Téléphone au volant: 507 amendes dressées depuis le 1er juillet

SECURITE ROUTIERE Depuis, le 1er juillet les dispositifs sonores portés sur une ou deux oreilles (kit mains libres, oreillette bluetooth, casque de musique) au volant sont interdits...

Claire Chédeville

— 

Le Conseil national de la sécurité routière (CNSR) s'est prononcé le 1er juillet pour l'interdiction d'utiliser au volant les kits main libre qui permettent de téléphoner grâce à des écouteurs, un casque ou une oreillette.
Le Conseil national de la sécurité routière (CNSR) s'est prononcé le 1er juillet pour l'interdiction d'utiliser au volant les kits main libre qui permettent de téléphoner grâce à des écouteurs, un casque ou une oreillette. — Jean-Philippe Ksiazek AFP

507. C'est le nombre de conducteurs qui « ont reçu une amende pour avoir utilisé spécifiquement un kit mains libres ou un casque audio entre le 1er et le 20 juillet », dévoile Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la sécurité routière. Depuis le début du mois, les dispositifs sonores portés sur une ou deux oreilles (kit mains libres, oreillette bluetooth, casque de musique) au volant sont interdits. Utiliser ces accessoires est passible d’une amende de 135 euros et de 3 points en moins sur le permis de conduire.

VIDEO. Sécurité routière, tout ce qui change au 1er juillet

3 conducteurs sur 4 approuvent la mesure

Selon une étude réalisée par Opinion Way pour Assureurs Prévention*, 94 % des conducteurs interrogés sont au courant de cette nouvelle mesure et trois personnes sur quatre approuvent sa mise en vigueur.  Pour les automobilistes déclarant téléphoner au volant, accro du portable, environ 1 sur 2 ont changé de comportement :  «34 % ont cessé de téléphoner en conduisant, et 12 % utilisent désormais un kit mains libres intégré [Le kit mains libres sans fil est légal]. En revanche, 22 % restent réfractaires et continuent d’utiliser leur téléphone à la main ou avec des écouteurs», indique l'étude. Pourtant téléphoner au volant augmente les risques d’accident par trois, « l’homme ne peut pas conduire et téléphoner en même temps, ça fait partie de nos incompétences », note Emmanuel Barbe. « Il y a 10 accidents par jour qui sont liés à l’utilisation du téléphone portable, j’espère que cette interdiction fera baisser le chiffre », insiste tout de même le délégué interministériel.

*Etude quantitative réalisée auprès d’un échantillon de 1.053 répondants âgés de 18 ans et plus, représentatif de la population française sur des critères de sexe, d’âge, de CSP, de région et de taille d’agglomération.