Crise des éleveurs: Un jeudi placé sous le signe de la colère dans plusieurs régions

MOBILISATION Retrouvez les temps forts de la journée de jeudi...

B. D., L. C., A. B. et F. R.
— 
Des éleveurs bloquent un axe routier à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dome), le 23 juillet 2015.
Des éleveurs bloquent un axe routier à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dome), le 23 juillet 2015. — THIERRY ZOCCOLAN / AFP
  • En plein été et à six mois des élections régionales, le gouvernement a dévoilé son plan d’aide aux éleveurs, chiffré à 600 millions d'euros
  • Ces mesures ont suscité des réactions mitigés. Pour la FNSEA, premier syndicat agricole du pays, les annonces sont « insuffisantes » sur le long terme
  • Le président François Hollande s'est rendu à Dijon ce jeudi matin pour rencontrer des représentants des agriculteurs
  • Le mouvement de protestation des éleveurs, qui entame sa quatrième journée, s’est propagé dans tout le pays ce jeudi, avec des blocages dans le Nord, l’Ouest, à Lyon et Poitiers

Ce live est maintenant terminé, merci de l'avoir suivi. Continuez à suivre l'évolution de la situation sur le site de «20 Minutes». Bonne fin de soirée !

22h56: Le point sur les blocages

Plusieurs barrages routiers ont été levés, mais, dans certaines régions, les agriculteurs resteront mobilisés cette nuit et/ou prévoient de mener de nouvelles actions ce vendredi. On fait le point sur les zones concernées par les perturbations par ici...
 

20h34: Stéphane Le Foll en lien avec ses homologues européens concernés par la crise des prix

 

Stéphane Le Foll a joint jeudi plusieurs de ses homologues européens également concernés par la crise des prix en vue d'un Conseil européen des ministres de l'Agriculture à la rentrée.

«J'ai eu un accord pour un conseil début septembre afin de traiter des questions posées aujourd'hui par la crise laitière qui touche d'autres pays européens» a déclaré le ministre.

«La France demande qu'on revalorise le prix d'intervention sur le lait» alors que le marché mondial est «déprimé» a-t-il insisté.

20h25 : Pour Stéphane Le Foll, il y a « un gros travail » à conduire autour du lait vendredi

Un « gros travail » devra être conduit vendredi pour revaloriser les prix du lait avec l’ensemble des acteurs réunis au ministère de l’Agriculture autour de Stéphane Le Foll, a indiqué jeudi le ministre.

Stéphane Le Foll a reçu au ministère le président de la Fédération des producteurs de lait (FNPL) Thierry Roquefeuil pour préparer avec lui une réunion de filière, producteurs-industriels-distributeurs.

19h59 : Manuel Valls salue la levée de barrages « dans de nombreuses régions »

Manuel Valls a salué jeudi à Libourne (Gironde) la levée de barrages d’éleveurs « dans de nombreuses régions », la marque selon lui du « comportement responsable de chacun ».

« Je souhaite que les barrages soient levés, je constate que c’est le cas dans de nombreuses régions, il ne faut pas pénaliser notre économie, ceux qui partent en vacances et le tourisme… En même temps, je comprends l’angoisse de ces éleveurs, de ces agriculteurs confrontés à la baisse des prix », a déclaré le Premier ministre.

19h39: «Je préfère voir les mecs dans la rue que pendus dans leur ferme», lance la FRSEA

 

19h25 : A Athènes, Harlem Désir plaide pour un renforcement de la coopération en matière agricole entre la Grèce et la France

Le secrétaire d’Etat aux Affaires européennes Harlem Désir a plaidé jeudi à Athènes pour un renforcement de la coopération en matière agricole entre la Grèce et la France au profit des deux pays qui traversent, pour l’un, une récession économique et pour l’autre, une crise du secteur de l’élevage.

« Des mesures concrètes vont être prises (…) nous allons voir comment faciliter les procédures », a-t-il déclaré.

