de plus en plus souvent »

Les personnalités politiques continuent de réagir au lendemain de la fusillade.

18h18: Jean-Hugues Anglade enfonce le clou contre le personnel de Thalys

Dans Le Figaro, l'acteur Jean-Hugues Anglade brosse à nouveau un portrait peu reluisant de la réaction dui personnel de Thalys. «Nous avons été totalement laissés à l'abandon, commence-t-il. Dès que nous avons vu des gens affluer en criant «he's shooting, he's shooting, he's shooting people…», tout le monde a essayé de se réfugier à l'extrémité du wagon qui se trouve être collé à la motrice dont la porte était fermée. On a frappé, cogné de toutes nos forces. Fallait-il attendre la mort? Qu'on nous tire dessus à bout portant? Avec cette angoisse de savoir si on pouvait arrêter ce putain de TGV pour pouvoir avoir une chance de s'en sortir? Je n'accuse personne, mais nous avons été abandonnés».

18h17: Le patron de la SNCF va rencontrer Jean-Hugues Anglade

Le président de la SNCF, Guillaume Pepy, a annoncé samedi qu'il allait rencontrer dans les jours prochains l'acteur Jean-Hugues Anglade, qui était passager du Thalys. «J'ai proposé de rencontrer M. Anglade, qui a dit oui», a déclaré le patron de la compagnie ferroviaire: «Je comprends l'émotion, les témoignages, mais pour pouvoir conclure, il faut se donner le temps d'entendre tout le monde».

17h41: Le chef du service des urgences du CHU de Lille donne des nouvelles du blessé par balle

Les nouvelles sont plutôt bonnes pour le blessé. Le chef des urgences du CHU de Lille est «muet d'admiration devant l'homme blessé par balle, un franco-américain d'une cinquantaine d'années. Il «a retiré la kalachnikov des mains de l'agresseur (...) c'est un homme exceptionnel», a conclu le médecin devant les médias.

17h12 : Le suspect passé par la Turquie ?

Selon Le Parisien, le suspect était passé par la Turquie. Il se serait fait contrôler à l’aéroport de Berlin alors qu’il attendait de partir en Turquie, à Istanbul. Les autorités allemandes avaient sollicité la France, l’homme faisait l’objet d’une fiche S depuis 2014, raconte le quotidien. Sa trace a ensuite été perdue après s’être envolé vers la Turquie.

17h04: Selon Chris Norman, l'arme se serait enrayée

Chris Norman, un consultant britannique âgé de 62 ans, qui voyageait dans le même wagon raconte la scène. «Ma première réaction a été de me cacher», raconte-t-il. «Notre seule chance était d’agir en équipe, ajoute-t-il. J’ai préféré faire quelque chose, plutôt qu'attendre que l’on m’abatte.» «Je ne suis pas un héros ce que j’ai fait est normal». Il explique également que l'arme du suspect se serait enrayée.

 

 

 

17h02 : « On l’a applaudi dans sa chambre », témoigne une Française qui a vu Spencer Stone

« On est venu dans sa chambre, on l’a applaudi et félicité ! », s’exclame toute émue Laetitia, mère de famille qui a accompagné son enfant à la clinique de Lesquin (Nord), où elle a eu le privilège de rencontrer le nouveau héros américain Spencer Stone.

Alors que l’accès à la clinique de la main est fermement interdit aux journalistes du monde entier, certains patients ont eu la chance de rentrer dans la chambre d’hôpital du militaire américain, qui a permis avec d’autres passagers d’empêcher un tireur de commettre un massacre dans un Thalys vendredi.

16h51 : « Un numéro national de signalement des situations anormales »

Manuel Valls a annoncé samedi que la SNCF allait « mettre en place un numéro national de signalement des situations anormales » dans les gares et les trains.

La SNCF va par ailleurs « renforcer le nombre et la visibilité des messages de vigilance dans les gares », a indiqué dans un communiqué le Premier ministre, qui s’est entretenu dans la journée avec le président de la SNCF, Guillaume Pépy.

 

16h30 : La Belgique renforce ses mesures de sécurité

Plusieurs mesures ont été décidées et devaient être appliquées « dès ce week-end », notamment une « intensification des patrouilles mixtes franco-belges dans les Thalys au quotidien », ainsi qu’un « renforcement des patrouilles et des contrôles dans les gares internationales en collaboration avec les zones de police locale ». Le contrôle des bagages sera également renforcé.

