Rachel Lambert: «Je ne sais pas si on peut encore avoir l’espoir que Vincent soit entendu…»

INTERVIEW L’épouse de Vincent Lambert, qui se bat pour qu’on le «laisse mourir», est apparue très affectée par la situation ce jeudi…

Vincent Vantighem

— 

Rachel Lambert, l'épouse de Vincent Lambert, s'adresse, en larmes, aux médias, devant l'hôpital de Reims où est hospitalisé son mari. Le 23 juillet 2015.
Rachel Lambert, l'épouse de Vincent Lambert, s'adresse, en larmes, aux médias, devant l'hôpital de Reims où est hospitalisé son mari. Le 23 juillet 2015. — Thibault Camus/AP/SIPA

De notre envoyé spécial à Reims (Marne)

Des mois qu’elle ne souhaite plus s’exprimer pour ne pas envenimer un peu plus la situation. Entre deux sanglots, Rachel Lambert, la femme de Vincent Lambert, a tenu, ce jeudi, à l’hôpital Sébastopol de Reims (Marne), a prendre la parole pour faire part plus de son « désespoir » que de sa colère.

Le CHU de Reims a annoncé son intention de demander une protection judiciaire pour votre mari. Etes-vous surpris par cette décision ?

Nous étions convoqués à une réunion collégiale pour savoir si le CHU allait, ou non, arrêter les soins de Vincent. Et il n’en a pas été question. On nous a simplement parlé des pressions que subissent Vincent et son équipe médicale.

Lire aussi : Le CHU de Reims demande la mise sous protection judiciaire de Vincent Lambert après un projet d’enlèvement

Savez-vous de qui ces menaces émanent-elles ?

Il suffit de parcourir Internet pour voir des appels au délit et à la haine contre tous ceux qui veulent laisser partir Vincent.

Qu’est-ce vous comptez faire désormais ?

Je ne sais pas. Je ne sais plus. Je ne sais même pas si on peut avoir l’espoir que Vincent soit entendu. Quand je vois tout ça… Ça m’attriste. Qui se pose la question de qui a été vraiment Vincent ?

Les parents de Vincent Lambert portent plainte pour « tentative d’assassinat »

Vous regrettez que votre mari soit instrumentalisé ?

J’ai vu des images de Vincent [ses parents ont diffusé en juin une vidéo de leur fils alité, ndlr]. J’ai vu tous ces gens qui portent des tee-shirts avec le visage de Vincent [le comité de soutien des parents qui se battent pour son maintien en vie, ndlr]. Mais l’homme que l’on voit sur ces tee-shirts, ce n’est pas l’homme que j’ai épousé. L’hôpital est censé être un lieu intime. Aujourd’hui, tout a été balayé…