19h10: Prix de la viande: Xavier Bertrand a peut-être LA solution

Le candidat Les Républicains à la présidence de la future région Nord-Pas-de-Calais Picardie appelle les collectivités à acheter local

Lire ici l'article sur les recommandations de Xavier Bertrand

18h52 : Les maires de France pour un « droit de préférence » aux produits agricoles français

L’Association des maires de France (AMF) demande l’instauration d'« une sorte de droit de préférence » pour permettre aux élus locaux d’approvisionner notamment les cantines scolaires en viande française, dans une lettre adressée jeudi au président de la République.

18h37 : Quelle est la part de viande française dans nos assiettes ?

 

L’obligation de mentionner la provenance ne porte que sur les viandes brutes en supermarché. Dès lors que le plat est transformé, plus aucune obligation n’est faite à l’industriel ou au restaurateur aux termes de la loi.

Lire ici l’article sur l’obligation de mentionner la provenance de la viande

18h20 : « On va maintenir la pression tout l’été », affirme le secrétaire général des Jeunes Agriculteurs

Le secrétaire général des Jeunes Agriculteurs (JA), Florent Dornier, a assuré jeudi aux éleveurs mobilisés à Lyon qu’ils allaient « maintenir la pression tout l’été » pour obtenir des garanties sur les prix, au lendemain de l’annonce d’un plan d’aide gouvernemental jugé insatisfaisant.

18h10 : Entre 10.000 et 15.000 éleveurs mobilisés en France ce jeudi 

Ce sont les estimations chiffrées du président de la FNSEA, qui s’exprime actuellement à Lyon devant les éleveurs. Xavier Beulin s’est dit « fier » de la mobilisation des agriculteurs.

17h55 : La France a demandé et obtenu un conseil des ministres européen de l’Agriculture en septembre

Le conseil des ministres européen de l’Agriculture réclamé par Stéphane Le Foll aura bien lieu en septembre, indique le ministère français de l’Agriculture.

« La plupart des pays connaissent une situation de tension sur le lait », a ajouté le ministère, après que Stéphane Le Foll s’est entretenu avec plusieurs de ses homologues européens. « On attend la date, qu’on souhaite le plus vite possible en septembre », a indiqué le ministère.

Stéphane Le Foll a notamment appelé jeudi les ministres irlandais, belge, allemand, italien et luxembourgeois et il devait joindre son collègue espagnol.

17h50 : « On ne veut plus des primes, on veut des prix », dit Xavier Beulin de la FNSEA

Le président de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA) Xavier Beulin s’exprime actuellement à Lyon devant les éleveurs. A propos du plan d’urgence du gouvernement, il affirme : « on ne veut plus des primes, on veut des prix ». «Nous ne voulons pas amputer le pouvoir d'achat», a-t-il déclaré, ajoutant qu'«il est temps que les prix soient des prix justes». Le consommateur est prêt selon lui à accepter une hausse de « quelques centimes », a-t-il poursuivi. Sur le lait, il manque encore 4 centimes selon le syndicat.

 

 

Concernant l’étiquetage, Xavier Beulin dénonce l’attitude de certaines enseignes de distribution qui indiquent une origine française pour des viandes qui proviennent en réalité de l’étranger. «Dès aujourd'hui, nous mettons sous surveillance les enseignes», a mis en garde Xavier Beulin.

17h35 : Les abattoirs, mouton noir de la filière bovine ?

Les abattoirs sont accusés de ne pas avoir joué le jeu de l’augmentation des prix de la viande bovine. Sont-ils réellement fautifs ? Réponse avec le décryptage de notre journaliste Audrey Chauvet.

17h27: Les abattoirs promettent d'augmenter les prix... sans aller jusqu'au niveau fixé en juin 

Le président du Syndicat national des industries de la viande (Sniv) a assuré ce jeudi que les abattoirs continueront d'augmenter les prix payés aux éleveurs, mais sans aller immédiatement jusqu'au niveau fixé en juin, pour rester «dans la limite» de leurs moyens.