15h09: La directrice de Thalys répond aux accusations de Jean-Hugues Anglade

La directrice de Thalys, Agnès Ogier, affirme que les agents de la rame où s'est déroulée l'attaque armée ont alerté le conducteur. «Un agent a senti une balle le frôler. Il est parti, avec cinq ou six voyageurs, se réfugier dans le "fourgon"», un espace en bout de rame, dans lequel peuvent être rangés des bagages, et qui s'ouvre avec une clé spéciale, a raconté Agnès Ogier, après s'être entretenue avec les agents.Ce train manager -nom donné au personnel naviguant chez Thalys- «a tiré le signal d'alarme (...). Puis, lorsque le train s'est arrêté, il est sorti pour aller alerter la rame de tête et le conducteur», a-t-elle continué. L'attaque s'est déroulée en queue de train, dans un Thalys qui comptait deux rames. Deux agents, sous contrat avec la SNCF ou son homologue belge la SNCB, sont présents à bord de chaque rame. Pendant ce temps, le second agent alertait également le conducteur, via le téléphone du train.

Dans le règlement français, les agents doivent d'abord alerter, puis arrêter le train, a précisé la directrice de Thalys.

 

14h55: La Belgique renforce ses mesures de sécurité dans les trains et les gares

Le gouvernement belge a décidé ce samedi de renforcer les mesures de sécurité dans les trains et les gares du pays lors d'une réunion du Conseil national de sécurité qui s'est tenue à l'initiative du Premier ministre Charles Michel, ont indiqué ses services dans un communiqué. Plusieurs mesures ont été décidées et devaient être appliquées «dès ce week-end», notamment une «intensification des patrouilles mixtes franco-belges dans les Thalys au quotidien», ainsi qu'un «renforcement des patrouilles et des contrôles dans les gares internationales en collaboration avec les zones de police locale». Le contrôle des bagages sera également renforcé.

14h42: France 2 a reconstitué la scène du Thalys en images de synthèse

 

14h03: Le suspect était allé de France en Syrie, selon l'antiterrorisme espagnol

Le suspect avait voyagé en Syrie depuis la France, a indiqué à l'AFP une source des services de lutte antiterroriste espagnols. «Il a vécu en Espagne, à Algesiras (Andalousie, sud) pendant un an, jusqu'en 2014, puis a décidé de déménager en France», a indiqué cette source. «Une fois en France, il s'est déplacé en Syrie, avant de rentrer en France», a-t-elle ajouté.

13h04: «C'est difficile de revendiquer un fiasco»
Wassim Nasr, journaliste et spécialiste du terrorisme, témoigne sur iTélé.

12h36: Jean-Hugues Anglade témoigne

«J'ai pensé que c'était la fin, qu'il allait tous nous tuer», confie Jean-Hugues Anglade à Paris Match. A lire par ici.

Fin de l'intervention de Bernard Cazeneuve.

«Le niveau de menace auquel nous devons faire face est très élevé. Notre mobilisation est totale. C'est grâce à elle et grâce au sang froid de chaque Français que nous réussirons à surmonter les épreuves.»

«Je suis en contact permanent avec mes homologues des pays voisins pour renforcer les dispositions déjà prises»

«J'ai rappelé les mesures de sécurité dans le cadre du plan Vigipirate"

Le ministre de l'Intérieur le qualifie de «terroriste».

Si l'identité qu'il déclare était vérifiée, elle correspondrait à un homme de 26 ans fiché par les autorités espagnoles et soupçonné d'appartenir à la mouvance islamiste radicale. Il est établi qu'il a résidé en 2014 en Espagne puis en 2015 en Belgique.

L'homme est entendu à Levallois dans le cadre d'une garde à vue qui peut durer jusqu'à 96h. Son identité n'est pas encore établie avec certitude.

L'arsenal retrouvé sur le suspect: une kalach, 9 chargeurs, pistolet auto et un chargeur, un cutter. 

«Je veux rendre hommage au voyageur français, tout comme aux voyageurs américains. Nous leur devons beaucoup.»

L'individu a été arrêté et placé en garde à vue au commissariat d'Arras.

Un voyageur français a rencontré un homme armé en se rendant aux toilettes et a tenté de le désarmer. C'est à ce moment-là que sont arrivés deux soldats américains qui sont parvenus à le maîtriser.

