«Connasse», «juif»… Boulanger épinglé pour des commentaires déplacés sur son fichier clients

LIBERTES Les enquêteurs de la Commission nationale informatique et libertés ont découvert plus de 5.800 commentaires excessifs sur le fichier client de l’enseigne d’électroménager…

V.V. avec AFP

— 

Les bureaux de la CNIL, à Paris.
Les bureaux de la CNIL, à Paris. — THIBAULT SAVARY/SIPA

«Le recours à des commentaires [dans un fichier] n’est pas interdit dans la mesure où il permet le suivi des dossiers des clients.» Mais cela ne semblait pas vraiment le but poursuivi par la société Boulanger selon la Commission nationale informatique et libertés (Cnil).

Le gendarme français de l’informatique a mis en demeure, jeudi, l’enseigne spécialisée dans l’électroménager et le multimédia de ne plus enregistrer de «commentaires excessifs» dans ses fichiers clients.

«Casse-couille» ; «connasse» ; «alcoolique»

Alertée par une plainte, les enquêteurs de la Cnil ont relevé pas moins de 5.828 commentaires déplacés en effectuant une descente en février dans un des magasins de l’enseigne où ils ont eu accès au fichier.

«N’a pas de cerveau» ; «client alcoolique» ; «de confession juive» ; «grosse connasse qui se croit tout permis» ; «fort accent africain» ; «casse-couille»… Les salariés du groupe ont à leur disposition un outil informatique leur permettant de gérer la facturation mais aussi d’ajouter des commentaires sur les fiches des clients afin de faciliter le suivi.

Trois mois pour se mettre en conformité

Dans sa mise en demeure, la Cnil enjoint donc la société Boulanger de prendre des mesures pour que ses salariés respectent les règles et n’inscrivent que des commentaires qui ne «portent pas atteinte à l’image de personnes».

Société Boulanger : mise en demeure de la CNIL publié par Fil_Economie

La CNIL précise cependant que sa mise en demeure a une valeur d'exemple et qu'aucune suite ne sera donnée si la société se conforme à la loi dans un délai de trois mois. Dans le cas contraire, une autre procédure sera lancée qui pourra, elle, aboutir à une sanction.

Sur Twitter, l'entreprise a présenté «ses sincères excuses».

Implantée à Fretin dans le Nord, la société Boulanger gère des magasins partout en France et emploie 8.000 personnes.