«Le Sniv s'engage à respecter l'accord dans la dynamique» fixée le 17 juin au ministère de l'Agriculture, mais «seulement dans la limite de ce que l'on est capables de répercuter» sur le prix de revente des carcasses, a déclaré à l'AFP Pierre Halliez, directeur général du Sniv. La grande distribution, qui a accepté d'augmenter ses tarifs d'achats aux abattoirs, ne représente qu'environ «la moitié de nos débouchés», a-t-il expliqué. Le reste de la viande est vendu à l'industrie des plats cuisinés, à la restauration hors domicile et à l'exportation, a-t-il rappelé. Or ces acteurs ne sont pas concernés par l'accord du 17 juin entre éleveurs, transformateurs et industriels, dont l'objectif est d'augmenter le prix payé aux éleveurs de 5 centimes en moyenne par kilo et par semaine jusqu'à couvrir leurs coûts de production.

«On a besoin que tous les intervenants participent à la hausse des prix (...) Sinon, il faudra rogner sur nos marges», souligne-t-il. Pour cette raison notamment, les abattoirs ont augmenté leurs tarifs de «façon lente», a-t-il reconnu, espérant une «accélération» dans les prochaines semaines, mais sans forcément atteindre tout de suite les 5 centimes.

Les abattoirs «n'ont pas appliqué a minima» les accords, comme le dit le rapport du médiateur des relations agricoles, s'est-il défendu. «Mais les conclusions de la réunion du 17 juin étaient floues, notamment sur le type d'animaux concernés. Tout le monde est sorti de la salle en ayant compris ce qu'il avait envie de comprendre», a estimé Pierre Halliez.

«Cela fait deux jours que les projecteurs se braquent sur nous pour se désoler du verre à moitié plein», a-t-il regretté. Le ministère de l'Agriculture et la FNSEA, 1er syndicat agricole, estiment que les objectifs ont été «à moitié» remplis concernant la viande de boeuf.

17h06 : Le casse-tête des étiquettes (bis)

Quand l'étiquetage ne sème pas la confusion (avec des informations contradictoires sur l'origine du produit), il peut être très lacunaire. Parfois, l'étiquette ne précise pas l'origine de la viande. C'est le cas de ces saucisses, saisies par des agriculteurs à Clermont-Ferrand, devant les caméras d'iTélé:

16h55 : Le préfet de Bretagne hausse le ton

De nombreuses dégradations ont été constatées en Bretagne depuis le début de la mobilisation des éleveurs, lundi. Ce jeudi, le préfet de la région Patrick Strzoda a convoqué l’ensemble des acteurs de la filière agricole pour discuter du plan d’aide aux agriculteurs. Il en a profité pour condamner la violence de certaines actions, comme le rapporte la rédaction de 20 Minutes à Rennes.

16h30 : Les cantines ont-elles le droit d’acheter « 100 % français » ?

Le gouvernement veut que les cantines achètent plus de produits issus de l’agriculture française, mais la restauration collective a-t-elle le droit de choisir son approvisionnement en fonction de l’origine géographique ? Réponse dans ce décryptage.

16h20: Le blocage du Mont Saint-Michel sera levé au plus tard à 18 heures

Selon Ouest-France, la quarantaine d'agriculteurs qui bloquent les accès au site du Mont Saint-Michel ont décidé de lever les barrages ce jeudi à partir de 17 heures, 18 heures maximum.

16h10 : À Lyon, les agriculteurs convergent vers le centre-ville

Les éleveurs sont en train de lever les quatre barrages bloquants qu’ils avaient mis en place autour de l’agglomération lyonnaise. Ils se dirigent actuellement vers le quartier de la Convergence, dans le centre de Lyon, pour assister à une réunion avec Xavier Beulin, le président de la Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricoles (FNSEA).

 

Des photos du cortège de tracteurs ont été publiées sur Twitter :

15h20 : Harlem Désir rencontre le ministre grec du développement agricole

Le secrétaire d’État aux Affaires européennes Harlem Désir est en Grèce pour rencontrer, entre autres, le ministre grec du développement agricole, Vangelis Apostolou. Une réunion est prévue avec les opérateurs de la filière bovine afin de discuter de la relance des exportations françaises de viande de bœuf. La crise économique que traverse la Grèce fait peser un risque sur les volumes importés.

