Attentats à Paris: Le rescapé des frères Kouachi porte plainte contre plusieurs médias

JUSTICE Il attaque RMC, France 2 et TF1 pour « mise en danger de la vie d’autrui »...

C.B.

— 

Lilian, 26 est resté caché pendant huit heures à quelques mètres des frères Kouachi
Lilian, 26 est resté caché pendant huit heures à quelques mètres des frères Kouachi — France 2 - DailyMotion

Il avait passé huit heures et demie sans bouger, terré sous un évier de l’imprimerie de Dammartin-en-Goële où les frères Kouachi s’étaient réfugiés, deux jours après leur attaque contre Charlie Hebdo.

S’il s’en est sorti sain et sauf, Lilian Lepère estime que sa vie a été mise en danger par les médias, plus particulièrement par RMC, France 2 et TF1, contre lesquels il a porté plainte, révèle ce mardi Le Parisien-Aujourd’hui en France.

« Les médias visés n’ont pas respecté l’obligation »

« La radio et les deux télés avaient évoqué sur leurs antennes respectives la possible présence de l’employé dans l’usine, ce que les terroristes ignoraient », rappelle le quotidien. Les frères Kouachi étant équipés d’une radio, « les médias visés n’ont pas respecté l’obligation de prudence ou de sécurité qui leur est imposée en pareil cas », explique l’avocat de Lilian Lepère au Parisien.

La plainte vise plusieurs interventions diffusées en direct, notamment l'interview d'un député local sur RMC qui révèle la présence d'un membre du personnel dans l'imprimerie, information qui sera par la suite reprise et confirmée par France 2 et par TF1. 

Ironie de l'histoire, c'est sur France 2, quelques jours après le drame, que Lilian Lepère racontera son histoire, « sa journée de terreur ».

Vidéo de de son témoignage après la prise d'otages de Dammartin

Les ex-otages de Coulibaly avaient porté plainte contre BFMTV

Le jeune homme de 26 ans a déposé plainte le 9 juillet dernier, ce qui a entraîné l’ouverture d’une enquête par le parquet de Paris jeudi 13 août. Contactés par Le Parisien, les médias mis en cause n’ont pas commenté l’information.

Lilian Lepère n’est pas la première victime des attentats à déposer plainte contre des médias : en avril, les ex-otages d’Amedy Coulibaly attaquaient BFMTV pour « mise en danger de la vie d’autrui ». La chaîne avait révélé en direct que des otages étaient cachés dans une chambre froide située au sous-sol de l’Hypercacher de la Porte de Vincennes.