Vacances: Partir avec... sa belle-mère

SERIE (1/7) Toute la semaine, « 20 Minutes » vous donne des conseils pour éviter que vos vacances ne se transforment en enfer…

Vincent Vantighem

— 

Deauville, le 1er juillet 2015. Une femme bronze sur la plage.
Deauville, le 1er juillet 2015. Une femme bronze sur la plage. — CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Le traditionnel gigot-flageolets du dimanche midi ne lui suffisait plus. Cette année, belle-maman s’est glissée dans vos bagages à la veille du départ en vacances. Pas de panique ! 20 Minutes a contacté les plus grands spécialistes de la question pour que vos congés ne se transforment pas en cauchemars. Suivez notre guide de voyage avec belle-maman…

Les souvenirs…

« C’était il y a six ans, se remémore Jeanne. Depuis, nous ne sommes jamais repartis avec eux. » Pourtant, tout était parti d’une bonne intention. Mariée depuis peu, cette jeune Parisienne avait proposé à ses beaux-parents de faire un voyage d’une semaine, l’été. « C’était une formule de politesse… Mais ils ont dit “oui”!»

Et les problèmes ont commencé dès le choix de la destination. La Scandinavie ? « Trop froid », rétorque belle-maman. Direction l’Irlande. La météo n’y est pourtant pas plus favorable. « Régulièrement, elle disait qu’il n’y avait pas de soleil, qu’il ne faisait pas assez chaud, poursuit la consultante financière de 32 ans. Elle gardait toujours son manteau même en voiture. » Pourtant, amatrice de grands espaces, belle-maman proposait tous les jours de pique-niquer dans la nature. « Alors que nous rêvions de manger des fish and chips dans un pub ! »

Le climat irlandais ne convient pas aux rhumatismes de belle-maman. - Peter Morrison/AP/SIPA


Le circuit en voiture n’est pas non plus un bon plan. Surtout quand on ne parle pas anglais. « Mon mari conduisait, poursuit Jeanne. Et sa mère lui donnait les indications en lisant la carte. Résultat, on s’est souvent perdus… » Au final, Jeanne conserve un souvenir très précis de ce voyage. « Je me rappelle très bien que mon mari en avait marre de sa mère ! »

Les conseils pratiques…

Spécialiste des îles pour l’agence Comptoir des voyages, Julie reconnaît qu’elle est souvent confrontée à ce cas de figure. « Notre premier conseil, c’est chacun sa chambre, tranche la pro du tourisme. Impossible que tout le monde se retrouve à coucher dans un dortoir bon marché… »

L’île Maurice avec belle-maman, c’est quand même moins romantique. - ROSSI GUIDO/SIPA


Avec 15 ans d’organisation de voyages pour les Galeries Lafayette, Christelle va encore plus loin. « On part sur la location d’une maison. Une grande maison avec des chambres éloignées si possibles. » Et si c’est à l’hôtel. « Une single et une double room », poursuit la spécialiste qui se souvient avoir dû organiser le voyage de noces d’un couple à l’île Maurice avec « belle-doche » en option.

Les avantages…

Belle-maman a une énorme qualité. Elle s’occupe très bien du petit Kevin. « Cela peut permettre aux parents de trouver un peu de tranquillité et aux grands-parents de profiter des petits, assure Christelle Brunet, psychologue à Paris. C’est très bien pour la transmission des valeurs, des connaissances. Et puis les enfants ont beaucoup à apporter aux aînés… »

« Vous êtes sûrs de vouloir faire du saut à l’élastique les enfants ? » - GILE MICHEL/SIPA


Les activités recommandées…

On oublie le trek humanitaire au Népal ! On part plutôt sur quelque chose de simple. « Pour l’été, on privilégie une destination balnéaire avec des activités culturelles en parallèle, indique Christelle, notre spécialiste des voyages pour les Galeries Lafayette. Comme ça, ça peut permettre à belle-maman de se faire une expo pendant que vous ferez la crêpe sur la plage… »

Belle-maman a des rhumatismes, on vous dit ! - PRAKASH MATHEMA/AFP


En revanche, il n’y a pas forcément de contraintes à prévoir des activités à sensations. Enfin si belle-maman les apprécie… « Récemment, j’ai envoyé une mamie faire de la motoneige toute seule en Laponie et cela s’est très bien passé, explique encore cette spécialiste. Le tout, c’est d’en discuter ensemble avant de prévoir des activités. »

Les situations à risque…

Ce serait trop beau si tout se passait bien. « Les relations belle-mère et belle-fille sont souvent conflictuelles, indique le psychiatre Samuel Lepastier. Et si les relations belle-mère et gendre sont bonnes, la fille peut mal le supporter. » D’accord pour partir… A condition d’être prêt à supporter les éventuelles réflexions sur l’éducation des petits, le régime alimentaire rosé-chipolatas des vacances, voire la couleur osée du maillot de bain à fleurs. Et à savoir dire stop quand cela dépasse les bornes.

« S’il y a des tensions, il faut en parler pour ne pas ruminer, pense, de son côté, la psychologue Christine Brunet. Et ne pas laisser pourrir la situation. » Surtout, il faut aussi penser à soi et son couple. « En vacances, on est beaucoup plus disponibles pour les relations sexuelles », poursuit Samuel Lepastier. Mais avec belle-maman dans la pièce d’à-côté, c’est tout de suite moins sexy. »

Belle-maman rêve d’avoir des petits-enfants. - SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA


Avec tous ces conseils, vous devriez être parés pour passer un bon moment. Voire pour vous amuser. Dernière chose, n’oubliez pas la crème solaire… Belle-maman vous demandera peut-être de lui en passer dans le dos. Ce serait dommage de la faire souffrir.