14h58: Levée des barrages sur les trois ponts sur la Seine en Normandie

La préfecture de Seine-Maritime annonce la levée des barrages bloquants sur les trois grands ponts de la Seine, les ponts de Normandie, de Brotonne et de Tancarville.

«La circulation a repris normalement, mais le nettoyage de la chaussée est en cours», indique la préfecture. Le déblocage a été confirmé par les syndicats agricoles.

 

14h40 : Le casse-tête de l’étiquetage de la viande

Comment savoir si la viande que l’on mange vient vraiment de France ? Côté étiquetage et traçabilité, il y a encore du travail, en témoigne cette étiquette photographiée en janvier dernier dans un magasin Super U et postée sur Twitter par Jean-Marc Seigner, journaliste à France Télévisions. Le rôti de bœuf porte la mention « Origine : France », pourtant l’étiquette précise que l’animal est né en Irlande, où il a été élevé et abattu, et découpé en Grande-Bretagne…

 

La myriade de labels, de logos ou d’étiquettes qui coexistent en France ne simplifie pas la tâche. La valorisation du label « Viande de France », lancé en 2014, fait partie des mesures du plan d’aide aux éleveurs présenté mercredi par l’exécutif.

14h23: Les 4 blocages autour de Lyon levés d'ici à 16 heures, annonce la FNSEA

La Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA), premier syndicat agricole, annonce la levée des quatre blocages autour de Lyon d'ici à 16 heures ce jeudi.

Les éleveurs ont prévu de se rendre dans le quartier de la Confluence dans le centre-ville pour un «meeting» en fin d'après-midi avec le président de la FNSEA, Xavier Beulin. Il est attendu vers 17h30, ainsi que le secrétaire général des Jeunes Agriculteurs (JA), syndicat allié à la FNSEA, Florent Dornier, et le préfet du Rhône Michel Delpuech.

Il y a aura une prise de parole, puis «tout le monde devrait rentrer chez soi», selon deux sources de la FNSEA à Lyon et Paris.

13h45: Le ministre de l’Agriculture veut favoriser l'approvisionnement local dans les cantines scolaires

Au sujet de l'approvisionnement local dans les cantines scolaires, Stéphane Le Foll a précisé que «sur la base de l'ordonnance présentée hier par Emmanuel Macron sur l'achat local, une lettre serait envoyée par Emmanuel Macron et Marylise Lebranchu ce jeudi à toutes les collectivités locales pour préciser les conditions dans lesquelles l'achat local est tout à fait possible». Il y a «parfaitement possibilité juridique de le faire», a-t-il ajouté.

13h43 : Le ministre de l’Agriculture souhaite un conseil européen en septembre

Stéphane Le Foll a de nouveau appelé de ses vœux la tenue d’un conseil européen des ministres de l’Agriculture en septembre pour « aborder les sujets de préoccupation » des éleveurs.

« Je reste sur la position qui est la mienne pour mobiliser l’Europe à la rentrée de septembre, non pas sur un conseil informel comme il était prévu mais sur un conseil formel, pour qu’on puisse aborder les sujets qui sont aujourd’hui à l’échelle européenne les sujets de préoccupation », a déclaré Stéphane Le Foll avant la réunion des ministres à Matignon.

13h24 : Des éleveurs saisissent un camion de carcasses allemandes en Franche-Comté

Un camion transportant des carcasses de bœuf en provenance d’Allemagne, destiné au numéro un français de la viande, a été intercepté « sans violence » jeudi matin par les éleveurs en Franche-Comté, a annoncé la FNSEA.

Le camion frigorifique destiné à l’entreprise Bigard, en provenance de Bavière et à destination de la Drôme, transportait une quarantaine de carcasses a indiqué Daniel Prieur, secrétaire général de la FNSEA qui se trouvait sur place. Le camion doit être escorté par les éleveurs vers la Sous-Préfecture de Montbéliard et ses clés remises « symboliquement » aux autorités.

13h10 : La filière lait reçue par le Stéphane Le Foll jeudi et vendredi

Après les rendez-vous avec la filière bovine, c’est au tour des producteurs laitiers d’être reçus par le ministre de l’Agriculture avec, dès jeudi, un premier rendez-vous avec le représentant des éleveurs, Thierry Roquefeuil, a annoncé le ministère de l’Agriculture.

