Crise des éleveurs: L'annonce du plan d'urgence n'a pas permis de lever tous les barrages

AGRICULTURE Les temps forts de ce mercredi, troisième jour de blocages des routes par les agriculteurs en colère...

W. M., L. C., J.H., A.B. et F.R.
— 
Ds agriculteurs lèvent leur blocage, près de Caen, le 22 juillet au soir.
Ds agriculteurs lèvent leur blocage, près de Caen, le 22 juillet au soir. — AFP
  • En plein été et à six mois des élections régionales, le gouvernement a dévoilé son plan d'aide aux éleveurs
  • L'Etat va débloquer 600 millions d'euros et l'ensemble des dettes des éleveurs en situation de difficulté va être restructuré
  • Pour la FNSEA, premier syndicat agricole du pays, les annonces sont «insuffisantes» sur le long terme

Ce live est maintenant terminé, merci de l'avoir suivi. Retrouvez l'évolution de la situation dans les prochaines heures sur le site de 20 Minutes.

23h31: Les régions épargnées par les blocages... et les autres

On fait un dernier point, par ici, sur les blocages qui ont été levés (près de Caen, notamment) et ceux qui ne devraient pas tarder à être mis en place.

22h32: Comment une petite coopérative laitière rééquilibre le rapport de force entre producteurs et distributeurs

Cantaveylot - qui, comme son nom le laisse entendre, regroupe des exploitations agricoles du Cantal, de l'Aveyron et du Lot - a été créée en 2010. « On a fixé un prix digne pour les producteurs et accessible au plus grand nombre de consommateurs, avec une marge honnête pour le distributeur », explique Gilbert Domergue, agriculteur auvergnat et président de cette coopérative. Retrouvez l'intégralité de son témoignage par ici...

21h39 : Selon le médiateur, les abatteurs se sont contentés de faire le minimum sur la hausse des prix de la viande bovine

D’après le médiateur des relations commerciales agricoles, les abatteurs ont interprété a minima l’accord de revalorisation des prix de la viande bovine du 17 juin. Ils ont « augmenté leurs prix » sans aller jusqu’aux 5 centimes par kilo et par semaine prévus, en se concentrant « sur les seules races à viande » au détriment des vaches laitières, explique-t-il dans son rapport publié aujourd’hui.

Le médiateur précise par ailleurs que la grande distribution aurait pu aussi se montrer plus « dynamique ».

20h48 : Les éleveurs « régleront leur cas en direct » à ceux qui ne respectent pas l’accord

Le président de la Fédération nationale bovine (FNB), Jean-Pierre Fleury, s’est montré menaçant mercredi à l’issue d’une réunion au ministère de l’Agriculture, vis-à-vis des entreprises qui ne respecteraient pas l’accord de hausse des prix de la viande bovine signé en juin et peu appliqué. Il a déclaré que les éleveurs « régleraient leur cas en direct » à ceux qui ne respecteraient pas l’accord.

20h20: Pour Bruno Retailleau, «Le plan du gouvernement est très insuffisant»

«Le plan du gouvernement est très insuffisant. D'abord parce que contrairement à une présentation avantageuse, il n'y a pas véritablement de restructuration de la dette et ce ne sont pas les 600 millions d'euros, comme annoncé, qui vont aider l'agriculture. Sur ces 600 millions d'euros, 500 millions ne sont que des reports de charges et d'impôts", a condamné Bruno Retailleau, président du groupe «Les Républicains» au Sénat.

«Ce plan ne règle en rien le problème de fond qui est celui de la compétitivité de nos entreprises agricoles (...) La solution du Premier ministre est une solution partielle de court terme, une solution de colmatage», a-t-il estimé.

20h05 : Acheter français « ne suffit pas », estime France Nature Environnement

Acheter français « ne suffit pas », il faut aussi convaincre le consommateur que la qualité de la viande et du lait suit, estime France Nature Environnement, pour qui « il faut donner un nouveau cap à l’élevage français pour le sortir de la crise chronique dans laquelle il s’enlise ».

« Nous ne pouvons pas laisser les éleveurs français dans cette situation ! Il faut rapidement les aider à changer leurs systèmes pour se tourner vers un modèle durable », dit encore FNE.

