«Je préfère acheter les fournitures scolaires en juillet et éviter la galère de la rentrée»

REPORTAGE Rencontre avec des parents qui profitent du calme du mois de juillet pour s’occuper des achats scolaires…

Hélène Sergent

— 

Un rayon de fournitures scolaires dans une grande surface
Un rayon de fournitures scolaires dans une grande surface — Frederick Florin AFP

Les visages sont détendus ce mercredi dans le rayon papeterie d’une enseigne de grande distribution de La Défense en région parisienne. Linda a profité de cet après-midi de juillet pour y emmener son fils, qui passe en classe de 4e : « Je préfère m’y prendre à l’avance, au moins je suis tranquille pendant les vacances ». Eviter la cohue du mois de septembre, c’est principalement ce qui a motivé ces familles à débuter, plus d’un mois et demi avant la rentrée, les achats scolaires.

En plus du confort des rayons déserts, certains parents cherchent aussi de meilleurs prix. C’est le cas d’Amira qui, pour la première fois, réalise les emplettes pour ses deux enfants, au mois de juillet : « En septembre, c’est la galère, il n’y a aucun choix. Là je peux prendre le temps de regarder les prix, de comparer. Ca joue dans mon budget ».

Renforcer les équipes

Au milieu des cartables, des trousses et des agendas, on compte presque plus de salariés en gilets rouges que de clients. Pour faire face à la période estivale, l’équipe en charge des fournitures scolaires est passée de 6 à 20 salariés. Et contrairement à septembre, les rayons sont tous bien fournis et les ruptures de stock inexistantes.

Pour autant les bénéfices économiques de ces courses précoces semblent relatifs. Le long des allées, des panneaux proposent bien des offres dédiées aux fournitures mais il s’agit surtout de « s’aligner sur les prix des concurrents, précise l’employée, il n’y a pas de soldes spécifiques sur les nouveaux produits ». Le mari de Linda, qui se charge de pousser le caddie, explique toutefois : « Comme il y a encore du choix dans les produits, on évite de prendre des marques qui coûtent beaucoup plus cher ».

Les fournitures scolaires qui vont cartonner à la rentrée

Listes et allocations

Pour faire ses courses au début des vacances scolaires encore faut-il avoir déjà connaissance de la liste de fournitures demandées par les établissements scolaires. Linda et Amira ont toutes deux reçu les leurs il y a plus d’une semaine. Un avantage qui permet de s’organiser en amont… « Les deux semaines les plus chargées restent la dernière semaine d’août et la première de septembre », tempèrent toutefois la responsable du rayon. « De nombreuses familles qui bénéficient de l’Allocation rentrée scolaire choisissent d’attendre le versement de cette aide pour venir [fin août] », explique-t-elle.

Dans le panier de Claire, sa fille âgée de 6 ans, dépose soigneusement l’agenda et le cartable roses-bonbons qu’elle a elle-même choisis. C’est la première fois que sa mère dispose d’une liste officielle de fournitures : « Ma fille entre en CP, j’ai de la chance pour le moment ces dépenses représentent un petit budget », explique-t-elle. Pour Amira c’est une autre histoire : ses deux garçons sont au collège et au lycée et à chaque rentrée, le budget des fournitures représente un investissement important : « On est juste, mais on essaie de recycler les affaires des années passées ! ».