Attentat en Isère: Un policier sera poursuivi pour avoir diffusé une photo macabre

JUSTICE Un officier stagiaire a reconnu avoir diffusé sur Internet l'image de la tête du chef d'entreprise décapité...

L.C. avec AFP

— 

Le site de l'usine de production de gaz Air Products à Saint-Quentin-Fallavier en Isère.
Le site de l'usine de production de gaz Air Products à Saint-Quentin-Fallavier en Isère. — Laurent Cipriani/AP/SIPA

Un policier, officier stagiaire, sera poursuivi par la justice pour avoir diffusé une photographie « macabre » de l’attentat de Saint-Quentin-Fallavier (Isère), selon Le Dauphiné Libéré. Le parquet de Vienne, en Isère, a confirmé cette information ce jeudi dans la matinée.

L’auteur a reconnu avoir fait une « bêtise »

Au lendemain de l’attaque de l’usine de gaz de la société Air Products, le 26 juin dernier, une photographie de la tête du chef d’entreprise décapité par son employé, Yassin Salhi, avait été diffusée sur Internet. Alerté par les cyberpatrouilleurs de la gendarmerie, le procureur de la République de Vienne, Matthieu Bourrette, avait confié une enquête «pour apologie de terrorisme et atteinte au respect dû aux morts» à la Direction interrégionale de la Police judiciaire (DIPJ) de Lyon et l'Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l'information. 

«Deux policiers se sont spontanément dénoncés», a indiqué jeudi Matthieu Bourrette. «L'un pour indiquer que la photo diffusée sur les réseaux sociaux répondait à un cliché qu'il avait pris sur la scène de crime pour les nécessités de l'enquête. Il a indiqué qu'un de ses camarades officier stagiaire lui avait demandé de lui passer le cliché photo», a détaillé le procureur de Vienne.

Un policier stagiaire âgé d'une quarantaine d'années a reconnu les faits, admettant avoir fait « une bêtise », en diffusant une photographie prise le 26 juiin dernier sur la scène du crime, gelée pour les besoins de l'enquête. L'officier a admis avoir partagé le cliché avec des tiers et notamment des camarades de promotion. Il ne serait pas cependant directement à l'origine de la mise en ligne de la photographie sur Internet et il a nié «toute volonté apologétique» ou «velléité politique» dans son geste. 

VIDEO. Attentat en Isère: Que sait-on de la victime décapitée?

Mise en scène macabre

Le 26 juin dernier, la tête d’Hervé Cornara, 54 ans, patron d’une société de transport, avait été retrouvée sur une grille de l’usine de gaz de Saint-Quentin-Fallavier, dans une mise en scène macabre. Yassin Salhi a reconnu avoir assassiné son employeur.

«Les qualifications pénales et les modalités des poursuites sont en cours de définition», a souligné le procureur qui n'a donc pas encore décidé des suites judiciaires de cette affaire pour laquelle la famille d'Hervé Cornara a également portée plainte.