19h59 : Pour François Fillon, « Le gouvernement reste muet sur la question décisive de la répartition des marges »

« Si l’on ne peut que se réjouir des mesures de report d’échéances dont l’utilité n’est pas contestable, force est de constater qu’elles n’auront aucun effet sur la dimension structurelle de la crise agricole. Le gouvernement reste muet sur la question pourtant décisive de la répartition des marges entre les trois composantes des filières que sont les producteurs, les transformateurs et les distributeurs », a déclaré l’ex-Premier ministre François Fillon.

19h45 : Levée des barrages à Caen, mais le mouvement se propage ailleurs

Les barrages disparaissent progressivement sur le périphérique de Caen, épicentre de la contestation, après un appel des dirigeants agricoles à suspendre le mouvement. Le réseau reste toutefois perturbé, le temps de remettre la voirie en état. En Haute-Normandie, le pont de Tancarville, l’un des trois grands ponts suspendus permettant de traverser la Seine entre Rouen et l’estuaire, reste bloqué tandis que les barrages sont devenus filtrants aux ponts de Normandie et de Brotonne. « Nos collègues du Calvados ont commencé leur mouvement dimanche soir, nous n’avons démarré qu’hier matin, on peut encore tenir », a déclaré Stéphane Donckelé, vice-président de la FNSEA de Seine-Maritime. « Le mot d’ordre est d’aller renforcer les barrages des ponts », a-t-il ajouté…

19h35 : Le plan d’urgence « n’est pas à la hauteur », pour Nicolas Sarkozy

L’ancien chef de l’État Nicolas Sarkozy a estimé mercredi que le plan d’urgence présenté par le gouvernement n’était « pas à la hauteur de la crise de l’agriculture française car il ne répond pas au déficit de compétitivité à relever. Le catalogue de 24 mesures ne porte pas cette ambition. L’urgence est d’agir sur les prix. Il faut donc se donner les moyens pour faire respecter les accords pris avec la distribution et l’ensemble de la filière », d’après lui. Il juge aussi « indispensable d’offrir de nouvelles facilités de trésorerie pour les exploitations les plus en difficulté et une restructuration des dettes pour les récents investisseurs, notamment les jeunes ».
Le chef de file des députés socialistes, Bruno Le Roux, voit dans cette réaction un « tissu d’incohérences ». Nicolas Sarkozy « impute au gouvernement le déficit de compétitivité de l’agriculture française alors que c’est pendant son quinquennat que le marché agricole a été dérégulé et que les quotas laitiers ont été supprimés », accuse-t-il.

19h30 : Saint-Malo sonne la fin du mouvement « sur cette image forte »

Vingt-quatre tracteurs, réunis place Sillon à Saint-Malo : c’est l’image « forte » prise par un journaliste d’i-Télé, pour annoncer la fin du mouvement des agricultures dans la ville.

19h25 : La vidéo du « lâcher de cochons » par des agriculteurs en colère

Des éleveurs en colère ont lâché ce mercredi des cochons dans un supermarché à Agen, dans le Lot-et-Garonne. La vidéo :

19h15 : L’Etat ne veut pas d’affrontements à Lyon

« Ne pas mettre d’huile sur le feu. » C’est, en substance, le message des services de la préfecture alors même que ce mercredi soir, les agriculteurs ont amorcé leur progression en direction de Lyon, en vue du blocage annoncé, assure le quotidien régional Le Progrès. « Par crainte de débordements, l’Etat devrait donc laisser faire et encadrer le cortège en amorçant un dialogue avec les manifestants sur les modalités du blocage : filtrant, ou bloquant », poursuivent nos confrères.

19h05: Le plan d'urgence du gouvernement est le "minimum indispensable", pour Gérard Larcher

Sur son compte Twitter, le président du Sénat Gérard Larcher affirme que le plan d'urgence déclenché par l'Etat pour aider les éleveurs est une "réponse de court terme" qui est "bien le minimum indispensable pour débloquer la situation très tendue de ces derniers jours".

18h55 : Le secrétaire d’Etat aux Affaires européennes Harlem Désir à Athènes

Il doit parler de la relance des importations de viande bovine française interrompues en raison de la crise. Cette visite intervient « dans le cadre de la mobilisation générale du gouvernement en faveur de l’élevage » décidée par les autorités françaises. Le Quai d’Orsay rappelle que « la Grèce constitue un marché important pour les éleveurs français ».

