L'ultimatum des parents de Vincent Lambert au médecin de leur fils

FIN DE VIE Vivianne Lambert, la mère du tétraplégique, estime qu’il est maltraité et que l’hôpital les a trahis…

Vincent Vantighem

— 

Viviane Lambert, la mère de Vincent Lambert, à Reims, le 6 juin 2015.
Viviane Lambert, la mère de Vincent Lambert, à Reims, le 6 juin 2015. — SIPA

De notre envoyé spécial à Reims (Marne)

En conviant tous les proches de Vincent Lambert, ce mercredi, l’hôpital Sébastopol de Reims (Marne) espérait jouer la carte de l’apaisement. C’est raté. En fin d’après-midi, Viviane et Pierre Lambert, les parents du jeune homme dans un état végétatif, ont indiqué qu’ils avaient demandé le départ de Daniela Simon, la directrice du service qui s’occupe de leur fils.

Ils ont même fixé un ultimatum. « Si elle ne se récuse avant demain midi [jeudi], nous porterons plainte », assure ainsi Vivianne Lambert. Se battant depuis deux ans pour le maintien en vie de leur fils, les parents assurent que cette praticienne est en situation de conflit d’intérêts. Selon eux, elle figurait dans la liste des médecins qui ont conseillé Rachel Lambert lors de la procédure devant la cour européenne des droits de l’Homme qui ont validé, en juin, l’arrêt des traitements.

Or l’épouse de Vincent Lambert, Rachel est, de son côté, favorable à un arrêt des soins qui permettrait de le « laisser partir ». « Comment voulez-vous dès lors que nous fassions confiance à ce médecin ? », interroge Viviane Lambert. Relancée à plusieurs reprises par 20 Minutes, cette dernière s’est toutefois montrée incapable d’expliquer pour quel motif elle envisageait déposer une plainte.

A lire aussi - « Vincent est maltraité. Nous demandons qu’il soit transféré », dénonce Viviane Lambert

Faire retirer Vincent de cet établissement

Sept ans après l’accident de voiture qui a plongé Vincent Lambert dans un état végétatif, la situation est plus que jamais explosive autour de son cas. Sur la base des décisions du Conseil d’Etat puis de la Cour européenne des droits de l’Homme, l’hôpital Sébastopol avait pourtant annoncé, un peu plus tôt, sa volonté d’ouvrir une nouvelle procédure collégiale avec la famille et de nouveaux médecins afin de déterminer s’il faut, ou non, arrêter l’alimentation et l’hydratation du jeune homme.

« Désormais, notre but est de retirer Vincent de cet établissement qui n’a aucune compétence », assure ainsi David Philippon, l’un des demi-frères du jeune homme favorable, lui aussi, à un maintien en vie. Vincent n’est pas en fin de vie. Nous allons trouver un établissement qui s’occupera mieux de lui… »

Le neveu de Vincent Lambert est dépité

Ce matin, François Lambert, le neveu de Vincent qui plaide, lui, pour un arrêt des soins, était aussi sorti dépité de son rendez-vous à l’hôpital. « L’équipe médicale a toute latitude pour arrêter les soins dès maintenant. Je ne comprends pas qu’on en soit encore là et qu’on donne des gages à ses parents malgré deux décisions de justice… »

« François s’est manifesté bien tardivement dans cette affaire, tacle Vivianne Lambert. Et il se décrète grand spécialiste de la santé. » Et si Rachel n’a pas tenu à s’exprimer devant la presse, sa belle-mère n’a pas été tendre, non plus, avec elle. « Qu’elle refasse sa vie ailleurs. Nous ne la jugeons pas. Mais cela fait deux ans qu’elle ne vient quasiment plus voir Vincent. »

Six étages plus haut, Vincent Lambert n’assiste pas au déchirement de sa famille. Seul point positif s’il en est : selon les médecins, il n’a pas conscience de ce qui se passe autour de lui.