Il s’agira d’examiner « la situation des marchés et le prix du lait », particulièrement malmené avec la fin des quotas de production européens le 1er avril, indique le ministère dans un communiqué.

12h40 : Crème chantilly au lait belge, poulet polonais ou néo-zélandais… à la poubelle

Des barrages filtrants sont toujours en place sur le pont de Normandie. Les éleveurs inspectent le contenu des camions et sévissent dès qu’il s’agit de viandes, de lait ou de leurs produits dérivés en provenance de l’étranger, rapporte Pierre-Guillaume Creignou, journaliste à France 3.

Ainsi, la crème Chantilly fabriquée à partir de lait belge finit sur le goudron :

 

Une cargaison de poulet d’origine polonaise et néo-zélandaise, apparemment destinée à la chaîne de fast-food McDonald’s, subit le même sort :

12h35 : Stéphane Le Foll veut un conseil européen des ministres de l’Agriculture

Stéphane Le Foll souhaite qu’un conseil européen des ministres de l’Agriculture soit organisé en septembre pour « aborder les sujets de préoccupation » des éleveurs.

Le ministre de l’Agriculture a confié s’être entretenu avec ses homologues belges et irlandais et « des points de convergence commencent clairement à apparaître sur les difficultés que rencontrent un certain nombre de filières. »

Il a ajouté avoir finalisé avec le ministère de l’Intérieur la circulaire qui va partir à tous les préfets « pour la mise en œuvre du plan que nous avons annoncé hier avec le Premier ministre. »

Ce jeudi soir, Stéphane Le Foll doit rencontrer la fédération nationale des producteurs de lait, avant une réunion avec l’ensemble des professionnels de la filière laitière (producteurs, transformateurs et distributeurs) prévue vendredi.

12h25 : En Mayenne, « 100 % des produits servis dans les collèges » seront d’origine française

Le conseil départemental de Mayenne s’engage à ce que les produits servis dans les collèges soient « à 100 % » d’origine française, dont « 50 % d’approvisionnement de proximité », dans un communiqué publié mercredi soir.

Une décision qui va dans le sens des déclarations de François Hollande ce jeudi matin, à Dijon, qui a précisé que deux tiers de l’approvisionnement des cantines scolaires ne provient pas de France.

Pour parvenir à cet objectif concernant les 1,2 million de repas servis annuellement dans le département, « la part consacrée à l’achat de denrées alimentaires (1,85 euro) dans la composition du repas fixé et harmonisé à 4 euros sera augmentée de 0,25 % pour s’établir à 2,12 euros », indique le conseil départemental.

12h15 : Du fumier devant une quinzaine de supermarchés en Midi-Pyrénées

Pas de barrages en Midi-Pyrénées, mais déjà plusieurs opérations « coup de poing ». Dans la nuit de mercredi à jeudi, plusieurs centaines d’agriculteurs ont déversé du fumier et du lisier devant une quinzaine de supermarchés, à Tarbes et Saint-Gaudens, dans le sud de la Haute-Garonne, rapporte la rédaction de 20 Minutes à Toulouse.

12h05 : Les agriculteurs assiègent un supermarché Leclerc dans le Pas-de-Calais

Les blocages se poursuivent ce jeudi sur des axes routiers et aux abords de supermarchés, d’usines de transformation agricole et de sites touristiques. À Outreau, dans le Pas-de-Calais, les éleveurs ont bloqué l’accès au supermarché Leclerc, avec notamment 75 tracteurs. La rédaction de 20 Minutes à Lille fait le point sur la situation.

11h35 : «Valls on t’attend»

C’est le message écrit avec des pneus sur l’autoroute A6, au niveau de l’accès à Lyon, par des éleveurs qui bloquent cet axe routier depuis ce jeudi matin.

