Nancy: A cause de la canicule, mouches et odeurs s'invitent aux pompes funèbres

METEO La famille a dû apporter des bougies et du désodorisant pour couvrir les odeurs...

20 Minutes avec agence
— 
Illustration pompes funèbres
Illustration pompes funèbres — Jeff Pachoud AFP/Archives

A Nancy (Meurthe-et-Moselle), la canicule et des dysfonctionnements dans un centre de pompes funèbres ont transformé, début juillet, des obsèques en film d'horreur. «La chambre funéraire, non climatisée, était en plein soleil, et la table réfrigérée à l’arrêt: la famille d’un défunt de la région de Nancy a dû composer avec des mouches et du désodorisant», rapporte, ce dimanche, L'Est républicain en racontant les mésaventures de Claire et Marie*, venues veiller leur fils et frère emporté par une maladie. 

Cinq conséquences inattendues de la canicule

Les événements se déroulent durant la canicule. Le thermomètre affiche 38°C et le défunt a été emporté dans la nuit. La famille fait alors appel à la même société de pompes funèbres que pour les obsèques du papa. Les employés arrivent tôt le matin pour prendre en charge le corps. «Sans aucune compassion, ni discrétion », rapporte Marie. Ce n'est que le début du cauchemar...

Les mouches ont envahi la salle 

Car le lendemain, Claire et Marie, qui viennent veiller leur mari et frère, constatent qu'à l'intérieur des pompes funèbres, la température grimpe jusqu'à 35°C. Le soleil frappe sur un mur en pavés de verre, sur lequel un tissu a été tendu. « La famille ne réussit pas à obtenir auprès de l’entreprise une clim’ mobile. Ni même un ventilateur », rapporte le quotidien régional. « Nous en avons apporté un. Avant que les pompes funèbres n’en fournissent deux le lendemain », indique Claire.

Une mère sous le choc qui ajoute avoir été obligée d'amener des bougies et du désodorisant pour couvrir les odeurs... avant que les mouches n'envahissent la salle et que la famille ne s'aperçoive que le caisson dans lequel se trouve le corps n'est pas réfrigéré comme il devait l'être. Ceci à cause « d'une utilisation intempestive d’un interrupteur qu’on peut apparemment, dans un couloir, confondre avec celui d’une lumière », note L'Est républicain.

Le corps se dégrade et les vêtements du défunt sont souillés

Le corps se dégrade et les vêtements du défunt sont souillés. « Il faut rappeler le thanatopracteur pour les changer », raconte L'Est Républicain. La mise en bière finit par être avancée et les proches n'ont pas le temps d'y assister. 

« Je comprends leurs doléances. Il s’agissait aussi d’une chaleur hors normes, tente de se justifier l'entreprise interrogée par la quotidien. Il est évident que nous allons faire le nécessaire concernant la facture. » Selon L'Est républicain, Claire et Marie, qui disent avoir été « privées » de leur « deuil », attendent que cette facture « soit effacée ». 

(*). Les prénoms ont été changés par le quotidien.