Heurts de bureau: Comment dire à votre collègue qu’il sent mauvais

SERIE (3/5) Toute la semaine, « 20 Minutes » vous aide à désamorcer les petites incivilités en entreprise et à neutraliser les collègues envahissants...

Nicolas Beunaiche

— 

Illustration travail.
Illustration travail. — CLOSON/ISOPIX/SIPA

L’enfer, c’est les autres. Surtout quand ils ont un mauvais déo… Dans l’open space, les mauvaises odeurs peuvent devenir rapidement insupportables, en particulier lorsqu’elles sont le fait de vos propres collègues. Mais comment éviter que l’hygiène des uns empoisonne le quotidien des salariés ?

Ils l’ont vécu

Dans le service gériatrique où il travaille actuellement, Daniel, un interne de 27 ans, évolue sous les ordres d’une chef de clinique « très sympa » mais à la sudation incontrôlée. « C’est franchement compliqué quand on doit avancer sur un dossier et qu’on se retrouve côte à côte derrière un ordinateur », explique-t-il. Au moins ne le fait-elle pas forcément exprès… Dans l’usine de Charles, un assistant achat de 26 ans, l’un de ses collègues « sent très fort » lui aussi. Mais lui en a parfaitement conscience, puisqu’il « revendique le fait de ne se doucher qu’une fois par semaine ». « Parfois, certains craquent et lui font des remarques, mais il assume totalement et en rigole », explique Charles, qui se dit « désespéré ». Un cas extrême qui n’est pas unique. Dans la précédente entreprise de Christelle, une commerciale de 30 ans, un développeur « assumait entièrement » son hygiène médiévale; « au désespoir de ses collègues », il ne lavait pas ses habits, prenait une douche moins d'une fois par semaine, ne se lavait pas non plus les dents et ne nettoyait jamais sa tasse à café. « Il considérait qu’on devait l’accepter comme ça », décrit-elle. Raté. « Socialement, c’était handicapant pour lui, se souvient-elle. Personne ne lui parlait. » Le fait qu’il se moque de la sensibilité de ses collègues ne jouant pas en sa faveur…

C’est quoi le problème, au fond ?

Le problème de l’odeur a gagné en importance avec la généralisation de l’open space. « On est devenu plus sensible à l’autre », résume Odile Duchenne, directrice générale de l’observatoire de la qualité de vie au bureau Actineo. Pas étonnant donc si le manque d’hygiène est le plus gros défaut attribué à son collègue, selon un sondage réalisé par TNS en 2013, devant la propension à se plaindre. Or « on n’est jamais incommodé par sa propre odeur », rappelle Alexandre Dubarry, consultant et auteur de Comment dire à un collègue qu’il sent mauvais sous les bras. « Le problème, c’est que l’odeur vient taper sur le cerveau reptilien, décrypte le diplômé en psychologie sociale. Elle active instinctivement une réaction de rejet. » Pas le meilleur moyen d’assurer la bonne ambiance au bureau. D’autant que « ce type de situations, très délicates, met en jeu l’intimité d’un salarié », ajoute Yan Mercœur, coach et auteur de Mes collègues : j’en peux plus !. En d’autres termes, il est plus facile de reprocher à un collègue l’odeur de son poulet au curry que celle de ses aisselles.

Comment résoudre le problème ?

A même niveau hiérarchique, demander à un collègue de changer son comportement n’est pas évident. A moins d’entretenir une relation particulière avec lui. « Si vous êtes proche de lui, vous pouvez lui demander gentiment s’il est sensible aux odeurs corporelles », avance Yan Mercoeur. Ou « lui demander naïvement s’il ne sent pas une odeur bizarre », ajoute Alexandre Dubarry. « Il faut en tout cas veiller à ne pas faire la morale, à ne pas juger ou humilier son interlocuteur, mais collecter des informations et rester sur le terrain professionnel », selon Yan Mercoeur. Dans le cas où les rapports entre les personnes concernées seraient moins amicaux, en revanche, les deux experts conseillent de s’en remettre au supérieur. « Même si le Code du travail ne permet pas d’imposer une meilleure hygiène aux employés, il est plus facile pour un chef d’évoquer le problème des odeurs corporelles car son discours est perçu comme professionnel », analyse Yan Mercoeur. Lors d’une réunion collective, sous couvert de rappeler des règles, il peut par exemple demander à ses employés d’être vigilants quant à leur hygiène, qui a des répercussions sur l’image renvoyée par l’entreprise. Si le problème perdure, il peut enfin s’attaquer plus frontalement au problème. Isabelle, cadre de 51 ans travaillant dans une banque, a ainsi choisi de recevoir en entretien une employée « qui sentait très fort ». « En fait, elle ne s’en rendait pas compte, se souvient Isabelle. Sans rentrer dans le détail, en prenant des gants, je lui ai simplement expliqué qu’elle devait faire attention. » Une stratégie payante. « Non seulement elle ne l’a pas mal pris du tout, mais en plus, notre conversation a été suivie d’effets. »