 

18h25 : Les blocages perdurent dans le Centre-Est où Hollande est attendu

Les éleveurs du Centre-Est, déçus du plan d’aide annoncé par le gouvernement, vont bloquer les accès de plusieurs villes à commencer par Lyon à partir de mercredi soir, avant la venue de François Hollande à Dijon, à 9h. A Clermont-Ferrand, le blocage de cinq points d’entrée de la ville se fera au même moment. Les actions autour de Lyon ne sont pas prévues pour durer et devraient prendre fin dès jeudi soir, avant un week-end de départ en vacances. « On n’est pas inconscients et bloquer Lyon, ce n’est pas comme bloquer Caen », assure-t-on à la FNSEA de Rhône-Alpes.

17h40: Saccagé, l'hypermarché Leclerc de Bain-de-Bretagne a failli prendre feu

Au bord de la route, des prunes, des pizzas, des chorizos écrasés annoncent le passage des éleveurs. A Bain-de-Bretagne, les agriculteurs ont laissé des traces de leur action, menée mardi soir dans l’hypermarché Leclerc. Sur le parking du magasin, des tonnes de pneus et de paille restent à évacuer, alors que les clients arrivent pour faire leurs courses. Tous mobilisés, les salariés s’affairent à nettoyer. « Nous n’avons pas pu ouvrir ce matin. Le magasin est resté fermé jusqu’à 15h », lâche le directeur, dépité. Lire la suite du reportage de 20 Minutes en cliquant ici.

17h22: Les barrages autour de Caen ont commencé à être levés mais d'autres devraient être installés

Les barrages installés par des éleveurs autour de Caen depuis lundi matin ont commencé à être levés cet après-midi, après l'annonce d'un plan d'urgence du gouvernement, mais d'autres agriculteurs menaçaient de poursuivre le mouvement ou de s'y engager, notamment à Lyon et Clermont-Ferrand.

16h45: Les éleveurs haut-normands veulent maintenir le blocus des ponts sur la Seine

Les éleveurs de Haute-Normandie qui bloquent les trois grands ponts sur la Seine, veulent maintenir leur mouvement, en dépit de la décision de leurs collègues de Caen (Calvados) de suspendre le leur, selon un responsable de la FNSEA 76. «Nos collègues du Calvados ont commencé leur mouvement dimanche soir, nous n'avons démarré qu'hier matin, on peut encore tenir», a déclaré à l'AFP Stéphane Donckele, vice-président de la FNSEA de Seine-Maritime.

16h30: Levée des barrages filtrants sur les accès à Chambord

Les barrages filtrants mis en place mercredi par une centaine d'agriculteurs sur les routes d'accès au château de Chambord, le site touristique emblématique du Loir-et-Cher, ont été levés vers 16H00, a indiqué à l'AFP le président de la FDSEA Florent Leprêtre.

16h15: Pour EELV aussi, le plan n'est pas à la hauteur

16h10: Le plan de soutien du gouvernement aux éléveurs résumé en vidéo

16h07: Les barrages des éleveurs se lèvent autour de Caen

Les barrages établis par les éleveurs depuis lundi matin sur le périphérique de Caen ont commencé à être levés mercredi après-midi à l'appel des organisations syndicales après l'annonce d'un plan d'aide de 600 millions d'euros en faveur du secteur. Aux Iffs, à la sortie sud de Caen en direction de Falaise, les tracteurs se sont rangés sur le côté de la route, laissant passer les poids lourds qui pour certains étaient coincés depuis lundi matin, a constaté une vidéaste de l'AFP.

16h05: Déçus des annonces, les éleveurs vont bloquer Lyon et Clermont-Ferrand

Les éleveurs d'Auvergne et Rhône-Alpes vont bloquer les accès autoroutiers à Lyon à partir de mercredi soir et ceux de Clermont-Ferrand jeudi matin, déçus du plan d'aide annoncé par le gouvernement, selon des sources syndicales.

Les éleveurs de plusieurs départements de Rhône-Alpes doivent converger vers Lyon en fin de journée pour bloquer l'A6 au nord, l'A7 au sud et l'A42 à l'est, selon les antennes locales de la FDSEA et des Jeunes Agriculteurs. A Clermont-Ferrand, le blocage des points d'entrée de la ville se fera jeudi matin, selon la FDSEA du Puy-de-Dôme.