12h20: Cazeneuve commence à parler

12h10: L'Elysée confirme que Hollande recevra les soldats américains

François Hollande «recevra dans les prochains jours à l'Elysée» les personnes ayant maîtrisé le tireur du Thalys Amsterdam-Paris «pour leur témoigner la gratitude de la France», a annoncé l'Elysée. Le président de la République «s'est entetenu ce (samedi) matin au téléphone avec plusieurs des citoyens américains et français qui ont permis de (le) maîtriser», a ajouté l'entourage du chef de l'Etat.

11h35: La version du suspect peine à convaincre

Le suspect de l'attaque de vendredi dans le Thalys Amsterdam-Paris conteste le caractère terroriste de son action, une version qui, en l'état des investigations, ne tient pas, a-t-on indiqué ce samedi de source policière.

De nombreuses vérifications sont en cours mais, selon les premières informations, cet homme n'a jamais été emprisonné et n'a pas le profil d'un délinquant de droit commun.

11h30: Bernard Cazeneuve s'exprimera à 11h45

 

11h14: Le parquet fédéral belge ouvre une enquête sur la «base de la loi antiterrorisme»

Le parquet fédéral belge a annoncé l'ouverture d'une enquête «sur la base de la loi antiterrorisme». «Nous avons ouvert une enquête sur la base de la loi antiterrorisme» et «sur la base du fait que le suspect est monté dans le train à Bruxelles», a déclaré le porte-parole du parquet fédéral, Eric Van der Sypt.

11h07: Le train, un lien privilégié pour les attaques

A lire par ici

10h16 : Le suspect nierait être un terroriste

Selon BFM TV, le suspect actuellement interrogé par les services antiterroristes nierait toute implication dans un possible attentat et explique son arsenal par la volonté de commettre des braquages.

9h22: Le suspect a été transféré à Levallois-Perret

L'individu arrêté vendredi a été transféré ce samedi matin à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), où se trouve le siège de la Direction générale de la Sécurité intérieure.

9h19: François Hollande va recevoir les militaires américains

9h11: Une vidéo de l'intérieur du train circule

[CETTE VIDEO CONTIENT DES IMAGES QUI PEUVENT CHOQUER] CNN a diffusé une vidéo amateure filmée au téléphone portable de l'intérieur du train. On peut y voir le suspect pieds et mains liés au sol, une kalachnikov, ainsi qu'un des hommes ayant aidé à le maîtriser, blessé. 

9h05: Le suspect est toujours entendu par la police

L'homme qui a été maîtrisé vendredi après avoir ouvert le feu est toujours en garde à vue ce samedi matin. Son identité doit être vérifiée. La loi française autorise jusqu'à 96 heures de garde à vue dans les affaires de terrorisme.

8h52: «Alek a dit à Spencer, "va le choper"»

Le témoignage de trois des hommes qui ont maîtrisé le tireur est à lire ici.

8h20: Voici l'un des hommes qui ont maîtrisé l'assaillant

8h11: Les hommes qui ont maîtrisé le suspect témoignent

Ils s'appellent Spencer Stone, Alek Skarlatos, Anthony Sadler et Chris Norman, rapportent CNN et Le Parisien. Les trois premiers, un membre des forces aériennes des Etats-Unis, un réserviste et un civil, sont Américains et voyageaient ensemble. Le quatrième est un Britannique. Ensemble, ces hommes ont réussi à maîtriser l'homme qui a ouvert le feu à bord du Thalys.

Ils entendent un coup de feu, puis «un employé du train est apparu, courant dans le couloir, pourchassé par un homme armé. J'ai dit à Spencer: vas-y!», raconte Alek Skarlatos dans le Parisien. Au terme d'une lutte avec le suspect, celui est maîtrisé et ligoté, mais pas avant d'avoir pu blesser deux des hommes.

Frédéric Leturque, le maire d'Arras, a tweeté cette photo de trois d'entre eux.

 

 

Le bilan aurait pu être très lourd. Vendredi après-midi, un homme lourdement armé a ouvert le feu dans un train Thalys circulant entre Amsterdam et Paris. Il a pu être maîtrisé grâce à l'intervention de deux soldats américains, qui ont été blessés. Leurs jours ne sont pas en danger. Le suspect faisait l'objet d'une fiche des services de renseignements dans plusieurs pays.