Tirs dans un Thalys: Ce que l'on sait du suspect

FUSILLADE L'homme, qui faisait l'objet d'une fiche des services de renseignements, aurait résidé en Espagne avant de venir en France et il aurait voyagé en Syrie...

M.C. avec AFP

— 

Des policiers près du Thalys où a eu lieu la fusillade, le 21 août 2015.
Des policiers près du Thalys où a eu lieu la fusillade, le 21 août 2015. — PHILIPPE HUGUEN / AFP

L'homme soupçonné d'avoir ouvert le feu vendredi dans un train Thalys entre Amsterdam et Paris, blessant deux personnes avant d'être maîtrisé par des passagers, a été interpellé vers 18h et placé en garde à vue. Il a apparemment pris le Thalys à Bruxelles, où il serait arrivé récemment, lourdement armé: il avait en effet en sa possession un fusil d'assaut kalachnikov, un pistolet automatique, neuf chargeurs et un cutter, selon une source policière.

Tirs dans un Thalys: Ce que l'ont sait de la fusillade qui a fait deux blessés

D'après l'identité qu'il a fournie aux enquêteurs, il faisait l'objet d'une fiche des services de renseignements, a-t-on appris de la même source. Selon les tout premiers éléments de l'enquête, il est Marocain ou d'origine marocaine et serait âgé de 26 ans. Il a résidé en Espagne et avait été signalé par les autorités espagnoles aux services français, d'où son fichage.

«Des sources de l'unité anti-terroriste espagnole ont indiqué que ce jeune, qui apparaissait dans les registres comme radical, "a résidé" en Espagne pendant un an, jusqu'en 2014, au moment où il a décidé de déménager en France. Ces mêmes sources ont précisé que l'auteur de l'attaque a ensuite voyagé en Syrie, avant de retourner peu après vers l'Hexagone», écrit le quotidien espagnol El Pais.

Il faisait l'objet d'une fiche dite «S»

Selon le quotidien belge Le Soir, il aurait également été fiché par les services belges comme étant en relation avec des filières terroristes récemment démantelées en Belgique.

Son état-civil doit encore être authentifié, les enquêteurs devant s'assurer qu'il s'agit bien du même homme, souligne-t-on de source policière. Si son identité est confirmée, cet homme faisait l'objet d'une fiche dite «S» visant les personnes ayant notamment des liens avec le terrorisme mais qui ne sont pas forcément surveillées. Des centaines de personnes font l'objet de ce type de fiche. La section antiterroriste du parquet de Paris est saisie de l'enquête.