Stéphanie Clopin, journaliste à Télé Lyon Métropole, a pris la scène en photo :

 

Le Premier Ministre s'est exprimé ce jeudi matin à l'antenne de RTL pour condamner «avec la plus grande fermeté la casse et les violences». «La colère ne permet pas tout», a ajouté Manuel Valls, qui «espère que les barrages vont être levés» afin que le tourisme et les vacanciers ne soient pas «pénalisés».

11h25 : « Les conditions ne sont pas réunies pour lever les blocages » selon la FNB

« Les conditions ne sont pas réunies pour lever les blocages », a prévenu ce jeudi le président de la Fédération nationale des éleveurs bovins (FNB) Jean-Pierre Fleury, en déplacement à Dijon où il a rencontré le président François Hollande avec d’autres représentants des agriculteurs.

« On est dans un glissement (…) Les gens n’ont pas confiance », a-t-il ajouté au lendemain de la présentation d’un plan d’urgence du gouvernement à l’élevage, alors que les blocages de routes se poursuivent.

11h15 : Présentation éclair de la cité internationale de la gastronomie et du vin

Le président de la République devait assister à une présentation du projet de la cité internationale de la gastronomie et du vin de Dijon par des élus locaux. La présentation n’a duré que 8 minutes selon le journal Le Bien Public« Ce sera un vrai atout pour Dijon, c’est certain », a déclaré François Hollande au cours de sa visite.

11h00 : François Hollande n’a pas évoqué les blocages

Dans son discours, le président n’a pas abordé la délicate question des blocages ni du mouvement de colère des éleveurs qui se poursuit ce jeudi. Pour l’heure, les représentants des agriculteurs n’ont pas demandé la levée des blocages à l’issue de l’intervention présidentielle.

10h40: «L'agriculture est notre richesse»

Le président a rappelé que le gouvernement veut à la fois « remédier à l’urgence de la situation » et prendre « des mesures s’inscrivant dans la longue durée pour valoriser pleinement le travail des agriculteurs, qui sont de grands entrepreneurs, des hommes et des femmes qui travaillent durement pour que notre alimentation soit de qualité et que notre agriculture soit connue pour son excellence ».

François Hollande a affirmé la détermination de l’exécutif à agir car « notre agriculture est un patrimoine, une chance, un atout et un capital ».

 

10h39 : Le Président a repris les principaux points du plan d’aide aux éleveurs

François Hollande n’a pas fait de nouvelle annonce, mais il a repris les principaux points du plan dévoilé mercredi par le gouvernement pour venir en aide aux éleveurs en difficulté. Le chef de l'Etat a notamment insisté sur la question de l’endettement des agriculteurs.

 

 

François Hollande a évoqué la nécessité de développer et valoriser l’exportation de produits issus de l’agriculture française. Il a d'ailleurs annoncé qu'il se rendrait en Chine en novembre pour soutenir la production laitière française.

 

 

Le président veut également augmenter la part des aliments d’origine française dans les cantines scolaires, « dont deux tiers de l’approvisionnement ne provient pas de France ».

 

 

Le président a fait écho aux grands axes dévoilés mercredi par le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll, insistant sur la transition énergétique, « une source de revenus supplémentaires pour les agriculteurs ».

10h30: « Nous devons agir sur les prix », déclare François Hollande

François Hollande prend la parole à la sortie de la réunion avec les représentants des agriculteurs qui a duré plus longtemps que prévu. Elle devait s’achever avant 10h10, mais s’est terminée à 10h30.

« Nous devons agir sur les prix, du lait et de la viande », déclare-t-il. « Je pense à toutes productions, porcines, bovines et d’autres encore ». Tous les acteurs de la chaîne de production doivent être mobilisés affirme le président de la République. Les distibuteurs «doivent rendre des comptes», ainsi que les abatteurs et les transformateurs afin d'aboutir à une hausse des prix de la viande et du lait.

 

 

 

10h10 : Nouveau blocage au Mont Saint-Michel

Les agriculteurs ont entrepris de bloquer à nouveau les accès au Mont Saint-Michel ce jeudi matin, après avoir levé les blocages mercredi soir suite à l’annonce du plan d’aide aux éleveurs du gouvernement, selon la préfecture de la Manche.