16h00: «J'ai failli tomber en panne d'essence dans la forêt», témoigne Joëlle

Suite à notre appel à témoignages, plusieurs internautes nous a raconté comment ils ont fait face au blocage des éleveurs. Voici le message de Joëlle: «Hier soir, nous devions aller de Concarneau à Brest, un trajet qui représent 85 km. Nous avons été détournés à Quimper et à l'entrée de Brest car le pont de l'Iroise était fermé. On a dû faire un énorme détour. Résultat, deux heures en plus de trajet et j'ai failli tomber en panne d'essence dans la forêt.»

15h55: Valls accuse Jacob et l'opposition de doper le «populisme» et le «poujadisme»

Manuel Valls s'en est vivement pris à l'Assemblée au président du groupe Les Républicains, Christian Jacob, dénonçant ses prises de position sur le mouvement des éleveurs qui ne sont ni «dignes» ni «à la hauteur de la situation» et soutiennent «le populisme» et le «poujadisme». Dans son interpellation du gouvernement, l'ancien syndicaliste agricole, avait qualifié d'«opération de com'», de «mascarade», de «mensonge» ou encore de «fumisterie» le plan d'urgence pour les éleveurs annoncé mercredi matin par l'exécutif.

15h45: Le plan d'urgence «n'est pas à la hauteur», dit Sarkozy

Pour le patron des Républicains, «Le plan d'urgence présenté ce matin par le Premier ministre, n'est pas à la hauteur de la crise de l'agriculture française car il ne répond pas au déficit de compétitivité à relever. Le catalogue de 24 mesures ne porte pas cette ambition». «L'urgence est d'agir sur les prix. Il faut donc se donner les moyens pour faire respecter les accords pris avec la distribution et l'ensemble de la filière», d'après lui.

 

Même son de cloche chez Nicolas Dupont-Aignant de Debout la France.

 

 

15h40: Hollande rencontre jeudi à Dijon des responsables d'organisations agricoles

Le président François Hollande rencontrera des responsables d'organisations agricoles jeudi à Dijon, au lendemain de l'annonce du plan d'urgence pour l'élevage, a indiqué l'Elysée mercredi. Cette rencontre, qui aura lieu vers 09H00 à la préfecture, a été ajoutée à un déplacement qui sera pour le reste consacré à la viticulture.

15h30: Appel à la suspension du mouvement dans le Calvados

Le président de la FDSEA du Calvados, Jean-Yves Heurtin, a appelé mercredi à lever le mouvement des éleveurs à Caen, après trois jours de blocage du périphérique de la capitale bas-normande.

15h22: Lâcher de cochons dans un supermarché du Lot-et-Garonne

Des agriculteurs ont lâché plusieurs cochons dans un supermarché à Agen (Lot-et-Garonne), rapporte un journaliste de iTélé. Les éleveurs comptent répéter l'opération dans trois supermarchés de la région.

 

15h18 : Comment aller à la plage en évitant les éleveurs ?

Si vous avez prévu de partir en vacances en Bretagne ce mercredi, notre journaliste vous livre ses conseils afin d’éviter les nombreux barrages filtrants installés dans toute la région. Suivez le guide par ici.

15h00 : Plusieurs blocages levés dans la Somme

La préfecture de la Somme annonce que les blocages routiers autour d'Amiens et Abbeville ont été levés. Les pompiers et services de voieries sont en cours d'intervention pour éteindre les feux de pneus et pour dégager les axes routiers, tandis que 200 policiers et gendarmes sont mobilisés pour assurer la sécurité des usagers de la route et fluidifier le trafic.

 

 

14h35 : Le point sur les blocages en France

La Normandie et la Bretagne ont été particulièrement touchées, mais pas seulement. 20 Minutes fait le point sur les situations de blocages partout en France. À lire ici, surtout si vous devez prendre la route ce mercredi…

14h05 : José Bové : « Le modèle dans lequel on est aujourd’hui va dans le mur »

« Aujourd’hui les paysans, c’est la seule catégorie professionnelle qui peut vendre à perte sans que ce soit sanctionné. C’est jamais lui qui fixe les prix de vente de ses produits, c’est celui qui lui achète (…) qui fixe le prix de vente. C’est quelque chose d’absolument invraisemblable » a déclaré sur RTL José Bové, député européen Europe Ecologie Les Verts et ex-porte-voix de la Confédération paysanne. « Le modèle dans lequel on est aujourd’hui va dans le mur », a-t-il conclu.

