A Roissy, les étrangers victimes de malaises auront une application pour se faire comprendre

SOCIETE Un sapeur-pompier de l’aéroport a inventé cette application de traduction…

A.Ch. avec AFP

— 

L'application Trad112 sera disponible à la rentrée.
L'application Trad112 sera disponible à la rentrée. — Capture d'écran

Comment comprendre ce qui arrive à un étranger qui ne parle pas un mot de Franças ? Les sapeurs-pompiers de  l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle sont souvent confrontés à cette situation, mais l’un d’entre eux vient d’inventer une application qui pourrait leur faciliter la tâche. Cette application de traduction, baptisée « Trad112 », sera disponible à la rentrée en deux versions, grand public et professionnelle. Les équipes de secours de l’aéroport en seront équipées.

Pour son concepteur, «Trad112 n'est pas un simple traducteur». «Des séries de questions, posées habituellement par le personnel secouriste ou soignant sont proposées pour établir un rapport sur l'état de la personne en difficulté». Ce jeudi, l’application le a déjà permis à un ambulancier qui se l'était procurée à titre individuel de détecter une fissure de l'aorte chez un passager espagnol. Celui-ci a «immédiatement été pris en charge» et pu être sauvé, se félicite Frédéric Sola, sapeur aéronautique à Roissy depuis plus de 15 ans et créateur de l'application.

«On augmente la chance du public qui fréquente nos installations»

Depuis 2013, le pompier de 42 ans a investi 30.000 euros et développé son projet en quatorze langues, de l'anglais en passant par l'arabe ou le mandarin jusqu'aux langages des signes français et international, avec des traducteurs assermentés. La création d'un tel outil est devenue une évidence pour lui le jour où un passager chinois refusait de descendre d'un vol venant de Rabat. «En fait il ne pouvait pas, il avait le fémur cassé, personne n'arrivait à communiquer avec lui et on a mis beaucoup de temps à découvrir ce qui n'allait pas», se souvient-il.

Il espère que son application va remplacer les petits lexiques dont disposaient les pompiers et secouristes, qui assurent en moyenne 15 interventions par jour et jusqu'à 4.500 sur l'année à Roissy. Et c'est bien parti : Aéroports de Paris (ADP) va se doter d'une quinzaine d'exemplaires et équiper à la rentrée «toutes les personnes qui sont amenées à prendre en charge un blessé, les secouristes comme les médecins», a expliqué le directeur des aires aéronautiques Régis Lacote. La barrière de la langue peut parfois retarder la prise en charge d'un patient d'une vingtaine de minutes lorsqu'un traducteur doit se déplacer, selon lui. Avec cette application, «on augmente la chance du public qui fréquente nos installations».