 

Des deux routes qui donnent accès à ce site touristique, l’un des plus visités de France, la RD976 est entièrement bloquée par une dizaine de tracteurs, tandis que la RD275 « est en cours de blocage », précise la préfecture.

 

Les responsables du site expliquent que les argriculteurs ne laissent passer que les employés du site, mais pas les touristes. Une seule solution : se garer avant les points de blocage et faire le reste du chemin à pied.

 

 

10h00 : Un site laitier bloqué par des éleveurs en Rhône-Alpes

Depuis ce matin, une cinquantaine d’agriculteurs bloquent l’accès au site laitier de Lactalis à Andrézieux-Bouthéon, avec des pneus, du béton et du fumier, rapporte France Bleu Saint Etienne Loire. L’usine est à l’arrêt depuis ce matin.

9h50 : La circulation est très ralentie vers Quimper

En témoigne cette vidéo postée par France Bleu Breizh Izel à Gourvilly :

 

Selon le cabinet du préfet, qui s’est exprimé à la radio, la circulation n’est pas rétablie sur RN165, dans les deux sens, et des travaux doivent être réalisés sur la RN12, au niveau de l’échangeur de St-Eloy. La préfecture prévoit « un retour à la normale dans la journée ».

9h25 : Le Président François Hollande est arrivé à Dijon

François Hollande est arrivé vers 9 heures à la préfecture de Dijon (Côte-d’Or) pour rencontrer des représentants des agriculteurs. Il doit expliquer le plan devant Jean-Pierre Fleury, président de la fédération nationale bovine, Bernard Lacour, président de la Fédération Départementale des Syndicats d’Exploitants Agricoles (FDSEA) de Saône-et-Loire, et Samuel Legrand, président des jeunes agriculteurs de Bourgogne.

8h47 : Pour Gérard Larcher, il y a des mesures « intéressantes » dans le plan

Le président du Sénat (Les Républicains) a jugé sur iTELE que « le gouvernement a annoncé des mesures d’urgences, certaines sont intéressantes, d’autres sont insuffisantes. Il va falloir maintenant aborder les mesures structurelles », a dit le sénateur des Yvelines, accusant: « Il y a eu une surdité et une indifférence du gouvernement aux problèmes agricoles depuis des semaines et même des mois. On a fait une loi d’orientation agricole. On n’en a rien sorti, j’allais dire. »

A la gauche, qui met en cause la loi LME votée par la droite en 2008, Gérard Larcher a répondu : « A ce petit jeu, on pourrait remonter à Edgar Pisani. Quand on est au gouvernement, il faut assumer ses responsabilités et ne pas chercher sur le dos des autres des responsabilités qu’on n’a pas assumées, qu’on n’a pas anticipé. A l’exécutif de répondre aujourd’hui par un plan d’urgence et des mesures structurelles ».

8h30 : De nouveaux mouvements à prévoir « dans les deux ou trois jours qui viennent »

Le président de la FNSEA Xavier Beulin a annoncé que les éleveurs préparaient de « nouveaux mouvements dans les deux ou trois jours qui viennent » pour protester contre les prix insuffisants de leurs productions. « J’appelle à la pondération sur le terrain comme nous l’avons fait hier, mais cette colère doit pouvoir s’exprimer », a-t-il justifié sur Europe 1.

8h15: Sur Twitter, des images du blocage des accès à Lyon

/photo/1

8h: Dans le Nord, les jeunes agriculteurs se sont attaqués à des supermarchés dans la nuit

Jugeant les coûts de production pour le lait et la viande trop élevés, les jeunes agriculteurs de l’arrondissement de Montreuil ont déversé des tas de fumier face aux entrées, répandu du lisier sur les parkings et les façades de plusieurs supermarchés, comme le raconte La Voix du Nord.

/photo/1

7h56 : Manuel Valls réagit à la crise

Selon le Premier ministre, interrogé sur RTL, il est « essentiel que les prix augmentent dans la filière du bœuf », et en appelle à la « responsabilité » des abatteurs et industriels. Jugeant que le plan d’urgence du gouvernement pour les éleveurs répond à la situation actuelle, il souligne cependant que « la colère ne permet pas tout » et qu’il « espère que les barrages vont être levés ».

