Circulation: Déjà 775 kilomètres de bouchons en milieu de journée

ROUTES Quelque 775 kilomètres de bouchons étaient décomptés ce samedi en milieu de journée en France, selon Bison futé...

20 Minutes avec AFP

— 

Les usagers sont priés d'éviter l'A6 en direction de Lyon et l'A7 entre Vienne et Orange, vers Marseille (photo d'illustration).
Les usagers sont priés d'éviter l'A6 en direction de Lyon et l'A7 entre Vienne et Orange, vers Marseille (photo d'illustration). — Philippe Desmazes AFP

A 12h, il y avait 775 km de bouchons cumulés sur l’ensemble des axes et la tendance était à la hausse. La journée était classée rouge dans le sens des départs et orange dans le sens des retours. En Rhône-Alpes, le trafic était très dense dans le sens des départs.

Sur l’A6 en direction de Lyon, le Centre régional d’information et de coordination routières (CRICR) Rhône-Alpes Auvergne demandait aux usagers d’éviter ce secteur. De même, il demandait aux automobilistes d’éviter l’A7 en direction de Marseille, entre Vienne et Orange.

En Auvergne, le trafic était « chargé » en direction du Sud

Dans les régions Paca et Languedoc-Roussillon, de nombreuses retenues étaient signalées : sur l’A7 en direction du Sud entre Bollène et Lançon de Provence ; sur l’A9 en direction de l’Espagne entre Nîmes et le Perthus ; sur l’A8 en direction de Nice entre Coudoux et Aix-en-Provence ; sur l’A8 en direction d’Aix en Provence, entre Saint-Maximin et Coudoux ; sur l’A54 entre Arles et Nîmes.

Par ailleurs, les conditions de circulation étaient rendues difficiles par les chaussées humides, dans les départements d’un grand quart sud-ouest (quinze au total) placés en vigilance orange pluies-inondations.

Un pic de 880 km atteint lors du chassé-croisé

Une semaine plus tôt, au cours d’un journée considérée comme la pire de l’année sur les routes des vacances, les retenues avaient atteint un pic de 880 km à la mi-journée, soit l’équivalent d’un Paris-Saint-Tropez complètement embouteillé.

Cependant, « le week-end dernier, c’était un chassé-croisé, donc on avait des départs et des retours qui s’additionnaient. Là, pour l’instant, on n’a pas de retour, on n’a que des départs », a précisé le CRICR.