13h55: Les agriculteurs bretons restent mobilisés

A Quimper (Finistère), les agriculteurs ont bloqué l'accès à un supermarché Géant.

A Ploërmel, du poisson a été déversé à l'entrée d'une supermarché Leclerc.

13h50 : L’ANIA « salue la mobilisation du gouvernement »

L’Association Nationale des Industries Alimentaires « salue la mobilisation du gouvernement et partage sa volonté de revaloriser les produits alimentaires sur l’ensemble de la filière ».

13h39 : Pour le PCF : « Les annonces gouvernementales ne répondent pas à l’urgence »

« Ces mesures de situation de crise arrivent tardivement (…). Les annonces gouvernementales ne répondent pas aux enjeux et à l’urgence de la situation », déplore Xavier Compain, responsable agriculture au PCF.

« Quant à la droite agitée ces dernières heures, c’est elle qui a offert à la grande distribution les coudées franches sur les prix bas et les importations massives », condamne-t-il. « La fuite en avant vers les fermes usines et la libre concurrence vont continuer de favoriser l’élimination des exploitations les plus modestes, aux dépens de la santé publique et du consommateur. »

13h32: «Nous ne voulons pas bloquer ceux qui partent en vacances»

«Nous ne voulons pas bloquer ceux qui partent en vacances. Nous souhaitons un engagement clair de la part du gouv», a précisé Xavier Beulin, alors que barrages et opérations de protestation des agriculteurs se poursuivent.

13h30: Le gouvernement lance un plan d’urgence de 600 millions d’euros

L’exécutif a dévoilé ce mercredi 24 mesures visant à soulager la trésorerie des agriculteurs en difficulté et à stimuler l’exportation de produits français.
Découvrez ici les détails de ce plan.

13h28 : Xavier Beulin : "Un vrai plan structurel pour l’agriculture française"

« En dehors de la politique du prix, nous devons travailler à un vrai plan structurel pour l’agriculture française", estime le préésident de la FNSEA, Xavier Beulin.

13h20: Xavier Beulin: «Nous voulons valoriser le made in France»

«Nous voulons valoriser le made in France», indique le président de la FNSEA, Xavier Beulin.

13h17 : Dominique Barrau : « Certains agriculteurs doivent revendre leur maison »

« Certains agriculteurs doivent revendre leur maison pour pouvoir payer de la nourriture pour leurs animaux », a déclaré Dominique Barrau, secrétaire général de la FNSEA.

 

13h15: La FNSEA va maintenir la pression

 

13h10: Les annonces du gouvernement son insuffisantes selon la FNSEA

X. Beulin : "Les annonces répondent à court terme à qql urgences mais ce ne sont pas des perspectives durables. Elles sont insuffisantes"

 

 

13h05: Les Bonnets Rouges invitent tous les Bretons à manifester avec les éleveurs

Ils sont de retour. Mercredi, le collectif « Vivre, décider, travailler en Bretagne », plus connu sous le nom de Bonnets Rouges, s'est réveillé et a invité « tous les Bretons à se joindre aux manifestations des agriculteurs partout où c’est possible » dans un communiqué. Retrouvez l'article de notre correspondant à Rennes par ici.

13h02: La mobilisation des éleveurs commencent à payer selon le patron de la FNSEA

"La mobilisation très forte, les prises de position du gouvernement et le travail du médiateur vont dans le bon sens" X. Beulin

 

 

13h00 : Les sénateurs communistes veulent encadrer la grande distribution

Les sénateurs communistes déposeront à la rentrée une proposition de résolution destinée à encadrer la grande distribution, qu’ils accusent de « ruiner les agriculteurs », ont-ils annoncé. « Il est plus que jamais nécessaire de constituer un "filet de sécurité" pour une profession en détresse », écrivent-ils dans leur communiqué. « Il faut protéger le secteur agricole de la volatilité des marchés et des appétits insatiables des grandes centrales d’achat. Il faut le soustraire aux logiques purement marchandes, à commencer par le périmètre des négociations sur l’accord transatlantique de libre-échange », ajoutent-ils.