Manuel Valls a par ailleurs annoncé que « l’approvisionnement local » va être généralisé dans les restaurations collectives d’Etat.

7h20: Environ 300 tracteurs bloquent les entrées de Lyon

Les trois principaux accès à la deuxième agglomération de France sont totalement bloqués ce jeudi matin. Selon la Fédération régionale des syndicats d'exploitants agricoles (FRSEA), environ 150 tracteurs bloquaient l'accès Nord, sur l'autoroute A6 à hauteur de Limonest dans le Rhône, cet axe étant coupé dans les deux sens de circulation. A l'Est, l'A42 n'était coupée que dans le sens pénétrant en revanche, par environ 60 tracteurs à hauteur de Beynost dans l'Ain, tandis qu'une centaine d'autres bloquaient l'accès Sud à la deuxième agglomération de France, sur l'A7 à hauteur de Solaize. Au Sud, environ 200 éleveurs, dont une soixantaine venus en tracteurs, partis de Vienne, ont pris la direction de Lyon sur l'autoroute A7 où, rejoints par des collègues de l'Ardèche et de la Loire, ils étaient en train de bloquer l'accès Sud de Lyon à hauteur de Solaize.

Bison Futé a mis en place des déviations de circulation. Selon Gérard Gallot, président de la FDSEA de la Loire, «l'objectif c'était de bloquer jusqu'à jeudi soir, c'était de ne pas gêner les départs en vacances (à partir de vendredi, ndlr) car nous sommes responsables, mais certains de nos gars sont à bout et veulent en découdre», a-t-il déclaré.

7h15 : Le Foll défend le plan gouvernemental dans Libé

Le ministre de l’Agriculture revient dans Libération sur les critiques concernant l’absence de mesures structurelles proposées par le gouvernement pour cette filière, assurant qu'« il y a longtemps qu’on a posé les bases pour des réformes en profondeur ». Concernant la lutte contre la volatilité des cours, il rappelle que « la France a été le premier pays à limiter, dans le cadre de la loi bancaire, les positions sur les produits agricoles et agroalimentaires ». Enfin, il assure qu’il est possible de changer de modèle d’élevage.

>> Les déclarations de Stéphane Le Foll sont à retrouver ici

7h10: François Hollande attendu à Dijon

Le chef de l'Etat est attendu de pied ferme ce jeudi matin à Dijon, où il doit défendre face à des responsables agricoles un plan d'urgence d'aide aux éleveurs qui peine à convaincre,. Cette rencontre, qui a été ajoutée à un déplacement initialement consacré à la viticulture, se tiendra à 9h à la préfecture. Parmi les interlocuteurs du président de la République, Jean-Pierre Fleury, président de la Fédération nationale bovine, qui est également éleveur en Côte d'Or, Bernard Lacour, président de la FDSEA de Saône-et-Loire et Samuel Legrand, le président des Jeunes Agriculteurs de Bourgogne.

L'ensemble de l'exécutif est désormais mobilisé, soucieux d'éviter que cette crise ne s'éternise au coeur de l'été, avec ses implications politiques éventuelles à quelques mois des élections régionales. Le Premier ministre Manuel Valls interviendra à 7h45 sur RTL et ne manquera pas de revenir sur les mesures du plan d'urgence aux éleveurs. Il profitera aussi sans nul doute d'un déplacement dans le sud-ouest de la France dans l'après-midi pour aborder encore des thématiques agricoles, à l'occasion notamment de la visite d'un laboratoire pharmaceutique vétérinaire à Libourne (Gironde).

7h: Après la fin des barrages à Caen, le mouvement s'est propagé cette nuit à d'autres régions

Les barrages installés par des éleveurs autour de Caen depuis lundi ont commencé à être levés mercredi après l'annonce du plan du gouvernement mais de nouveaux blocages ont été mis en place dans le centre et l'Est, où le président Hollande est attendu ce jeudi, et également en Corrèze et dans le Sud-Ouest.

>> Pour un tour de France des barrages routiers, c'est par ici