12h55: La crise des éleveurs inspire les caricaturistes

?lang=fr

12h53: «Les consommateurs prêts à payer plus», selon la FNSEA

"Les consommateurs sont prêtes à payer plus s'ils savent d'où vient le produit" souligne X. Beulin en exprimant l'importance des étiquetages

 

 

12h50: «Le monde agricole jugera», lâche le député Les Républicains Dominique Bussereau

 

 

12h45: A Caen, les éleveurs décideront «d'ici une heure ou deux» s'ils lèvent ou non les barrages

«Nous sommes rassurés par le fait qu'il y ait autant de ministres à se mettre au travail. Mais a priori les mesures annoncées ne sont pas suffisantes», a déclaré le président de la FDSEA du Calvados, Jean-Yves Heurtin, après l'annonce par le gouvernement du déblocage de 600 millions d'euros en faveur du secteur, précisant que les éleveurs normands consultaient leurs instances nationales avant de décider de lever éventuellement les barrages. Résultat, les éleveurs décideront «d'ici une heure ou deux» s'ils lèvent les barrages en place depuis lundi sur le périphérique de Caen.

12h25 : « Ce plan est compatible avec la PAC et le droit européen » selon Emmanuel Macron

Le ministre de l’Economie Emmanuel Macron, interrogé par un journaliste, affirme que les mesures lancées par le gouvernement sont tout à fait « compatibles avec la PAC » et la politique européenne.

12h23 : La Fédération Nationale des Syndicats Exploitants Agricole va réagir aux annonces du gouvernement

Notre journaliste est au siège de la Fédération Nationale des Syndicats Exploitants Agricole (FNSEA) qui va réagir aux mesures annoncées ce mercredi par le gouvernement. Le point presse doit débuter à 12 heures 30.

12h11: Le gouvernement va débloquer 600 millions d'euros

Au total, l'exécutif va allouer 600 millions d'euros pour venir en aide au secteur de l'élevage en difficulté.

12h03 : Un effort de 500 millions d’euros pour soulager les exploitants en difficulté

Le fonds d’allégement des charges (FAC) sera porté à 50 millions d’euros, a indiqué le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll.

En outre, les éleveurs en difficulté pourront bénéficier d’un remboursement anticipé de la TVA, d’exonération de taxe foncière sur le non bâti, d’un report du MSA (Mutualité Sociale Agricole) et d’autres mesures permettant d’alléger leurs finances. La BPI pourra garantir jusqu’à 500 millions d’euros de crédit bancaire de trésorerie aux entreprises du secteur de l’élevage pour faire face à l’ensemble de leurs besoins.

 

 

12h00 : Stéphane Le Foll détaille les mesures du plan pour l’agriculture

Le gouvernement va poursuivre ses efforts pour redresser les cours agricoles et les prix. Pour valoriser l’exportation de produits français, une plateforme dédiée sera mise en place. « De nombreux pays veulent consommer de la viande française », affirme le ministre. Dix millions d’euros seront consacrés au développement des débouchés à l’exportation.

11h56 : « Il ne peut pas y avoir de course effrénée au prix bas », affirme Manuel Valls

« Il faut une juste rémunération de chacun des acteurs, c'est dans l’intérêt de tous, exploitant, distributeur et consommateur », affirme le Premier ministre.

11h52 : Le gouvernement a pris 24 mesures

Manuel Valls précise que l’exécutif a déterminé 24 mesures, selon 6 axes prioritaires : le redressement des prix, la restructuration des dettes des exploitants, l’allégement des charges, le développement de la contractualisation, le développement de débouchés pour l’exportation, l’amélioration de la compétitivité.

Le ministre de l’agriculture Stéphane Le Foll en dévoilera les détails dans quelques minutes.

11h45 : Le Premier ministre Manuel Valls annonce les mesures du gouvernement

Manuel Valls prend la parole au sortir du conseil des ministres. Le Premier ministre affirme que le gouvernement perçoit la « colère, l’angoisse, la détresse » des agriculteurs face aux « conditions d’exploitations toujours plus incertaines ». C’est pour cela que le gouvernement a pris des « mesures d’urgence mais aussi structurelles, de long terme », sur lesquelles les ministres planchent « depuis plusieurs semaines ».

10h30 : Neuf barrages à Poitiers

La circulation est également perturbée à Poitiers (Vienne), où la préfecture recense neuf points de blocage. En outre, France Bleu Poitou dénombre 200 manifestants et 150 tracteurs.

 

Il s’agit de barrages filtrants installés dans la nuit de mardi à mercredi par les agriculteurs en colère, selon La Nouvelle République. Le journal précise que ces barrages perturbent également le trafic des bus en périphérie de Poitiers (lignes 1, 1 B et ligne 1 express).

10h00 : Un point sur la situation en Bretagne

En Ille-et-Vilaine, la nuit a été perturbée par des événements ici et là.Des barrages ont été installés à Montauban-de-Bretagne et Bain-de-Bretagne mais ils ont été levés dans la matinée. D'importants dégâts seraient à constater sur place notamment aux abords des grandes surfaces. 
La ville de Redon a également vu les tracteurs défiler mardi soir et les dégâts sur place sont importants. Les grandes surfaces et une banque ont notamment été prises pour cible. Le secteur de Saint-Malo est toujours bloqué par les éleveurs, qui ont passé la journée de mardi et toute la nuit à l'entrée de la ville. 
 
Ce mercredi matin, des points de blocages subsistent selon le journal local Le Pays Malouin.

 

 

A Montauban-de-Bretagne et Bain-de-Bretagne, les barrages ont été levés ce mercredi dans la matinée.

En revanche, la situation semble plus compliquée dans le Finistère, où le pont de Morlaix est toujours bloqué et des feux ont été allumés par les éleveurs. La Direction départementale des territoires et de la mer a été visée dans la nuit de mardi à mercrediOn signale également des perturbations sur la RN165 à hauteur de Quimper. Bison Futé signale en effet un «barrage bloquant» prévu jusqu'à 17 heures ce mercredi.

 


Des blocages sont également annoncés à Dinan et Loudéac, dans les Côtes d’Armor.

9h43 : Le blocage de la grotte de Lascaux II, en Dordogne, a été levé

Les responsables du site l’ont annoncé avec soulagement par un tweet. La grotte de Lascaux II, à Montignac (Dordogne), est de nouveau accessible aux visiteurs ce mercredi matin. Depuis 7 heures mardi, des producteurs laitiers bloquaient l’accès au site pour protester contre la crise du secteur agricole.

9h01 : Les points de blocage ont été levés à Lille

Mais les embouteillages subsistent à cause de ce que les éleveurs ont déversé sur les routes, et notamment sur l’A1 au niveau de Carvin, selon la rédaction de 20 Minutes à Lille.

8h57: Le Pont d'Oléron est aussi bloqué

Selon Sud-Ouest, l'accès à l'île d'Oléron est rendu difficile ce mercredi matin en raison de blocages des agriculteurs en colère.

8h37: Un mort sur un rond-point bloqué qui «n'a rien à voir» avec la mobilisation

8h34: Le fumier s'accumule en France et gagne d'autres régions que la Normandie ou la Bretagne...

8h33: Le petit mot du Canard Enchaîné...

8h29: Fin de blocage sur l'A1

«On lève le camp», a indiqué le coordinateur du mouvement de grogne des agriculteurs et directeur de la FDSEA du département du Nord, Eric Taisne, qui bloquait avec plusieurs centaines de tracteurs partiellement l'autouroute A1 depuis la nuit de mardi à mercredi près de Lille. Les agriculteurs levaient peu à peu leur barrage mais la circulation dans les deux sens reste très difficile vers 7h avec de nombreux bouchons sur l'A1 et les routes environnantes.

8h20: Beulin attend «plus que des mesurettes»

Le président de la FNSEA, Xavier Beulin, dit sur France Info attendre «un peu plus que des mesurettes» du plan d'urgence. Il souhaite un «vraiment un plan moyen-long terme avec des ambitions, des objectifs».

8h: Le Pont de Normandie fermé à la circulation...

Les éleveurs bloquaient toujours la rocade de Caen et les accès au Mont-Saint-Michel. Les ponts de Normandie, enjambant l'estuaire de la Seine, près du Havre, de Tancarville et de Brotonne, entre Le Havre et Rouen, sont fermés à la circulation dans les deux sens. Dans le Finistère, le pont de Morlaix, celui de l'Iroise, à Brest, et la nationale 165 à hauteur de Quimper sont aussi coupés à la circulation dans les deux sens.